APRES LES URNES, LA LUTTE !

Le PCF a été le principal parti politique de France, après la 2nde guerre mondiale, tant en nombre d’adhérents, de militants, de sympathisants qu’en nombre de voix au plan électoral. Cette position quasi hégémonique l’a conduit à faire l’analyse qu’il pouvait, en s’unissant avec le PS, conquérir le pouvoir en tant que parti dominant. Dès lors, il n’a eu de cesse de freiner les luttes, les manifs et les grèves à la seule fin de se présenter, non comme un parti du désordre, mais comme un parti de gouvernement : un parti d’ordre responsable.

Il a mis toutes ses forces dans la bataille du programme commun. Celui-ci a été signé, ouvrant la voie à l’Union de la Gauche. En 1981, le PCF n’était plus du tout le parti dominant de l’union de la gauche, mais une force d’appoint, ayant perdu toute initiative historique. Il persistait dans son suivisme à l’égard de Moscou. Lorsque le bloc de l’Est s’est effondré, le PCF a été plongé dans le naufrage. Il ne s’est jamais livré à l’analyse de son choix fondateur en 1920 à Tours : le communisme soviétique, l’option marxiste-léniniste, la dérive droitière soviétique jusqu’à la contre-révolution devenue évidente en 1991.

C’est ainsi que le PCF a favorisé le PS réformiste, lui-même dérivant vers une orientation toujours plus libérale. Aujourd’hui, le PS ne représente plus du tout les intérêts des salariés, encore moins la classe ouvrière. PS et PCF ont peu réagi à la montée du FN. Ils l’ont sous-estimé, pensant qu’il n’était qu’épisodique, en marge de l’Histoire. Aujourd’hui, force est de constater que l’extrême-droite se porte très bien, tant en France que dans toute l’Europe. La construction européenne se réalise sur les bases du libéralisme et accélère sa construction à la faveur d’une crise majeure du capitalisme. Crise structurelle et même systémique, plus déficit social et démocratique, expliquent les replis nationalistes d’aujourd’hui. L’heure est donc beaucoup plus grave qu’il n’y paraît. Si les forces ouvrières, syndicales et politiques, ne réagissent pas, nous allons tout droit et de façon de plus en plus accélérée vers les pires aventures de type fasciste.

Il est urgentissime que les révolutionnaires sortent de leur torpeur et de leur quant-à soi narcissique, voire sectaire. L’heure n’est plus à mettre en avant sa filiation trotskyste, maoïste, castriste, guévariste ou stalinienne, ce qui n’est jamais que de l’endormissement sur le passé. L’heure est au rassemblement et à l’action contre :

  • le capitalisme et la droite qui penchent vertigineusement vers la xénophobie, l’islamophobie hystérique, le racisme.
  • le patronat, les banquiers et les financiers, prédateurs qui menacent nos libertés.
  • la social-démocratie reconvertie en social-libéralisme, roue de secours de la droite réactionnaire.

Droite et pseudo gauche font le lit du racisme et du fascisme et on en voit l’étendue aujourd’hui. Une seule voie : la défense des salaires, de l’emploi, une lutte frontale contre les capitalistes et les théoriciens des guerres, déjà réalisées ou en voie de l’être, la mobilisation sur des conceptions de classe, autour de la classe ouvrière, plus que jamais au cœur de l’exploitation. L’horizon à atteindre est le socialisme par la voie de la révolution. N’attendons pas le salut par les urnes, c’est en pure perte, le système dit démocratique étant complètement pervers et pipé.

Seule l’action de tous, travailleurs, chômeurs, hommes, femmes, jeunes, vieux, français ou immigrés, avec ou sans papiers, ouvrira les portes de notre émancipation. Ne nous laissons plus dominer, jeter, humilier, contrôler.

J’en appelle à chacun d’entre nous : ne nous révoltons pas bêtement, luttons de façon consciente, active et organisée. Renversons le capitalisme, son appareil d’Etat. Confisquons les richesses des milliardaires et des actionnaires. Faisons-leur peur. Une bonne fois pour toutes!

YAPADAXAN

« Si tu ne participes pas à la lutte, tu participes à la défaite »…B.BRECHT

Publicités

8 réflexions sur “APRES LES URNES, LA LUTTE !

  1. Vous ne pourrez pas faire une révolution rassemblant le peuple français contre le FN! C’est parfaitement débile. L’ennemi c’est l’UMPS. Vous devriez défendre la souveraineté du peuple français et non son immersion dans le mondialisme comme le veut le frère Jean-Luc…

    • citoyen engagé?
      faut arreter la fumette, avec la Marine, l’extreme droite a toujours été du coté du patronat et du capital. Citez moi moi une seule avancée sociale qui est le fait du FN ?
      Le FN ne participe a aucun combat pour defendre les salariés et les travailleurs, et ses militants sont souvent en face casqué et matraque a la main pour faire respecter l’ordre bourgeois et proteger la proprieté du capital !

      • Quoi que vous en pensiez, votre ami Mélenchon est un agent de l’empire qui s’en cache à peine (il faut vraiment le faire exprès pour ne pas s’en appercevoir). Les petits chefs de révolution représentent bien leurs soutiens syndicaux: agrégation d’intérêts individuels égoïstes montés en programme philanthrope de façade, mais lecheurs de bottes des patrons dès qu’on leur donne un bon point.
        Citez-moi à votre tour en quoi le FN a « toujours été du côté du patronat et du capital »… Ce n’est en tout cas certainement pas sur cela qu’il a construit sa dernière campagne.
        L’union des gauches pour quoi? Pour perpétuer ce sytsème occidental mondialiste, productiviste, industriel, polluant, déshumanisant? Pour « maintenir les salaires », pour consommer toujours plus de m… chinoises et prétendre suspendre les licenciements? Laisser tout le monde rentrer et proposer à ces pauvres gens de s’inscrire au chômage?
        Toute cette gauche « extrême » est une mascarade soumise au système dominant, qui sert les intérêts de wall street en dernier ressort.

  2. Si on ne traite pas la question de l’existence et la cristallisation de petites couches sociales dirigeant des partis on ne comprend pas grand chose à l’évolution de partis originellement de l’émancipation.

    Ces petites couches sociales défendront en premier ce qu’elles croient être les conditions de leur reproduction, voir leur expansion.
    En second elles vivront de leur rôle d’intermédiaire patenté entre travailleurs et bourgeois.
    Elles sont alliées du mouvement social mais à condition de garder contrôle sur le mouvement social et à condition que celui-ci ne crée pas d’organisation à lui et contrôlée par les travailleurs.

    Cette couche sociale qui se reproduit entre elle, on peut prendre par exemple ce que sont des gens comme Buffet ou Pierre Laurent pour le PC pour comprendre qu’on n’a pas affaire là, socialement, à de Poutous, des Arlettes ou des Besancenots (quoi qu’on pense des orientations politiques portées).

    Entre l’ordre, qui permet de croire garder contrôle sur les travailleurs (en fait ça ne fait qu’affaiblir le mouvement social et incidemment affaibli les bureaucrates, mais ils préfèrent mourir que de laisser une classe s’auto-administrer) et les risques liées à tenter de faire reculer la bourgeoisie en s’en donnant les moyens, la petite couche sociale dirigeant les partis de gauche choisi l’ordre.

    Le PS à ce titre, ne fait plus parti du champ du réformisme, mais de la réaction (les choix sont donc des choix entre des satrapes de la bourgeoisie). Ils n’ont plus du tout de compte à rendre aux travailleurs, autres qu’un parti comme l’UMP par exemple.

    Le Front de Gauche est un assemblage de deux petites nomenclaturas qui siphonne électoralement le désir d’affrontement avec la bourgeoisie sans servir à grand chose car contingenté de façon électorale et dans la condition extrème de ne pas voir naitre une démocratie propulsée par le mouvement social lui-même. Tout doit passer, théoriquement, par le champ électoral, donc rien ne passe.

  3. Expliquez-moi, SVP camarades de la vraie gauche, pourquoi Laguiller n’avait pas appeler à voter Chirac contre Lepen en 2002 et pourquoi Arthaud n’appelle-t-elle pas à voter Hollande contre Sarkodealer en 2012 ? Bizarre et étrange vous ne pensez pas ?

  4. LO parti d’extrême gauche? il en va de soi…avec sa représentante Arthaud courageuse entre toute appartenant à la cellule syndicale Force Ouvrière! Absence de culture syndicale? peut être…Force Ouvrière syndicat financé par la CIA…cours première année…que LO et le NPA rejoigne le FDG et en faase un front populaire et révolutionnaire!!et n’en parlons plus…

    En ce qui concerne l’analyse qui est faîte dans cette article concernant le PCF je l’a trouve réductrice. Il faut replacé les forces politiques de gauche dans le contexte des trente glorieuses. Si certains ont déteint en rose en s’embourgeoisant, d’autres ont continuer à travailler pour le bien commun et continue de travailler avec le peu de force qu’ils leurs restent.
    Il ne manquerait plus que l’on fasse le procès de ce parti qui anticipe constamment l’évolution de la vie et des répercussions sociales et économiques….ce parti n’est pas responsable des programmes télé réalité qui abrutissent le peuple et deviennent son unique opium.
    Il est temps de construire un Front POPULAIRE pour reprendre le pouvoir et en finir avec la V république….

  5. un des problemes c’est la sincerité du Front de Gauche, il ne veut pas l’union, mais le ralliement sans condition, la position hegemonique du PC a toujours été un probleme pour un ralliement plus grand a gauche…je ne pense pas qu’actuellement il est dans l’interet des travailleurs que « l’extreme gauche » se disolve dans le FDG!
    Le FdG devrait attirer a lui de nouveaux electeurs et militants plutot que d’assecher LO et le NPA…a moins que son ambition ne soit qu’il n’y ai plus de contestation a sa gauche!

Les commentaires sont fermés.