L’EUROPE, SES DETTES ET SON AVENIR

Qui dit crédit, dit taux d’intérêts, lesquels sont déterminés en fonction du risque. Donc plus le pays est en difficulté et plus les taux d’intérêts sont élevés. Mais plus le taux d’intérêt est élevé, et plus le pays a du mal à rembourser, on entre ici dans le domaine de la spéculation !

Pour évaluer les risques on fait appel à des agences privées, les fameuses agences de notation, et c’est en fonction de la note attribuée que le préteur définit le taux de l’emprunt. Donc pour garder son triple A et emprunter moins cher on a recours à des politiques d’austérité, et pour rassurer les marchés on comprime les dépenses publiques, et on offre le secteur public aux appétits insatiables des investisseurs privés. Il faut tout faire  pour  Lire la suite

Publicités

LE CHIFFRE : 2 MILLIONS

Le quotidien italien la Republicca a dévoilé des chiffres particulièrement interpellants : en Italie, plus de deux millions de travailleurs engagés dans un contrat à durée indéterminée ont dû, au moment de parapher leur contrat, signer aussi une lettre de démission en blanc. Une simple signature sous un document vide et non daté que l’employeur utilisera ensuite à sa guise pour licencier au moment le plus opportun.

Plus de deux millions de travailleurs sont soumis à ce chantage, soit 15% de tous les contrats à durée indéterminée. Cela correspond aussi à Lire la suite

LE CAS DIEUDONNE

Comment le militant antiraciste marqué à gauche qu’était Dieudonné dans la seconde moitié des années 1990 en est-il arrivé là ? Au cours des années 2000, lors de son combat pour la reconnaissance et la mémoire de l’esclavage des Noirs, il se lance  dans une logique de concurrence entre les victimes de l’esclavage et celles de la shoah. Progressivement, Dieudonné va se réapproprier tous les clichés et les thèmes traditionnels d’un antisémitisme qu’il masquera par Lire la suite

MOINS TU ES RICHE, PLUS TU PAYES

Le financement de la Sécurité sociale, tel qu’il a été conçu en 1945, était partagé entre les ménages (par le biais des cotisations salariales, aujourd’hui transféré sur la CSG) et par les cotisations employeurs. Or, depuis trente ans, avec le développement des exonérations patronales, on a pu constater un transfert des cotisations des entreprises vers les ménages à hauteur de 17 points de produit intérieur brut (PIB) soit environ 300 milliards d’euros. Il s’agit Lire la suite

LE FEMMINISME, LE RACISME ET LE VOILE

Les émissions et reportages sur les banlieues nous confortent dans l’idée que dans ces quartiers la culture musulmane fait des hommes d’affreux sexistes qui ne vivent que dans la domination des femmes et que celles-ci sont victimes de violence et de viols à répétition. Il serait dangereux d’en faire une généralité et de présenter le bon européen comme respectueux du droit des femmes, l’affaire DSK nous prouve le contraire, et les rapports de police nous montrent que le viol et la violence conjugale sont bel et bien présents dans tous les milieux sociaux et culturels.

Cette amalgame entre immigration et violences faites aux femmes ou aux homosexuels n’a pas échappé à Marine Le Pen qui lors de son discours de Lyon a déclaré: « J’entends de plus en plus de témoignages sur le fait que dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme ni homosexuel  ». Evidement il ne s’agit pour elle que de stigmatiser la religion musulmane, identifiée comme la source de cette oppression. Il est donc urgent  de Lire la suite

REVOLUTIONNAIRE OU REFORMISTE ?

Pourquoi les partis dits de gauche ne sont pas capables de faire l’union, de combattre tous ensemble main dans la main ? L’union pour qui, dans quel but, pour quoi faire ? Il n’existe pas une gauche, mais des gauches : des gauches réformistes et des gauches révolutionnaires, pas dans le sens de la lutte armée, bien sûr !

Ce qui  distingue un parti révolutionnaire de l’appareil du FDG par exemple, n’est pas seulement la relation au PS, mais le fait que les seconds sont réformistes, nomenclaturistes et institutionnalistes. C’est à dire que pour eux, les logiques d’alliances sont décidées par les directions du parti, et non par la base. De même que les actions sur le terrain ne sont qu’un moyen pour gérer les réformes dans le cadre de l’appareil d’état tel qu’il est. La relation du FDG au PS est très forte, en termes de postes dans les collectivités, les départements et les régions. Cela permet au social libéralisme d’exercer un chantage permanent sous couvert d’accords tactiques aux législatives ou aux municipales sur la base de désistements réciproques ou de votes au cas par cas, au nom d’une illusoire unité de la gauche contre la droite.

Dans les mobilisations contre la réforme des retraites, alors que les raffineurs occupaient les dépôts, au moment où le mouvement cherchait à Lire la suite

LA FIN DES CERTITUDES

Survenue il y a  vingt ans, la chute de l’Union soviétique signifiait la disparition du dernier obstacle à une dynamique qui, pensions-nous inconsciemment, devait naturellement finir par englober le reste de la planète telle une vague vertueuse. La géopolitique simpliste du temps de la guerre froide débouchait sur une autre certitude, une nouvelle commodité pour la pensée. Les rôles du gagnant et du perdant étaient nettement distribués: l’Occident sortait vainqueur de son conflit avec l’URSS.

Un tête-à-tête anxiogène qui avait au moins un mérite: celui de tracer une géopolitique commode et compréhensible, sur le mode binaire. Le monde était prévisible, nettement organisé autour de la confrontation de deux camps hostiles.

Il est désormais bien loin, le temps des certitudes. L’économie, jadis moteur de la construction du « bloc » occidental, en est devenue Lire la suite

LA FARCE DU TRIPLE A

En Aout 2011 Alain Minc affirmait « le AAA est un trésor national » et Fillon surenchérissait, en déclarant « un atout que nous devons préserver à tout prix ». Le prix c’était d’amplifier les attaques contre les services publics, la protection sociale, les retraites et d’obéir aux recommandations des marchés financiers. Et retournement Lire la suite

DE TUNIS A DAMAS

L’élément déclencheur de la vague de fond du « printemps arabe » de 2011 a eu lieu le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, petite ville de Tunisie. Un jeune précaire s’immolant par le feu pour protester contre l’arbitraire quotidien, et c’est une ville, puis une région qui se soulèvent, affrontent les forces de sécurité. À partir du 10 janvier, la capitale Tunis est gagnée par l’insurrection et  le 14 janvier, l’armée lâche Ben Ali et celui-ci s’enfuit, mettant fin à 23 ans de pouvoir absolu.  À partir du 14 janvier, l’agitation s’accélère dans quasiment tous les pays de la région, l’Égypte se soulève et en moins de trois semaines et avec la neutralité de l’armée, le peuple égyptien obtient la destitution de Moubarak le 12 février 2011.

De nombreux gouvernements craignent un effet domino comme en Algérie ou au Soudan, alors qu’ailleurs  la répression et parfois quelques concessions comme au  Bahreïn, au Yémen, à Oman, au Maroc ou même Lire la suite

LE CHIFFRE : 51

C’est l’âge de Luis de Guindos, cet ancien président de la banque Lehman Brothers pour l’Espagne et le Portugal, a été nommé ministre espagnol de l’économie, au sein du nouveau gouvernement de droite, un poste-clé, chargé de mener son programme économique mélant austérité et réformes. Pour cela il va donc mettre en oeuvre le programme économique exigé par « Le Marché » et qui, bien évidemment, doit redresser le pays… déjà menacé de récession et frappé par un chômage record. Sa priorité sera donc de tenir les engagements de l’Espagne à Bruxelles, et d’établir un plan d’austérité qui concernera toutes les administrations, éliminera les dépenses superflues et redondantes, et introduira des incitations à l’efficacité. L’objectif n’est pas de donner du travail aux Espagnols mais de saigner les populations, d’aspirer la richesse du pays et la distribuer aux familles oligarchiques.

Après le président de la Banque Centrale Européenne, le président désigné du conseil italien et Lire la suite

LE LOGEMENT, UNE PRIORITE !

La loi relative à la solidarité et au logement urbain, communément appelée loi SRU, mentionne que chaque commune appartenant à une communauté urbaine de plus de 50 000 habitants, doit construire un minimum de 20% de logements sociaux. Les constructeurs sont astreints à respecter dans leurs programmes un pourcentage de logements sociaux. C’est le bien-vivre ensemble qui en dépend, le logement social doit être présent dans les quartiers dits « résidentiels», comme à Neuilly ou sur la Promenade des Anglais.

Le logement social doit se fondre dans la ville et ne plus se concentrer dans des zones-ghettos. Le problème, c’est qu’il y a 30ans, les plus aisés voulaient vivre en dehors des villes, et maintenant c’est le contraire, ils réinvestissent le centre ville et donc, on déplace les plus pauvres. C’est les plus riches qui choisissent où Lire la suite

TVA SOCIALE = BAISSE DES SALAIRES

Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand sont formels, la mise en place d’une TVA sociale est dans l’intérêt de notre pays et des emplois. Le message du Medef a été reçu cinq sur cinq ;  pour Laurence Parisot la baisse des cotisations patronales profitera aux entreprises qui auront ainsi une plus grande marge de manœuvre. Cette mesure, accouplée à une autre mesure du patronat, baptisée « accords compétitivité-emploi » qui permettrait aux entreprises d’imposer à leurs salariés d’échanger temporairement des baisses de salaires contre une préservation de l’emploi, porte un nouveau coup au monde du travail. Ces mesures vont faire passer 50 à 80 milliards supplémentaires de la poche des travailleurs à celle des actionnaires. En un peu moins de vingt 20 ans ce sera donc au total prés de 300 milliards d’euro qui seront volés annuellement aux salariés !

Comment en est-on arrivé à cette situation ? Nous nous laissons détrousser sans réagir, les peurs quotidiennes distillées chaque jour à travers les médias nous ont complètement lobotomisé et livré pieds et poing liés au patronat et à ses actionnaires. Pourtant ce qui coûte cher au travail, ce ne sont pas les salaires de Lire la suite

SORTIR DE l’EURO OU DU CAPITALISME ?

Face à la crise, le FN tente d’apporter des réponses de repli nationaliste qui ne peuvent que remplacer une guerre économique par une autre. Le 11 décembre à Metz, Marine Le Pen l’a fait de façon particulièrement agressive et démagogique, stigmatisant les dirigeants de gauche qui « comme de vulgaires affairistes de droite, se sont soumis aux marchés financiers, à l’Europe ultra libérale, à la concurrence sauvage, défendant les banques et la monnaie des banques, l’euro. » Le retour au franc, dont elle prétend qu’il permettrait d’empêcher les délocalisations et fermetures d’usine, devient ainsi l’apanage des « nationaux » opposés aux « francophobes et européistes » du PS et de l’UMP.

La contradiction fondamentale de l’euro et de l’Union européenne est une monnaie unique sans État, un espace de « concurrence libre et non faussée » sans politique économique commune, c’est-à-dire des constructions largement artificielles qui n’aboutissent qu’à consacrer la loi du plus fort, tout en Lire la suite

SNCF : PLACE AUX TRAINS PRIVES

Depuis 2007, la SNCF a décidé de verser un dividende à l’Etat qui est propriétaire du groupe ferroviaire et son unique actionnaire. En 2010, le groupe de transport avait versé 69 millions d’euros à l’Etat, et au titre de l’année 2011 la SNCF  va verser un dividende record à l’État français de 230 millions d’euros. Ce montant traduit une très bonne performance opérationnelle en 2011 et correspond à 30% du résultat net. Et quels sont les projets du gouvernement devant un si bon résultat ? Et bien, pour continuer la logique capitaliste de destruction des entreprises publiques, l’Etat va ouvrir ce secteur à la concurrence, et peut-être plus !

Pour cela tous les coups sont permis, les méthodes managériales directement importées de chez France Télécom sont responsables de l’augmentation de la souffrance au travail et la direction de la SNCF a mis en place une véritable politique de répression syndicale, destinée à Lire la suite