MAIS QUE VEUT LE NPA ?

Le NPA, devait inventer le projet d’une société alternative: l’écosocialisme. Actuellement force est de reconnaitre que le projet est encore dans le flou, le programme difficile à trouver, et les divergences internes nombreuses. Après de rudes recherches, j’ai fini par trouver le « programme ici ». Voila un bref résumé de mes recherches dans le programme et les divers documents du site :

L’accent est mis sur les biens communs. La protection sociale ne doit pas alimenter les profits de la médecine libérale et des cliniques privées, il faut un véritable service public de la santé. Le blocage des loyers et la création d’un vrai service public du logement sont une priorité. Il faut également redonner les moyens humains et matériels à l’éducation nationale pour qu’elle remplisse son rôle d’éducation et de formation.  En règle générale l’argent public doit financer le secteur public. Mais que vont devenir les entreprises privées qui vivent sur le dos de l’Etat ?

Pour les salaires, le NPA rappelle qu’en 20 ans la part prise sur les profits par les actionnaires représente 200 milliards chaque année, ce qui représente environ 300 euros par salariés. Constatant que les gains de productivité ont été accaparés par les actionnaires, le NPA propose de réduire et partager le travail jusqu’à l’abolition complète du chômage. Ca c’est sûr que le Medef va dire que c’est impossible !

Ensuite, vient l’épineux problème de l’immigration ; si le NPA est pour la libre circulation des personnes, il est contre la libre circulation des capitaux. Donc il considère que lorsque nos entreprises qui exploitent les pays du sud ne laissent que 5% de la richesse produite sur place et rapatrient les 95% restants, cela ne peut qu’appauvrir les populations. Si c’était l’inverse, les gens pourraient vivre dignement chez eux plutôt que venir se faire exploiter chez nous. Marine Le Pen n’y a pas pensé !

Pour ce qui est de produire français, le NPA depuis sa création préconise un développement industriel et agricole privilégiant les circuits courts dans un but écologique et social, car la mesure permettrait une importante relocalisation des productions. Le produire français de Sarko et des autres prend un sacré coup de vieux !

Voici une autre mesure qu’Hollande a découvert sur le site du NPA : les biens communs comme l’eau et l’énergie doivent être gérés écologiquement et socialement, une consommation de base gratuite pour tous doit être complétée par une taxation fortement progressive pour pénaliser les abus et les gaspillages. Bon, Hollande l’a arrangé à la sauce socialiste ! Mais qu’en même !

Voici également pourquoi le NPA se retrouve seul : il est pour la rotation des mandats, il ne veut plus que la politique soit un métier et veut instaurer un contrôle complet des élus par les citoyens. Il veut en finir avec les salaires et les divers avantages  déconnectés des réalités des français. Tous les élus doivent être révocables ! Allez expliquer cela à ceux qui vivent depuis toujours de leur mandat d’élu, de Mélenchon à Hollande en passant  par le reste de la classe politique. Ce n’est pas gagné !

En finir avec la soumission volontaire des gouvernements face aux banquiers et aux fonds de placement passe par l’annulation de la dette. Les banques et les fonds d’investissement doivent être nationalisés. Il faut que la BCE soit sous le contrôle de la population et puisse financer directement les Etats. Les banquiers et les rentiers ne vont pas aimer !

D’autres propositions comme l’interdiction des licenciements  par la création d’un fond patronal ou la sortie du nucléaire en dix ans, sont intéressantes et seraient surement plébiscitées par les électeurs si notre pays traversait une crise grave, ou si la population souffrait des politiques actuelles, mais ce n’est pas le cas. Tout va pour le mieux, et en plaçant Sarko, Hollande et Le Pen en tête des sondages, les français ne sont pas dupes, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

« Prendre le pouvoir, sans se laisser prendre par le pouvoir »

Olivier Besancenot

« Un ouvrier, c’est là pour fermer sa gueule ! », par Philippe POUTOU, éditions Textuel, collection « Petite Encyclopédie Critique », 48 p., 5 euros. A commander ici
Publicités

5 réflexions sur “MAIS QUE VEUT LE NPA ?

  1. « Que veut le NPA ?  » : pouvoir éternellement parler de prendre le pouvoir sans jamais faire en sorte d’ y arriver, pouvoir afficher un programme qui ne sera jamais appliqué pour cette raison, pouvoir rester confortablement installé sur la position que l’ extrême-gauche occupe depuis des décennies : purs et durs détenteurs de la vérité vraie qui ne supporte pas la moindre égratignure.
    C’ est pour çà qu’ ils n’ admettent aucune étape intermédiaire entre la situation du moment et leur idéal qui doit à tout prix rester un pur idéal sur lequel la réalité ne doit pas imprimer la plus petite tache, c’ est pour çà qu’ ils attaquent tout ce qui bouge, de la gauche à l’ extrême-droite sans distinction, c’ est pour çà qu’ ils dénigrent systématiquement toute forme de lutte engagée et tout acteur politique, syndical ou autre qui passe à portée, c’ est pour çà qu’ ils fuient ou sabordent toute alliance, même temporaire.
    C’ est aussi pour çà que leurs militants ne font le plus souvent que passer, que les citoyens les ignorent et que si une avancée sociale est conquise, ce sera sans eux. C’ est comme çà que si la lutte échoue, ils peuvent affirmer qu’ ils l’ avaient bien dit puisqu’ elle s’ est déroulée en dehors des canons du dogme. Et retour à la case départ, sur le rocher rassurant, entre soi, et bien à l’ abri de toute remise en cause.

  2. Ouf, cela fait du bien de voir que tous et toutes ne sont pas atteints de Mélenchonite aigüe, cette maladie émotionnelle qui fait perdre tout esprit d’analyse à ceux qui sont contaminés. Les supporters de Mélenchon évoquent les ambiances de match de foot…ou un mauvais remake de 1789 qui n’était pas une révolution populaire… il y a comme un relent de fanatisme qui rend difficile toute discussion et la campagne électorale semble servir de diversion pendant que les vrais décideurs préparent tranquilement leur « gouvernance économique » de l’Union Européenne.
    Une gauche digne de ce nom se fondent sur des productions conscientes d’intelligence collectives. Avec le front de gauche je vois plutôt une grosse manipulation des inconscients collectifs qui fait appel à la hargne refoulée avec la mise en avant de slogans racoleurs qui permettent de se défouler sans que cela ait le moindre effet sur le cours des choses, sinon celui de canaliser et désamorcer une colère légitime. Autant de temps et d’énergie détournée du vrai combat, le seul qui puisse nous « sauver »… un vrai le projet de gauche c’est avant tout la fin du capitalisme et de toutes les formes d’exploitation et non comme prétend Mélenchon : « une augmentation des bas salaires, un peu plus de démocratie et la retraite à 60 ans » (dans une interview avec l’AFP. A vrai dire, je suis désespérée de voir comme des gens que j’apprécie se laissent berner et n’en démordent pas…

  3. a LOLO,
    si je n’ai pas publié votre commentaire ce n’est pas de la « censure », si vous prenez le temps de lire les commentaires sur d’autre article vous verrez que je publie ceux qui ne sont pas d’accord avec mon point de vue. Mais il faut qu’il soit un minimum argumenté. Les vôtres reprennent les vieilles lubies anti communistes primaires et les argument que les médias, la droite et l’extrême droite nous bassinent depuis 40 ans. Ne confondez pas « commentaires » avec « défouloir ». Si vous argumentez , je publierais, alors réfléchissez, faites travailler vos méninges et a bientôt de vous lire.
    Robert Gil

  4. Le NPA a commis l’erreur de croire qu’entre lui et le PS il n’y avait plus rien et donc de sous estimer Mélenchon.

    Le spectacle bleu blanc rouge offert par le FDG exprime un recul idéologique affligeant, c’est la victoire de la gauche cocardière disposée à défendre demain SES entreprises (françaises)au nom de la République une et indivisible.

    La facilité avec laquelle nombre de militants « révolutionnaires » se rallient à cette tambouille politique franchouillarde est une défaite majeure.

    Le NPA n’a pas réagit à temps pour combattre le mélenchonisme régression politique qui tire à droite toute une partie de la gauche de la gauche qui n’a même plus honte de se retrouver au cul d’un mitterandolâtre maastrichien !

  5. Il est bien certain que le NPA a la solution en main mais comment la communiquer, la faire vivre.

    Le seul problème c’est que son idéologie n’est pas lisible pour l’ensemble des travailleurs et le retrait de OB ne facilite rien, il avait pour lui une rhétorique communicative et une dialectique adaptée, son remplaçant P Poutou ne réussit pas du tout à faire passer son message pourtant assez semblable.
    Les autres candidats sont dans l’électoralisme pas dans un pragmatisme de masse.

    Faudra t-il passer par une phase de transition comme Mélenchon le propose pour rassembler en masse et finir par chasser enfin l’ogre capitaliste ?

    Peut-être mais il s’agit d’une illusion, Mélenchon est juste un peu anti-libéral pas anti capitaliste, il veut accommoder le système non le faire disparaître.

    Le problème est là : on sait très bien qu’il faut davantage de radicalisme pour en finir non un réajustement, l’ogre veille et sait s’adapter, il faut le mettre à mort non en sommeil !

    Mais et c’est là le nœud du problème idéologique, comment le faire comprendre à tous ceux qui souffrent !

Les commentaires sont fermés.