VÊTEMENTS TROP SERRÉS : LES CONSÉQUENCES

a11

Pour expliquer la montée dramatique des allergies et de différents cancers, on a d’abord suspecté des substances dans l’eau et l’alimentation. Puis on s’est intéressé aux cosmétiques, puisqu’on se tartine la peau, la chevelure, voire les muqueuses, avec des produits où le marketing a de beaucoup précédé le sérieux scientifique. En quelques années, des dizaines de substances qui étaient employées à doses significatives (triclosan par exemple), ont été bannies de nos déodorants, dentifrices et autres crèmes solaires.

Mais bizarrement, ces mêmes substances sont toujours présentes dans les tissus de nos vêtements, au contact constant de notre peau. Il est temps de s’y intéresser sérieusement, d’autant plus que nos vêtements peuvent être imprégnés de bien d’autres substances plus dangereuses encore.

Pendant longtemps, la peau a été considérée comme une barrière très efficace, totalement imperméable. On pensait que les agressions chimiques ne passaient que par les appareils respiratoire, digestif, et accessoirement sexuel. Puis on s’est aperçu que la peau laissait passer les substances grasses, qui savaient se dissoudre dans le sébum de surface, puis s’introduire dans l’hypoderme.

On a établi une liste (forcément incomplète) de solvants qui pénètrent facilement, et qui du coup peuvent introduire des substances préalablement intégrées. On y trouve les éthers de glycol, les hydrocarbures aromatiques (dont l’omniprésent benzène), les cétones, les hydrocarbures chlorés (tétrachloéthylène, etc…) et bien d’autres substances que nous retrouverons imprégnées dans nos vêtements.

La capacité de notre peau à absorber des substances dans le bon solvant a permis de révolutionner certains traitements avec l’arrivée des patchs, ces feuilles adhésives qu’on applique sur la peau et qui diffusent une substance de manière très précise, dans la dose et dans le temps. Contraceptifs, antalgiques, alcaloïdes, hormones diverses, les patchs constituent un véritable eldorado médical. Malheureusement, certains tissus de vêtements peuvent aussi jouer ce rôle de patch, sans que celui qui les porte ne s’aperçoive immédiatement des conséquences funestes.

C’est pour expliquer la présence de bisphénol dans les organismes que des recherches sur la peau ont été entreprises. En effet, les mesures de bisphénol chez des individus testés ne correspondaient pas à ce qu’ils auraient pu ingérer par leur consommation courante d’eau et de nourriture. En revanche, un grand nombre d’objets manipulés chaque jour, comme les tickets de caisse, cartes de crédit et emballages divers, contiennent jusqu’à 1/1000 de BPA, ce qui est loin d’être négligeable.

Les recherches de Daniel Zalko, à l’INRA de Toulouse, ont permis de constater que 65 % du bisphénol parvient à forcer le passage sur des disques de peau de porc, et 45 % sur des disques de peau humaine. Ainsi donc, il faut se méfier de tous ces papiers thermiques, mais aussi savoir que la peau absorbe “malgré elle” des substances largement indésirables. Nos organismes ont été conçus dès l’embryon pour éliminer des substances nocives qui pénètrent par le tube digestif. Ces substances sont alors transportées par le sang veineux jusque dans le foie, où le processus de détoxication joue à plein.

Mais ce qui n’était pas prévu, c’est que notre mode de vie fasse pénétrer ces substances par les muqueuses, et surtout par l’épiderme. Dans ce cas, elles sont entraînées par le sang veineux directement vers le coeur, et à partir de là dans tout l’organisme sans aucune épuration. C’est ainsi que nos tissus chargés en lipides, comme l’encéphale (cerveau) ou le conjonctif des seins, se chargent en substances liposolubles intégrées à ces solvants omniprésents dans notre environnement.

Les vêtements trop serrés provoquent des frottements qui impliquent une inflammation, une multiplication accélérée des cellules de la peau, et une moindre cohésion des cellules épidermiques. Les solvants s’introduisent alors dans notre corps “comme dans du beurre”, mais aussi les métaux lourds, les bactéries, les poussières… Sachons également que la plante des pieds, zone de sudation exacerbée, est également une zone d’absorption de tous les produits chimiques qui imprègnent chaussettes et souliers. N’oublions pas qu’un des moyens expéditifs de se séparer d’un fâcheux, en Afrique, est de lui enduire le cuir de ses chaussures avec l’alcaloïde disponible au village… Le résultat est atteint en moins de trente jours. C’était la durée à attendre, au temps béni des cours de la Renaissance, pour un résultat identique chez celles et ceux à qui l’on avait offert des gants également imprégnés d’arsenic ou d’antimoine…

Plus récemment, la mode “unisexe” des slips réduits à une maigre lanière immiscée dans une intimité malmenée, j’ai nommé le string, a fait beaucoup pour la prospérité des gynécologues et autres proctologues : nos muqueuses ne sont pas faites pour un tel effort et un tel débordement chimique et bactérien.

Mais à l’inverse, existe-t-il des vêtements qui soignent? En effet, si des toxines peuvent pénétrer à travers l’épiderme, il en est de même de substances naturelles bienfaisantes. Il existe une très ancienne tradition en médecine ayurvédique (médecine traditionnelle indienne) qui consiste à porter des vêtements traités avec certaines plantes et remèdes, et qui permettent d’obtenir un effet relaxant mais aussi de soigner certaines affections : problèmes de peau bien sûr, mais aussi problèmes articulaires, douleurs diverses. Des lignes de vêtements existent aujourd’hui dans certains réseaux de distribution…

D’après un article de « Santé Nature Innovation« 

Voir aussi : CES VÊTEMENTS QUI NOUS INTOXIQUENT …

Publicités