PARLER DES CONSEQUENCES DU CAPITALISME …

a-froid-300x224

  Quelqu’un, ici, devait parler des comportements dégoûtants de notre société, des exemples extrêmes du capitalisme. Apple a 150 milliards de dollars en banque en cash, et au même moment, ils paient leurs employés en Asie deux à trois dollars de l’heure. S’ils tentaient de faire ça aux États-Unis, ils finiraient en prison. Ils ne peuvent pas s’en sortir comme cela aux États-Unis, du coup ils vont dans des endroits où ils peuvent se comporter de la sorte.

  Le PDG d’Amazon vaut à lui seul 27 milliards de dollars et ses employés dans les entrepôts américains ou européens sont payés 7 à 10 dollars de l’heure. Vous ne pouvez pas vivre avec un tel salaire aux États-Unis. Prenez Yahoo ensuite : le Directeur de l’exploitation a été licencié il y a quinze mois et ils lui ont donné 109 millions de dollars. L’industrie du tabac n’est pas en reste : 5 millions de personnes meurent tous les ans à cause du tabac et cela reste un produit légal. Nous avons chaque année 3 millions de personnes qui meurent de faim chaque année et personne ne fait rien.

  Nous sommes partis en guerre quand 3000 personnes sont mortes lors des horribles attentats du 11 septembre contre le World Trade Center. Depuis, 50 millions de personnes sont mortes à cause du tabac, 40 millions d’enfants sont morts de faim et personne n’en parle. Je veux comprendre jusqu’où tout cela ira, à quel moment nous allons nous réveiller et commencer à traiter les autres comme des êtres humains. Je ne devrais pas pouvoir être payé cent fois la somme qu’est payée la personne travaillant de l’autre côté de la rue au McDonald’s. Je ne vaux pas cent fois cette personne.

  Ces entreprises ont assez d’argent pour débuter un plan de partage des revenus et donner à leurs employés ce qu’ils méritent. Comment est-il possible que quelqu’un travaillant pour Amazon depuis vingt ans n’a rien qui justifie ses efforts ? Et le PDG est assis sur 27 milliards de dollars. Comment est-il possible que des travailleurs en Asie se suicident ou travaillent comme des animaux quand Apple a 150 milliards de dollars en banque ? Ce n’est tout simplement pas juste.

   Mais nous nous en fichons. Ce qui nous intéresse, c’est d’avoir nos objets à bas prix. Si quelqu’un se fait exploiter dans le processus, la plupart des consommateurs ne vont même pas y penser. Nous avons maintenant 3,5 milliards de gens qui vivent avec moins de 4 dollars par jour. Les 50 % de la population les plus pauvres contrôlent 1,7 trillions de dollars. Le 1 % des plus riche contrôle 65 fois cette somme. Si vous prenez tout l’argent des 100 personnes les plus riches du monde, cela représente plus que l’argent des 3,5 milliards les plus pauvres. Si nous faisions une simple redistribution de cette richesse, prendre un tout petit peu d’argent des plus riches pour le redistribuer aux plus pauvres… nous pourrions doubler ou tripler le niveau de vie des gens qui sont dans le groupe des 50 % les plus démunis. Sans faire de mal à personne. Malheureusement nous avons beaucoup de gens égoïstes et sans éthique dans ce monde : c’est eux qu’il faut montrer.

   Les gens qui ramassent les grains de café sont payés 4 dollars par jour. Et les Américains s’en fichent : ils veulent simplement un café, et un café pas cher de surcroît. Ils n’ont que faire que quelqu’un en Amérique du Sud soit en train de ramasser des grains de café par 40 degrés pour 4 dollars.

  C’est le prix que nous devons payer pour avoir une telle économie, précisément. Les plus démunis ne sont pas considérés et estimés convenablement et équitablement. Nous payerons un joueur baseball 20 millions de dollars par an, mais pas la personne avec qui nous discutons tous les jours à McDonald’s et qui doit cumuler deux emplois parce qu’elle ne peut pas vivre avec les 300 dollars par semaine qu’elle gagne au fast-food.

  Les gens qui ont de l’argent et qui sont avares n’ont pas envie d’entendre ce que j’ai à dire aujourd’hui. Ils sont parfaitement heureux à gagner des millions de dollars tous les ans et à ne pas payer d’impôts. Le sort des employés est le dernier de leurs soucis. Ils sont déconnectés physiquement, financièrement et émotionnellement : ils vivent dans la bulle de la classe supérieure et ce qui se passe en-dehors de cette bulle ne les concerne pas. Vous savez, aux États-Unis, quand vous faites des compromis sur la liberté de quelqu’un… vous rendez les gens très agressifs. Les républicains tiennent à leur liberté, à leurs armes, à leur tabac, à leurs motos et ils n’aiment ni payer des impôts, ni le gouvernement. Je suis sûr que vous en avez des comme cela en France.

  Certaines personnes sont nées avec tout contre elles et n’ont aucune chance d’aller de l’avant, même si elles travaillent dur. Et en plus de cela, dans notre monde, si vous êtes Justin Bieber et que vous vous saoulez un soir, vous allez faire la une des journaux. Je parle de 3 millions d’enfants qui meurent de faim chaque année dans le monde parce qu’ils n’ont pas de nourriture… et personne n’écrit à leur sujet.

Source

Publicités

Une réflexion sur “PARLER DES CONSEQUENCES DU CAPITALISME …

  1. Pingback: PARLER DES CONSEQUENCES DU CAPITALISME … -

Les commentaires sont fermés.