LES VOLEURS DE PLUS VALUE

Un des grands mystères des temps modernes est le prodige de l’argent censé faire de l’argent ! Alors qu’au commencement, la richesse n’est que l’extorsion de la plus value, c’est-à-dire du vol du temps de travail forcé non payé au travailleur !

L’entassement de marchandises et l’accumulation de capital seraient déterminés par le marché : mais si l’échange était équitable, le marché serait un jeu à somme nulle. Chacun recevrait l’exacte contrepartie de ce qu’il apporte. Il n’y aurait pas de plus value, cette particularité qui permet l’accumulation des richesses.

Derrière l’agitation superficielle du marché, il y a le lieu : l’atelier ou l’usine, ou le travailleur se fait détrousser de la plus value. Le travailleur n’a que sa force de travail à vendre, et cette « marchandise » a une vertu fabuleuse : en se consommant elle crée de la valeur ! Et une foie que cette force de travail est vendue, l’employeur a légalement le droit de la faire fonctionner aussi longtemps que possible. Dans le mode de production capitaliste, le temps de travail du prolétaire se divise en temps de travail nécessaire et temps de surtravail. Le travail nécessaire est le travail que le travailleur effectue pour assurer la production et la reproduction de sa propre force de travail, c’est-à-dire le travail qu’il lui faut fournir pour satisfaire ses besoins et se reproduire. Le surtravail est le travail accompli au-delà du temps de travail nécessaire, donc effectué gratuitement pour le compte du détenteur du capital qui achète la force de travail. C’est l’enjeu premier de la lutte des classes !

C’est une lutte permanente ou le travailleur s ‘efforce d’augmenter sa part dans le partage entre travail nécessaire et la plus value. Tandis que son patron, inversement, en intensifiant le travail par l’augmentation des cadences, le recul de l’âge de la retraite et l’augmentation des horaires ou la diminution des jours de repos, s’efforce du contraire.

On comprend combien l’idée du juste prix d’une journée normale de travail est une baliverne ! Il n’y a ni juste prix, ni journée normale. Le travailleur lutte pour faire reconnaitre comme socialement nécessaire : la culture, les loisirs, la santé ou l’éducation, autrement dit pour partager et réduire autant son « sur-travail » et la plus value encaissée par son employeur. Inversement, l’employeur s’efforce sans cesse de réduire ces besoins sociaux afin d’augmenter sa plus value. Pour cela il fait pression sur les salaires, exige des réductions de charges, réclame des exonérations fiscales en renvoyant les dépenses de santé et d’éducation à la sphère privée.

Le « deal » est de voler un maximum de plus value et donc de travail aux ouvriers, même si celui-ci en meurt : accident du travail, suicide, dépression, maladie professionnelles, handicaps…Et tout ce que les travailleurs perdent ils le retrouvent en face d’eux dans le capital qui essai sans cesse de les pressuriser afin de pouvoir grossir, gavé de plus value ! Le prix de la force de travail apparait donc d’un coté sous la forme modifié de salaire, et de à l’ opposé, la plus value apparait sous forme modifié de profit. La plus value transformée en profit est devenu méconnaissable, l’opération de blanchiment du butin a donc réussi !

Ensuite, passant sous silence ce tour de passe-passe, les économistes du système se livrent à des analyses sur les profits, les salaires, les rentes, les rendements, et les dividendes, en dissimulant soigneusement leur source commune : l’exploitation de la force de travail des ouvriers qui produit la plus value !

D’aprés « Marx mode d’emploi » en vente ici

« Le capital c’est du travail volé »…Auguste BLANQUI

Et sur Marx …

Publicités

2 réflexions sur “LES VOLEURS DE PLUS VALUE

  1. il faut bien des plus-values pour récompenser directeurs de banques et élus nationaux

    UN PATRON DU MEDEF COMBIEN PAR MOIS??? COMBIEN DE RETRAITE + RETRAITE CHAPEAU

    LES PLUS VALUES SERVENT A ENRICHIR DES INCOMPETENTS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Bonjour,
    J’ai découvert ce blog récemment. J’ai mis un lien dans ma présentation de mes solutions pour le plein emploi vers la page parlant des conditions de travail en Allemagne. http://www.orvinfait.fr/plein_emploi_a_nous_d_agir.html
    Ce que je propose est un vrai plein emploi où les salariés peuvent choisir leurs emplois de plus les salaires sont tirées vers le haut donc les voleurs de plus value ne pourraient plus agir.

Les commentaires sont fermés.