POUR UN REVENU MAXIMUM AUTORISÉ

Dans notre société riche jusqu’à l’obésité, la pauvreté n’est pas seulement inacceptable, elle est surtout aberrante. Les «grands» patrons français gagnent l’équivalent de plusieurs milliers de SMIC par mois, et côtoient les 5 millions de français survivants sous le seuil de pauvreté. Les rémunérations de ces grands patrons sont les plus élevées d’Europe, sans compter les indemnités de départ de toutes sortes (parachutes dorés, primes de départ, retraites chapeau…) exorbitantes. Encore un effort et ils seront les mieux payés de la planète, ce doit être leur objectif : devenir les champions du monde !…..Cocorico!

Les patrons du Cac40, dont les revenus explosent, sont à juste titre montrés du doigt. Ils sont à la tête d’entreprises qui externalisent leurs coûts par la sous-traitance et l’exploitation de petites et moyennes entreprises. Quand les sous traitants ne peuvent maintenir des coûts bas par des baisses de salaires, ou des délocalisations, le marché passe à quelqu’un d’autre: le seul critère est la rentabilité. 

Comme il existe un SMIG, il faut établir un revenu maximum égal à X fois le SMIG, rien ne justifie les différences exorbitantes de revenus entre les citoyens d’un même pays, quel que soit les postes qu’ils occupent. Car si parait-il les patrons méritent bien leurs salaires, est-ce à dire que les smicards ne le méritent pas ? On nous dit que si on ne les paye pas assez ils iront voir ailleurs. Mais peut être qu’ailleurs, personne ne les veut !

On nous dit aussi que les patrons ne font pas 35H, eux ! Faut dire qu’un patron, dès qu’il se lève, il se considère au boulot; quand il se brosse les dents le matin, quand il déjeune avec sa secrétaire, qu’il va au théâtre avec un client, ou qu’il assiste à un match de tennis avec un fournisseur il est au travail ! Et quand il passe un weekend sur un yacht ou une semaine aux Seychelles c’est pour réfléchir à une nouvelle stratégie de développement. D’ailleurs il est au travail 24 Heures sur 24 car l’appartement qu’il occupe dans le 16ème, et la voiture dans laquelle il se déplace comme le chauffeur est payé par l’entreprise.

Ces personnes tirent leurs revenus de notre exploitation et leur pouvoir de notre crédulité et de notre soumission. Cet argent disparaît dans des montages financiers complexes, il sert à la spéculation financière et alimente les paradis fiscaux. Seule une partie minime est réinjectée dans le circuit. Quand on a la possibilité de s’acheter une Ferrari tous les jours et une maison toutes les semaines, ce n’est pas seulement un problème de salaire, c’est aussi un problème de santé mentale.

Il est urgent de fixer un revenu maximum, car pour gagner davantage ils sont prêts à tout. Licenciements, délocalisations, fraude fiscale, tous les moyens sont bons, ce n’est pas qu’ils n’en aient pas assez, c’est qu’ils en veulent toujours plus. Et même si eux et leurs enfants sont à l’abri du besoin jusqu’à la fin des temps, ça ne fait rien, ils continuent à engranger ! Limiter les salaires, c’est leur rendre service !

Les inégalités de revenu ou de fortune sont des incitations à la délinquance.. C’est encore plus vrai à l’échelle mondiale. Quand la fortune de 80 personnes est égale au revenu de trois milliards et demi d’êtres humains, le cocktail explosif de l’humiliation et la misère constituent un réservoir de choix pour les intégristes ou les terroristes de toute sorte. Lorsque l’on nous parle d’insécurité, en voilà une des causes !!! Les richesses sont là, il ne nous reste qu’à les répartir équitablement …

«L’argent pollue toute chose et dégrade inexorablement la personne humaine»…Albert Einstein

Vidéo : LES VRAIS ASSISTES, C’EST …

 

Publicités

3 réflexions sur “POUR UN REVENU MAXIMUM AUTORISÉ

  1. Depuis la suppression de l’indexation des salaires sur le cout de la vie, les dividendes ont pris 10 points de PIB. Ce ne sont donc pas seulement les rémunérations des dirigeants qui sont en cause mais le mode de redistribution de la richesse produite par le plus grand nombre au profit d’un petit nombre. Bernard Friot plaide plutôt pour le salaire à vie que pour un revenu à vie. Pour savoir de quoi il s’agit je vous renvois à « l’enjeu du salaire » aux éditions « La dispute »
    cordialement
    RV

  2. tout à fait d’accord, les revenus des grands patrons ne sont pas justifiés par rapport à l’étalon « travail », il faudrait aussi redéfinir ce qu’est le « travail », et bien evidemment ce qu’est le seuil de pauvreté qui a changé de niveau depuis qu’il a été défini.

  3. Je vote « aussi » pour un revenu individuelle de vie minimale, pour tous, qui soit basé à minima au dessus du seuil dit de pauvreté, dont je ne suis pas certain d’ailleurs, qu’il ne faut pas au préalable qu’il soit revu à la hausse, ce seuil ne devant jamais être atteint par personne.

Les commentaires sont fermés.