QUI EN PARLE ? L’Arabie Saoudite a décapité 59 personnes depuis le début de l’année !

a-tete

Indignation sélective, compréhension tronquée. Pendant que l’Etat islamique décapite à tout de bras illégalement, leurs donneurs d’ordres – l’Etat saoudien – décapitent légalement, dans un silence occidental assourdissant. Car l’Arabie saoudite est l’allié des Etats-unis. Les Associations de défense des droits de l’Homme dénoncent une recrudescence des condamnations à mort en Arabie Saoudite. La méthode est gênante, au moment où on essaie de susciter l’indignation en Irak : la décapitation au sabre.

De janvier à octobre 2014, on compte déjà 59 condamnations à mort par décapitation, contre 69 pour toute l’année dernière, selon Human Rights Watch. Durant le mois d’août, l’accélération du nombre d’exécutions a été claire, aboutissant à un rythme de plus d’un par jour (19 en fait) durant les deux premières semaines du mois. Tradition locale diront certains commentateurs cyniques et malhonnêtes, méthode aussi humaine que l’injection létale aux Etats-unis rétorquent les autorités saoudiennes.

Soit, enfin les raisons pouvant justifier la peine de mort font froid dans le dos : adultère, apostasie, blasphème, cambriolage, fornication, trafic de drogue, sodomie, idolâtrie, rébellion, conduite sexuelle immorale, sorcellerie, vol, trahison, conduite irréligieuse. Cette interprétation très rigoriste de la Charia – dont certains de nos intellectuels et politiques ont loué le rétablissement en Libye – laisse l’État saoudien libre d’envoyer à l’échafaud qui bon lui semble, dans un simulacre de justice.

La liste serait longue des cas concrets abracadabrantesques. Un est éclairant. Le 18 août dernier, quatre saoudiens ont été décapités dans le sud-ouest du pays. Leur crime, avoir trafiqué du haschisch en Arabie saoudite. 22 hommes ont été décapités pour « trafic de drogue », une dénomination englobant des réalités très différentes. Le 5 août, un autre homme – selon la Saudi Gazette – a été décapité pour « pratique soupçonnée de la sorcellerie ». Le Moyen-âge au XXI ème siècle.

Nos médias, prompts à s’indigner en Syrie, en Irak ou au Mali, restent bien silencieux. Le pays le plus obscurantiste du monde, qui légitime encore l’esclavage, l’inégalité homme-femme en droit, l’intolérance religieuse, bénéficie d’une étrange complaisance. L’Arabie saoudite est depuis 70 ans l’allié privilégié – avec Israël – des Etats-unis dans la région. Un Etat qui n’a jamais menacé Israel, a toujours agi pour casser le nationalisme arabe, a financé le terrorisme fondamentaliste, de connivence avec les Etats-unis.

Si certains se demandent où les djihadistes ont appris ces méthodes barbares, dont la décapitation est une des faces, c’est vers l’Arabie saoudite qu’il faut se tourner. Combien de temps encore va-t-on accepter l’inacceptable ? Combien de temps va-t-on encore supporter cette hypocrisie occidentale ? Combien de temps encore avant que les peuples arabes reprennent leur destin en main, loin de toute ingérence occidentale.

Source

« Tant que la couleur de la peau sera plus importante que celle des yeux, nous ne connaîtrons pas la paix. » Haile SELASSIE

Publicités

Une réflexion sur “QUI EN PARLE ? L’Arabie Saoudite a décapité 59 personnes depuis le début de l’année !

  1. Eh oui! mais que faire? La logique serait de boycoter le petrole Saudien au lieu du petrole russe. Tant que Les USA ont le petrole saudien ils ont trop d’avantages pour se mettre à parler de démocratie. Pour eux la démocratie est nécessaire uniquement dans les pays qui commercialement ne se soumettent pas. Pour l’instant c’est la Russie qui se trouve dans le collimateur. L’Arabie Saudite à baissé le prix du petrole pour que les USA puissent mètre à genoux la Russie qui va perdre 30% de ses revenus en plus des sanctions déjà en cours.Tout comme l’avait fait R.Regan pour faire éclater l’Union Soviétique. L’unique chose que l’on pourrait faire c’est de boycoter les produits Made in USA ou Israel. Du coup l’Arabie Saudite en pâtirait aussi et peut-être s’allierait-elle avec les chinois car s’allier avec son grand concurrent que est la Russie ne serait pas commercialement souhaitable. Le comble c’est que tout le monde le sait et tout le monde obéit aux desiderata des USA. Merkel la première, malgré que toute l’Allemagne se trouve sous écoute téléphonique afin que si commerialement ou politiquement il entreprennent quelque chose de nouveau, Les Usa le sauront à temps pour pouvoir les dévancer…

Les commentaires sont fermés.