LE 19 AOUT 1953

apstrategic-petroleum-reserve2

Nationaliste farouche, Mossadegh arrive à la tête du gouvernement Iranien en avril 1951 avec la ferme intention de chasser les compagnies étrangères. Il rejette une offre de l’Anglo-Iranian Oil Company de partager par moitié les profits tirés de l’exploitation du pétrole et, dès le 1er mai 1951, fait voter la nationalisation des puits iraniens et l’expropriation de l’Anglo-Iranian.

En août 1953, suite à un référendum qui donne quitus au gouvernement pour poursuivre les réformes, Mossadegh dissout le Majlis (le Parlement iranien) et annonce de nouvelles élections.

Mais le 16 août 1953, Mohammed Réza chah envoie ses gardes au domicile de son Premier ministre pour l’arrêter. Surprise ! Les gardes de Mossadegh désarment ceux du roi… et ce dernier doit fuir son pays pour l’Italie dans la précipitation. Dans les deux jours qui suivent, les habitants de Téhéran manifestent bruyamment leur joie et déboulonnent les statues du chah et de son père, Réza chah Pahlévi (on écrit aussi Pahlavi), le fondateur de la dynastie.

Le chah déchu peut heureusement faire confiance aux services secrets occidentaux. La CIA américaine, dirigée par Allan Dulles, et le MI6 britannique apportent leur soutien au général Fazlollah Zahedi qui organise un coup d’État dans les règles.

Le 19 aout 1953, la résidence de Mossadegh est bombardée et le Premier ministre ne doit son salut qu’à une fuite par une échelle. Le chah peut bientôt revenir et faire juger Mossadegh. Celui-ci est condamné à mort mais n’effectuera au final que trois ans de prison.

L’Anglo-Iranian Oil Company retrouve ses biens, en changeant son nom pour celui de British Petroleum (BP), et tout rentre dans l’ordre ! Tout ou presque. Les compagnies américaines, autour de la puissante Standard Oil, profite de l’affaire pour faire leur entrée sur le marché iranien. Il faudra attendre vingt ans avant qu’un autre pays ose nationaliser son pétrole. Ce sera l’Algérie…

Source

A lire également : PUNIR LES MAUVAIS ELEVES

Publicités