LETTRE A LA FRANCE …par des étudiants de Sciences Po

glace

Le monde est en constante évolution. Notre peuple, vivant autrefois dans la violence et l’isolement, a muté jusqu’à devenir une civilisation consciente et solidaire. Cette transformation s’est effectuée par spasmes brusques et contractions spectaculaires. Cependant, à mesure qu’approche une telle avancée, des forces profondément enracinées surgissent, tentant d’étouffer le mouvement. Ces forces sont attractives, car elles rassurent : rester dans le monde ancien et familier, préférer la stagnation voire le retour en arrière semble plus raisonnable. Ces forces sont puissantes, car majoritaires, elles nous confinent dans une bulle de monotonie, de rituels inconscients, et c’est alors que l’humanité se sclérose, se meurt dans sa vieille peau sans avoir tenté la moindre éclosion.

Ces forces, nous devons les combattre. D’abord, il s’agit de les cerner, en élargissant son champ de vision dans le temps et l’espace. Comment a-t-on mis dans les esprits que travailler plus pour gagner davantage pouvait être un progrès, quand la tendance historique admet une réduction du temps de travail, ceci pour atteindre l’objectif premier, depuis longtemps oublié : le bonheur commun ? Comment peut-on brandir les valeurs d’égalité et de liberté, quand les autorités s’efforcent d’interdire nos rassemblements et en finissent avec l’égalité du temps de parole lors des élections ? Le dictat de la pensée est total : nul n’a aujourd’hui le droit de remettre en cause les termes vides de sens que sont démocratie, république, sécurité, que l’on nous brandit au nez à chaque occasion. Le système occidental, capitaliste, démocratique, est aussi arrogant, inégalitaire, impérialiste.

Comment le pouvoir en place peut-il fustiger les casseurs, quand bien même c’est lui, et non notre mouvement, qui les a créés ? Ces casseurs, ce sont des jeunes que les gouvernements successifs ont brisés, et les voilà seuls, armés de leur désespoir, de leur ennui et de leur haine, prêts à lutter contre les 150 000 fantassins déshumanisés (police, CRS, BAC…) envoyés par l’Etat pour assurer sa propre survie. Ces hommes ne sont pas nos ennemis. Ils ont des femmes, des amis, des frères, parfois des enfants qui se joignent chaque jour et par milliers à notre avancée : le jour venu, ils ne pourront les frapper. Ces débordements, dont on entend parler chaque jour, sont du fait des politiques, ils sont la preuve de leur échec, et le signe de leur fin proche.

Car voilà le peuple de France, peuple révolutionnaire, prêt à reprendre sa juste place. Les réformes seront lourdes mais fermes, ambitieuses mais efficaces, elles demanderont du courage, car nous nous retrouverons dans une position avant-gardiste que la France n’a plus l’habitude d’occuper. Mais nous nous retrousserons les manches, fiers et solidaires. C’est dans la difficulté que l’on obtient les plus belles victoires, c’est dans la souffrance que l’on écrit l’histoire.

Un Conseil Populaire sera érigé, dont les membres, tirés au sort, auront un droit de veto et de proposition envers l’Assemblée. Le Président doit être élu pour un mandat non reconductible de sept ans. La démocratie numérique, l’essor de propositions et de votes en ligne, doit être encouragé. Enfin, les politiciens en fonction ne pourront plus intervenir dans les médias : ils seront jugés sur leurs résultats plutôt que sur leurs paroles, se concentrant sur leur travail, et laisseront aux experts le soin de commenter leurs décisions et d’éduquer la population. Ces mesures permettront une déprofessionnalisation de la politique, et une épuration de la démocratie, depuis longtemps trahie par les hypocrites et les opportunistes.

Enfin, la société devra réaffirmer son souhait de diriger ses citoyens vers le bonheur commun. La semaine de quatre jours permettrait une réduction évidente du chômage, une augmentation de la consommation et des loisirs, et surtout une meilleure qualité de vie. Des mesures écologiques drastiques seront enfin mises en place. Des excuses seront faites aux banlieues, créées pour soutenir la France industrielle d’une main d’œuvre bon marché puis laissées à l’abandon, excuses accompagnées de réelles mesures d’assainissement et de développement économique.

Ils nous pensent faibles et apathiques, recroquevillés toute la journée devant nos écrans d’ordinateur, incapable de lever le poing. Rappelons-leur la puissance du peuple souverain et indomptable, laissons-nous rêver et tenter l’impossible. Regardons-nous dans la rue comme des frères, les larmes aux yeux devant la beauté de cette aventure. Car ensemble, tout est possible. La seule difficulté, l’unique, c’est d’y croire. Alors croyons-y, bordel !

Ils nous disaient : Soyez esclaves !
Nous avons dit : Soyons soldats !

Etudiants de Sciences Po

« La dictature parfaite aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où grâce à la consommation et au divertissement les esclaves auraient l’amour de leur servitude. »… Aldous Huxley

Publicités

2 réflexions sur “LETTRE A LA FRANCE …par des étudiants de Sciences Po

  1. Quand les casseurs ou soi-disants casseurs s’attaquent au service d’ordre syndical rien ne va plus (10 Blessés) Cela rappelle aussi ce QU’A DIT le plus important des syndicats POLICIERS ALLIANCE l’étrange comportement des officiers ou commissaires commandant les assauts ou l’emploi de lacrymo et autres : pourquoi faire attendre 1 HEURE OU DEUX AVANT D AIDER LE SERVICE D ORDRE SYNDICAL QUI sont ces policiers en civil casqués avec brassard ou sans « police » de quel bord sont ils ?? c’est souvent confus : faire attendre ou laisser faire N ‘EST CE PAS POUR DISCREDITER DES MANIF LEGITIMES DES  » NUIT DEBOUT » LA CGT OU FO ?????

    les representants de salariés contre LE MEDEF CGC PS ET CFDT !!!!!!!!!!!!!!!

    VOUS AVEZ DIT BIZARRE,,,,,,,,,,,,,,quand aux bobos du PS ( UMPS) ils ont bien mérité leurs caricatures
    tout chez eux est caricature ……DU VENT !!!!
    VITE UNE VRAIE GAUCHE PCF PG FRONDEURS ET EELV contre
    PS MEDEF CGC CFDT RIPOUXBLICAINS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Je suis à 100 % d’accord avec l’idéologie présenté dans ce texte.
    Pensée humaniste, solidaire avec un fond révolutionnaire. .très bien écrit

Les commentaires sont fermés.