LES LARBINS DU CAPITALISME

fesses-300x224

Depuis plus de 5 siècles le capitalisme a trouvé des Larbins pour le servir et se servir. Les monarques de tous pays ont aidé à la substitution du féodalisme par le capitalisme, et les Républicains qui ont succédé à la monarchie autoritaire se sont ralliés sans problème à ce système d’exploiteurs entraînant les peuples dans des guerres cruelles et dramatiques sur tous les continents pour s’accaparer les richesses produites par le travail populaire. Les guerres européennes sous Louis XIV et Louis XV, les guerres Napoléoniennes I et III ont été aussi mortuaires, la guerre pour l’indépendance des Etats-Unis, les massacres des indiens par les espagnols, les 2 guerres mondiales du 20ème siècle et toutes les guerres coloniales, comme celles de la Corée, l’Algérie et le Vietnam ont aussi massacré sans vergogne des millions de gens. Tous les dirigeants-larbins du capital ont permis cette monstrueuse mitrailleuse génocidaire que les historiens continuent d’expliciter et d’analyser.

On peut citer la longue liste de tous ces larbins depuis 5 siècles, ils sont des milliers : monarques, généraux, hommes d’affaires, politiciens et hauts fonctionnaires, et même petit-bourgeois arrivistes sans parler des traîtres au mouvement ouvrier et paysan. Aujourd’hui les larbins du capitalisme en France sont principalement au sein des partis politiques comme l’UMP-PS, avec comme dérivatif le FN pour canaliser le mécontentement que suscite la politique du Medef au pouvoir par l’intermédiaire du système de la 5ème république mise en place par De Gaulle. La crise du système depuis 2007-2008 mobilise tous les larbins possibles pour imposer une austérité drastique au peuple. Sarko et Hollande se sont succédés pour nous imposer la destruction de tout le système social gagné de haute lutte par nos anciens des années 30 et 40. Beaucoup trop de gens ne comprennent pas ce qui leur arrive et les médias serviles peuplés de petits larbins sont là pour dérouter les cerveaux populaires qui n’ont pas fait les grandes écoles. L’histoire tragique du capitalisme ne suffit pas à mobiliser les populations pour une autre société, débarrassée de ce système d’exploiteurs avides et perfides. Pour perdurer le Capitalisme emploie des milliers de permanents plus ou moins bien payés dans ses syndicats, comme le Medef et la CGPME, dans les médias de presse écrite et audiovisuels, dans les partis politiques inféodés à la bourgeoisie et autres succursales de réflexion comme « le Siécle », Davos, la trilatérale etc … Ces milliers de larbins essayent de conditionner le peuple et leur faire accepter la fatalité de cette société d’inégalité outrageuse et sans complexe.

Ce constat démontre la force de frappe du capitalisme pour écraser le peuple et le maintenir dans la sujétion au profit et à la grande bourgeoisie maintenant mondialisée. Hollande sert dans ses bras le patron des « Pigeons » sans aucune retenue devant tous les médias, il reçoit la caste « d’exploiteurs étrangers » dans ce palais de l’Elysée monarchique avec délectation, il s’acoquine ouvertement avec le choix américain du marché transatlantique, il nous impose un soi-disant Pacte de responsabilité avec un premier nouveau cadeau au Patronat de 50 milliards d’Euros, qui s’ajoute au 300 milliards déjà accordés ultérieurement depuis les années 80 sous Mitterrand. Ce Larbin en chef a été élu par un électorat de Gauche complètement méprisé et ignoré, et son impopularité démontre le choc que sa politique dévaste dans le corps social de notre nation. Les élections prochaines seront un bon sondage pour confirmer le rejet de ce pouvoir de larbins, mais cela ne changera rien au système bien balisé par le scrutin dit représentatif, qui ne permet aucun changement institutionnel, non dirigé par la bourgeoisie. Cette classe, même finissante sur le plan historique, continue de faire des ravages meurtriers sous toutes les formes que nous connaissons depuis longtemps. Les larbins sont mobilisés comme jamais dans cette crise permanente du capitalisme. Pour les supprimer, comme ils suppriment les fonctionnaires et les usines en mettant sur le carreau des millions de français productifs, il faut donc une révolution des exploités, de tous les laissés pour compte. Cela n’est pas simple mais il le faut absolument, avant le chaos tragique qui se profile à l’horizon dans peu de temps.

Ce terme de Larbin est péjoratif et pourtant il prouve que certains d’entre nous sont et restent soumis au pouvoir d’une oligarchie, comme au temps des esclaves, sans aucun esprit de remords. Le capitalisme produit ce type de défaut servile par l’attrait d’avantages financiers ou simplement de confort idéologique et matériel. La propriété privée avec son individualisme bourgeois ne peut que susciter le mépris de ceux qui n’ont rien par la naissance et qui n’ont que leur bras pour vivre.

Le Larbin est plus qu’un simple domestique, il est conscient de servir son patron avec une certaine affection sans se poser de question. Le militant révolutionnaire est tout le contraire car il n’a ni Dieu Ni Maître ….

Source

Publicités