ATTENTAT CONTRE UN SIECLE DE CODE DU TRAVAIL

gattaz

Contre la peine de mort Robert Badinter avait honoré l’humanité entière, contre le code du travail, il se déshonore. Il ment en prétendant réécrire à « droits constants » un code dont il casse les fondements théoriques, juridiques, historiques et pratiques. Et avec lui, tous les Hollande, Valls, Sapin, Macron, Rebsamen, qui, selon la « stratégie du choc », parachèvent brutalement avec le projet de loi El Khomri, la destruction d’un siècle d’histoire du code du travail.

Finies les 35 h : les heures supplémentaires pourront être compensées et non plus majorées. La durée maxima hebdo du travail est repoussée de 48 h à 60 h. Sans l’autorisation préalable de l’inspection – qui est supprimée. Il deviendra possible de travailler 12 h par jour et non plus 10 h. Le repos quotidien de 11 h pourra être fractionné ! La forfaitisation par accords individuels pourra aller au delà de toute durée maxima. Les congés payés ne sont plus obligatoires, le salarié peut y renoncer pour de l’argent. Un apprenti pourra travailler 40 h. Il n’y a même plus d’âge plancher pour le travail des enfants. Il n’est plus interdit de payer à la tâche. Fin de la mensualisation.

Alors que le code du travail s’était construit autour de la réduction du temps de travail depuis 170 ans, la notion de durée légale est « de facto » supprimée, les entreprises en décideront, au cas par cas, le pistolet sur la tempe de leurs salariés. Les syndicats majoritaires pourront être court-circuités par les syndicats minoritaires qui auront le droit d’en appeler au patron pour qu’il organise un referendum à ses ordres.

Si ses profits et ses dividendes baissent, le patron pourra modifier les horaires à la hausse et les salaires à la baisse (la loi Warzsmann de Sarkozy l’avait autorisé pour un an, la loi Sapin l’avait prévu pour deux ans, là c’est pour cinq ans). Les licenciements sont préprogrammés dés la signature du contrat et les patrons licencieurs abusifs verront leurs condamnations abaissées au maximum. Les inaptes au travail pourront être chassés.

La médecine du travail, les prud’hommes, l’indépendance de l’inspection du travail, les institutions représentatives du personnel sont laminées.

La subordination est remplacée par la soumission. Les droits fondamentaux au travail sont limités « par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise ». Sous couvert de carte ad vitam « personnelle d’activités », une variante de l’ancien « livret ouvrier » du XIX° siècle sera mise en place, le contrat de « gré à gré » imposé par l’employeur l’emportant sur les droits collectifs, avec un mixte de droit civil et de contrat commercial, « ubérisé ». Cette mise à mort des droits conquis par les salariés pendant des décennies mérite un branle-bas de combat pour un appel à la grève générale par tous les syndicats. C’est même urgent vu que la ministre du travail, annonce qu’ils ont l’intention de procéder par coup d’état, avec l’article 49-3 – pour la raison qu’ils n’ont pas la majorité de gauche pour voter cette forfaiture.

G.FILOCHE

« En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur »… Gandhi

 

Publicités

4 réflexions sur “ATTENTAT CONTRE UN SIECLE DE CODE DU TRAVAIL

  1. Attentat je l’aurais mis au pluriel, je fus déçus de l’article pour une fois. En effet le patronat et ses sbires ont toujours cherché à amender ou supprimer les droits acquis durement; parfois après de nombreux morts comme 1906(repos dominical suite à la mort d’un peu plus d’un milliers de mineurs). Il y avait également un article intéressant dans le monde diplo de décembre ou janvier sur le détricotage et les divers véto & blocus du CNPF(ex médef donc) qt à la sécurité sociale, les retraites et les prestations familiales introduits par le CNR. A l’origine ces 3 entités ne devaient en formé qu’une seule et être représenté et représentative par/des travailleurs… S’en suivis une relative periode d’accalmie jusqu’à l’ère reagan/Thatcher. Depuis nous subissons(les productifs) attaques sur attaques. D’autre part la législation sur le travail a commencé avec 1841 (je crois) avec la limitation du travail des enfants. Mais je râle sur un article qui aime bien châtie bien
    irielov

  2. Bonjour, le ,les problèmes ne seront pas resolu demain,car vous commencer par un mauvais jugement! Il est faussement bon .En disant que M Badinter nous avait honorer avec son abolition de la peine de mort. C’est bien là ,le reflet d’un manque de lucidité. En soit la peine de mort est mauvaise,si nous vivions dans un paradis,mais le monde des humains n’est pas cela!
    Par contre cela a donner ,plus de liberté d’action aux politiques ,aux traffiquants, aux meutriers ,a un pouvoir sans foi ni loi. Ils sont désormais a l’abri hors d’atteinte. Les populations ,les peuples ne sont pas majoritairement meurtrières,perverces que cette petite minorité qui pondent des lois qui les protégeant. Alors pour mr Badinter je ne vois pas fonciërement un changement,tout cela c’est de la litterature de bas échelle.Eux, continu d’avancer pas à pas sans relache. quelques lois qui donne de la brillance ,mais qui ne sont que des attrappes couillon. Alors! mauvaise introduction, n’en déplaise.

  3. Ce qui me frappe c’est tout de même cette impression qu’ils s’enfoncent comme dans du beurre…
    C’est sidérant. Alors pour ma part, je ne suis pas grand chose et en ai bien conscience, j’essaie humblement d’aider à un éveil des consciences. Mais j’ai souvent prétendu que la tâche serait plus compliquée de nous mutualiser sous une dictature 2.0. Nous y sommes, à n’en pas douter. Puis-je me permettre de vous coller mon dernier billet de blog, qui est sur le sujet et qui contient de nombreux liens vers d’autres billets plus anciens, tenez ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/26/pepere-aussi-valls/ Je vous cite souvent et j’ai même, grâce à votre syndrome du larbin rédigé un billet exclusivement sur ce sujet tenez, c’est là ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/29/le-syndrome-du-larbin/ Merci pour tout et au plaisir de vous lire – JBL

Les commentaires sont fermés.