TIBET, PARADIS DES MOINES

Le Tibet avant l’arrivée de la Chine n’était pas franchement le paradis sur terre. Le Tibet des moines était une dictature moyenâgeuse, que seules la passion et l’attirance des occidentaux pour ces philosophies soi-disant tolérantes, continuent de défendre. La doctrine religieuse imposait la supériorité du riche seigneur sur le paysan misérable, sur l’esclave et la femme. Cette idéologie justifiait un ordre de classe féodal. Tout était prétexte à de lourdes taxes, et les dettes passaient du père au fils et au petit-fils, et si on ne payait pas, on était réduit en esclavage. Les punitions favorites étaient entre autres d’arracher la langue, l’œil, ou de sectionner le tendon du genou, le seigneur avait droit de vie et de mort sur ses serfs.

Dès le 13ème siècle, le Tibet est annexé à la Chine par les Mongols. Au 17ème siècle, il est une des dix-huit provinces de l’empire chinois. Fin 19ème, l’empire britannique envahit le Tibet et y installe ses comptoirs de commerce. En 1949, le Département d’Etat US déclare le Tibet partie intégrante de la Chine. Mais tout change quand la Chine devient communiste avec Mao Zedong. Le même Département d’Etat US écrit alors : « Le Tibet est stratégiquement important, il est dans notre intérêt de ne pas le reconnaître comme faisant partie de la Chine  »

Lorsqu’en 1951 l’Armée Populaire de Libération entre au Tibet, Le dalaï-lama écrit un poème à la gloire du président Mao Zedong. L’accord prévoit le maintien du servage au Tibet sous l’autorité du Dalaï-Lama. Les monastères, le Dalaï-Lama, les moines et les seigneurs garderont plus de 70% des terres. Pékin gèrera les questions militaires et les relations internationales. Le dalaï-lama reçoit le poste de vice-président du parlement de toute la Chine. Mais en 1959, Pékin décide de profondes réformes, les tortures et le servage sont supprimés, une réforme agraire est engagée : le Dalai-Lama et les seigneurs s’y opposent soutenus par l’occident.

Le principal financier du mouvement tibétain est le gouvernement des Etats-Unis, aujourd’hui les versements sont plus discrets, à travers diverses organisations de couverture. Les USA considèrent la Chine comme leur principal ennemi, ils encouragent donc les séparatismes ainsi que toutes sortes d’oppositions, et ils soutiennent par des campagnes médiatiques toutes actions pro-tibétaines.

Le Tibet est une région autonome, où la culture et la religion se pratiquent librement. La langue tibétaine est parlée et écrite dans des écoles tibétaines. La Chine a publié d’importantes collections de livres, des journaux et des magazines en langue tibétaine. Le plus grand risque pour la culture tibétaine comme pour beaucoup d’autres cultures est la modernité qui efface et modifie ses traditions.

Une solution pour le retour du Dalaï Lama au Tibet serait que cette région de culture tibétaine soit clairement laïque au sens politique, tel qu’on le comprend en France, et que la religion bouddhiste soit confinée dans la sphère privée. Soutenir et prôner un retour du Dalaï Lama en tant que chef spirituel et politique, et donc le retour à  une théocratie, est totalement absurde. L’on peut être contre le régime chinois, sans vouloir le retour d’une dictature religieuse !

Le Dalai Lama, qui se présente comme « le gouvernement en exil » avec le soutien des occidentaux, réclame un ‘Grand Tibet’ : le double de celui où les dalaï-lamas exerçaient le pouvoir politique local dans le passé. Ce territoire incorporerait des provinces dans lesquelles on trouve des minorités tibétaines mêlées à d’autres nationalités. Le dalaï-lama a déclaré au Congrès américain en 1987 : « 7,5 millions de colons doivent partir ». Mais, il ne s’agit pas de colons, car la population de ces régions est mixte depuis des siècles, il s’agit plutôt de purification ethnique. Encore une foi, sous couvert de bon sentiment, la défense des droits de l’homme, est l’argument suprême pour obtenir l’assentiment du public, et sert à justifier notre droit d’ingérence au nom de prétendues valeurs dont nous serions dépositaires. La bonne conscience de l’occident est à géométrie variable suivant ses intérêts économique et stratégique … le Tibet n’échappe pas a cette règle, car au final il s’agit en fait de faire ce que toutes les puissances coloniales ont cherché à faire depuis 150 ans : démembrer la Chine. .

Publicités

12 réflexions sur “TIBET, PARADIS DES MOINES

  1. Curieusement, l’histoire du ressemble assez à celle de l’Ucraïne et ce jusqu’aux réactions des occidentaux. Personnellement, je pense que le Lama est bien sympa, mais n’a pas l’envergure pour être un chef d’état.

  2. les tibétains tous comme les ouïgours du turkestan oriental,sin-kiang: nouvel frontiere en chinois (et au dela plus tard)et les mongoles de la Mongolie intérieures peuvent témoigner du de la colonisation et la cinisations de leurs territoires

  3. à Em’,
    « Laissons aux Tibétains le droit de choisir leur avenir ! »

    Entierement d’accord avec vous, mais je crois qu’actuellement, c’est surtout la CIA qui a envie de choisir l’avenir du Tibet; Il y a de part le monde de nombreuses populations qui sont opprimée et traitées pire que les Tibetains, mais qui n’interressent personne, car elles sont sous le joug de pouvoirs aux ordres de l’occident.
    Au Tibet, ce ne sont pas des soulevement de masses comme en Tunisie ou en Egypte mais des soulevements sporadique d’une caste qui reve de retrouver le pouvoir avec l’aide de puisssances etrangeres.
    Je ne defends pas du tout le régime chinois, et je n’aimerais pas vivre sous la coupe de ce speudo regime communiste, mais force est de constater que la defense des opprimés ne ce fait que d’apres nos interets.
    Si demain une revolution renversait le pouvoir chinois pour mettre a sa place un regime favorable aux USA, mais que le nouveau pouvoir pour des raisons ethniques, ou n’importe quelle autre raison decidait de massacrer les tibetains, et bien je vous fait le pari que soudain nos medias passeraient ce massacre sous silence ou alors y trouveraient des justifications…

  4. Les propagandistes à l’œuvre… pas de problème, on les reconnait !
    Les Tibétains voudraient rester esclaves de leurs maitres les moines … c’est pour cette raison que certains s’immolent ? Non parce qu’ils revendiquent la liberté au Tibet ? Non parce qu’ils ne veulent plus de la loi chinoise au Tibet ? Laisser nous rire !…
    Le Tibet n’était pas le paradis avant l’arrivée des Chinois, c’est un fait, (comme toutes les civilisations, le Tibet devait changer… la notre ne fut pas mieux en son temps), mais le Tibet sous le joug chinois est aujourd’hui un enfer pour les Tibétains !
    Laissons aux Tibétains le droit de choisir leur avenir !

  5. Bonsoir,

    C’est peut-être déplaisant à entendre, mais l’auteur dit vrai. Cette version des faits est assumée par les moines eux-mêmes. Réf : « L’histoire secrète des Dalai-Lamas » de Gilles van Grassdorf, qui a interviewé les tulkus et l’actuel Dalai-Lama lui-même sur la question.

    http://www.evene.fr/livres/livre/gilles-van-grasdorff-l-histoire-secrete-des-dalai-lama-40846.php

    Le Tibet était un pays féodal où l’essentiel de la population appartenait corps et âme à un monastère. La spiritualité des habitants et notamment leur foi naturelle en la réincarnation selon les principes du Dharma faisait que ceux-ci considéraient comme parfaitement normal et tout à fait justifié les sévices qu’ils subissaient.

    La Chine est arrivée au Tibet comme un chien dans un jeu de quilles et a renversé le féodalisme et le servage tibétains au nom d’un humanisme (tous les prolétaires sont égaux entre eux). Mais une grande partie des Tibétains ne VEUT PAS être libérée du joug du servage, voilà la vérité.

    Il faut aussi noter que l’appartenance du Tibet à la Chine ne s’est pas faite suite à une invasion, mais à une relation de « choyon » (protectorat) demandée par les Tibétains eux-mêmes au moyen-âge pour le protéger des razzias mongoles.

    Un document sourcé de première main que tous ceux qui sont curieux du Tibet devraient lire. On ne peut absolument pas accuser l’auteur de propagande puisque les personnes avec qui il a ses entretiens sont précisément celles que les anti-communistes qui ne connaissent pas grand-chose à l’histoire du Tibet prétendent défendre.

  6. Je vais prendre la défense de l’ auteur, même s’ il n’ a pas besoin de moi pour çà : faire de la propagande, c’ est répandre une doctrine. Quelle est la doctrine répandue, Pema ? Ce n’ est pas parce qu’ un article prend le contre-pied de ce qui est communément admis comme la bonne pensée qu’il peut être taxé de propagande …

  7. Article de propagande chinoise … On reconnait bien là la patte de la « grande mère patrie » !
    Pensez vous vraiment ce que vous écrivez ? Honte à vous, les droits de l’homme ne sont pas respectés en Chine, alors au Tibet … . Quand au grand Tibet que vous évoquez, relisez l’histoire … Vous simplifiez et réduisez l’Histoire !

    • relisez, je ne pense pas que les droits de l’homme soient respectés en Chine , comme dans la majorité des pays d’ailleurs! Mais tout le monde idéalise le Tibet, et tous ceux qui critiquent les régimes religieux sont prêts a en mettre un au Tibet. Ils n’ont qu’a aller ensuite vivre au Tibet , au service des religieux, je pense qu’ils changeront très vite d’avis.
      Ensuite vous faites un amalgame, ce n’est pas parce que l’on critique les moines et le Daili Lama, que l’on soutient le régime chinois. De la même manière, c’est comme si je vous accusais d’approuver la politique américaine et de soutenir la CIA parce que vous défendez le Daili Lama.

  8. Article lucide sur la situation. Il faut ajouter que le « gouvernement en exil » est en Inde et profite d’un juteux fond de commerce avec les T-shirts et autres grigri à l’effigie du Dalai-Lama achetés par les droitdelhommistes du monde entier.
    La succession du Dalai-Lama va peut-être changer les choses dans le sens d’un compromis plus réaliste. Voir à ce sujet l’article suivant :

    http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,2095608,00.html

Les commentaires sont fermés.