LES BEAUFS ET LE COMMUNISME

Combien de fois n’ai-je pas entendu ou lu des propos tels que :

squelette-2

« Quel beau monde de merde en perspective avec le communisme et le collectivisme, ces solutions de rechange ont partout sur terre prouvé que c’était pire que tout. » ou » Le capitalisme triomphant réussit là où le communisme a échoué, avec le libéralisme et l’économie de marché les famines et les maladies ont été éradiquées, la prospérité n’a jamais été aussi grande, et les inégalités aussi faibles. » et encore » La révolution, c’est la redistribution de la pauvreté, c’est la seule chose dont elle est capable, on a vu ce qu’elle est devenue la révolution bolchévique, chinoise ou autre cambodgienne » et la meilleure » La preuve que le capitalisme est le meilleur des systèmes, c’est que tout le monde l’a adopté ! » Sans oublier bien sûr les 100 millions de morts

Visiblement vous n’avez aucun scrupule à caricaturer le communisme, à avaler la propagande déversée par nos dirigeants : je ne pense pas, je ne réfléchis pas, le communisme c’est mal et puis c’est tout. C’est ma foi une bien triste posture. A défaut de comprendre ce dont vous parlez, vous essayez pathétiquement de défendre votre « libéralisme » auquel vous ne devez pas non plus comprendre grand chose. En gros, vous représentez le succès de la propagande TINA, et pour votre confort mental vous ne cherchez surtout pas savoir si toutefois il n’y aurait pas mieux… En cela vous rendez un bien piètre hommage à ceux qui un jour se sont élevés au-dessus de leur temps, au péril de leur vie, pour l’avènement d’une société plus juste et l’amélioration des conditions de vie, dont malgré tout, vous profitez aujourd’hui.

Ne vous en déplaise, le socialisme, le communisme, l’anarchisme sont des courants de pensée légitimes, forts divers voire antagonistes sur certains points, mais qui essaient d’inventer un autre monde. Ce pourquoi vous voudriez nous interdire de penser, de manifester, d’exister, n’a rien à voir avec le capitalisme d’Etat, la dictature d’un parti unique, d’une bureaucratie sur un peuple. Je ne vous parle même pas du PS actuellement au pouvoir. Et puisque les morts vous importent, pensez au nombre de morts donc le capitalisme parsème quotidiennement la planète. Prenez conscience de l’horreur et de l’absurdité de ce système. Mesurez également le pourcentage de la population incarcérée, le nombre de familles jetées à la rue, ou par exemple le nombre de travailleurs pauvres qui dorment dans leur voiture.

Qu’est-ce que la liberté d’entreprendre quand ne peut réellement l’exercer, et dans des conditions décentes, qu’une infime partie de la population, détentrice du minimum de capital, intellectuel, économique, social nécessaire ? Que veut dire la liberté d’expression et d’information quand celles-ci sont captées par les seuls qui peuvent s’approprier les canaux d’expression ? Que veut dire la liberté du citoyen, lorsque les choix économiques sont faits par une infime minorité qui détient les canaux de la création monétaire via le crédit ? Et ainsi de suite.

Avez-vous lu Marx, Gramsci, Proudhon, Bakounine, Jaurès, Lasalle, Rosa Luxembourg Castoriadis, Ellul, etc. avez-vous vu quelque part un grand théoricien de cette large mouvance qu’est le socialisme préconiser et appeler « communisme » une économie planifiée et administrée par une bureaucratie ? Où avez-vous été pêché cela ?

Et où avez-vous vu que ces gens ne se préoccuperaient que d’un économicisme borné, ou bien qu’ils développeraient une pensée conduisant nécessairement au totalitarisme ? Vous avez une conception de l’homme et de la société basée sur des fondamentaux faux, réducteurs, caricaturaux, conduisant à des sociétés violentes, inégalitaires, rabougries.

Des penseurs vous proposent de les suivre au moins un temps dans un cheminement intellectuel qui vise à dépasser le libéralisme, ses droits virtuels, purement formels, et l’administration des hommes et des choses par le pouvoir de celui qui détient l’argent et la force.

Des penseurs qui vous proposent de penser la libération du travail et des forces humaines, de mettre en avant l’intelligence et la créativité. Des penseurs qui pensent la liberté au point d’aller chercher ce qui saute aux yeux mais que d’aucuns ne voient jamais, tout occupés qu’ils sont à obéir, ou à justifier l’injustifiable…les multiples liens de subordination qui ne reposent ni sur le mérite, ni sur la supériorité de l’intelligence.

Et vous, vous êtes là tout fier de votre cuistrerie, prétendant défendre la « liberté », etc., alors que vous défendez vos chaînes et voudriez entraîner autrui dans votre délire.

Mais avez-vous un jour compris ce qu’était la Vergogne ?

 Jean Pierre ACASOCA d’après des réflexions de « CITOYEN »

Lire également : LES VIEILLES RECETTES DU FN

« C’est l’organisation socialiste de l’état qui a échoué, pas l’analyse marxiste de l’économie et de la société »…Willi VAN OOYEN

Publicités