LA THEORIE DE LA THEORIE DU COMPLOT

Les textes conspirationnistes jugés fondateurs remontent à la Révolution française. Ils sont nés dans les milieux catholiques et monarchistes qui voyaient leur monde s’écrouler. Au XIXe siècle, ce sont les puissances souterraines et les sociétés secrètes qui sont accusées de fomenter des complots. Les jésuites, les francs-maçons et les juifs constituent les trois cibles favorites. Jusqu’en 1950, la majorité des théoriciens viennent de l’extrême droite. Les thèses conspirationnistes trouvent un meilleur écho en période de crise. Ainsi, la fin du XIXe siècle où les années 1930 ont été des périodes favorables à la naissance de ces textes. Ces théories ont également été parfois créés pour influencer les politiques, comme « Les Protocoles des sages de Sion », l’un des plus fameux textes conspirationnistes, diffusé en 1901, et réalisé par la police secrète tsariste. Cet ouvrage était destiné à manipuler le tsar  pour l’influencer sur la politique extérieure de la Russie.

 La théorie de « la théorie du complot » telle qu’elle est construite est un vaste fourre-tout où l’on peut retrouver aussi bien des militants politiques de gauche comme de droite, des journalistes ou même des scientifiques. Il y a quand même une grande différence entre être conspirationniste à la sauce « protocole des sages de Sion » et remettre en cause les versions officielles parfois simplistes des autorités. Douter est un réflexe positif. Être sceptique ne signifie pas forcément être conspirationniste. Cela peut être la  volonté de comprendre un événement, officiel ou non pour lesquels parfois il existe un certain blackout.

Regardez les conférences de l’historienne Annie Lacroix Riz, sur le rôle des banques dans la seconde guerre mondiale, et lisez son livre « le choix de la défaite ». Penchez vous sur le rôle des banquiers dans notre société, et le rôle de la BCE. Alors, c’est un complot ? En quelque sorte oui, mais je crois surtout que leur force ce n’est pas tant leur pouvoir de créer des crises qu’ils ne pourraient contrôler, que leur capacité à s’en servir, comme l’a bien décrit Naomie Klein dans la « stratégie du choc ».

Les groupes de pression existent et sont connus, ils ne se cachent pas. Ils sont autoproclamés sans concertation, ils ne sont pas élus : G8, G20, OMC, FMI, OTAN, ONU, Commission Européenne, …. et les médias participent à leur propagande. Ce n’est ni plus ni moins qu’un complot contre les pauvres (individus ou nations). C’est un complot à ciel ouvert, et même si des organisations  comme les Bilderberg existent réellement, ce ne sont peut-être que des leurres comme ceux que l’on utilise pour détourner les missiles de leur objectif. La théorie du complot est aussi un moyen de dépolitiser les individus en leur faisant croire que des forces « obscures » contre lesquelles on ne peut rien dirigent le monde. Alors en attendant on cherche des boucs émissaires : juif, arabe, franc-maçon, communiste… et on se replie sur des symboles religieux ou nationalistes. Souvent derrière ces théories, il est aisé de retrouver l’obscurantisme complotiste cher à l’extrême-droite.

Il a toujours existé des lobbies et des organisations qui cherchent à peser sur les prises de décision politiques et économiques. Le conspirationnisme permet d’expliquer ce que l’on n’admet pas, en faisant correspondre ses thèses avec la réalité qui devient de fait une preuve que le complot existe ! Rien n’est écrit, les vrais conspirationnistes, ce sont ceux qui échafaudent  des théories fumeuses pour faire parler d’eux. Ce sont des espèces de gourous qui profitent de leur charisme pour semer la confusion dans les repères politiques d’un public qu’ils manipulent. 

Ne nous divisons pas, battons nous ensemble, car qu’on les appelle « Illuminatis, « Trilatéral » ou « S&B », au final ce sont simplement des capitalistes. Le seul réel complot qui existe, c’est celui des riches contre les pauvres, celui du capital contre le travail, celui de la finance contre les peuples : c’est le système capitaliste ! Ne nous laissons pas embarquer dans les délires de personnages dont le seul but est au final de nous diviser et de détourner notre colère au profit de la classe dominante, afin de perpétuer le système.

Dieudo PADONEY

« Tout pouvoir est une conspiration permanente »… Honoré De Balzac

CONDITIONNEMENT, COMPLOT et MANIPULATION

Publicités

4 réflexions sur “LA THEORIE DE LA THEORIE DU COMPLOT

  1. Pourquoi tant de simplification ? Il est tout à fait possible que les groupes de pression agissent de façon ouverte (et discrète) d’un côté, ET de façon clandestine d’un autre. Pourquoi exclure la seconde possibilité ? Pensez-vous qu’une multinationale soit incapable de commettre une entente illicite ou de corrompre un individu ? Avez-vous entendu parler de l’affaire Clearstream ? Avez-vous lu « Révélation$ » de Denis Robert ? (si non, je vous le recommande urgemment…)

    Vous ne manquez pas d’air en appelant à ne pas se « diviser », à l’issue d’un article taxant d’idiots et de manipulateurs une part de plus en plus importante des internautes. Je préfère, pour ma part, penser aux points communs que j’ai avec ces « conspirationnistes » qui ont l’air de tant vous déranger, plutôt que de m’en éloigner au prétexte de certaines divergences. C’est en refusant les différences qu’on fragmente la résistance. J’apprécie de partager le point de vue d’une personne sur la Palestine, même si sur la Syrie nous divergeons. Ça veut dire que sur la Palestine au moins, nous pourrons travailler ensemble.

    Enfin, je crois au contraire que les « complots » (comme vous les appelez) *mobilisent* le public. Je m’explique. Il arrive qu’un gouvernement émette des propositions de lois et que celles-ci soient refusées par le Parlement ou le Conseil constitutionnel (Sarkozy est abonné à cette dernière situation). La proposition de loi tombe alors dans l’oubli et ce n’est pas si grave. Mais certaines mesures sont absolument impératives et ne peuvent tout simplement pas être remises à plus tard, comme par exemple notre approvisionnement en pétrole. S’intéresser aux crimes d’État et au terrorisme d’État, c’est découvrir les buts pour lesquels l’État est prêt à tuer. C’est découvrir, à un instant t, les enjeux avec lesquels il est tout simplement impossible de transiger ou de temporiser. C’est identifier les enjeux les plus importants. Comme le pétrole et l’énergie, notamment. Voilà pourquoi, non seulement ce que vous appelez les « complots » ne démobilisent pas le public, mais au contraire, ils le mobilise, en l’amenant à s’intéresser à des sujets auxquels il n’aurait pas pensé autrement, parce que les médias y prêtent généralement peu d’attention (l’énergie et le pétrole, par exemple).

    Je pense que le pétrole est la véritable toile de fond du 11-Septembre et à ce titre, j’ai été amené à me documenter sur l’énergie et le pétrole (Éric Laurent, Richard Heinberg, Jean-Marc Jancovici, Michael Ruppert, etc.). Parce que le 11-Septembre m’a interpelé. Rester à la surface des choses vous fait ignorer un certain nombre de faits importants, comme le phénomène du Pic Pétrolier, phénomène que la majeure partie de l’opinion publique ignore encore. Je veux pour preuve de cette ignorance la surenchère de propositions de gauche et de droite, durant cette campagne présidentielle, visant à baisser le prix de l’essence, baisse réclamée par le public alors même que si ce dernier était informé du Pic Pétrolier, il demanderait au contraire une HAUSSE des prix, pour préparer la transition énergétique. Il serait de la dernière irresponsabilité de baisser les prix de l’essence, à quelques années du Pic.

    Il y a quelques années, j’étais comme vous : je m’en tenais aux luttes de gauche. Aujourd’hui, je suis *également* un militant écologiste et pacifiste. Grâce au 11-Septembre.

  2. Adam Smith, qu’on ne peut probablement pas accuser d’être un adepte de la théorie du complot, écrivait déjà, il y a pas mal de décennies : « Tout pour nous même et rien pour les autres, telle semble être la vile devise de ceux qui nous dirigent ».
    En cela, je rejoins assez l’analyse de cet article, selon lequel il y aurait une « conspiration » tacite et permanente des « riches » contre les « pauvres ». Oui, je crois que ça existe, sans être nécessairement formalisé.
    Mais c’est vrai qu’il est facile de récuser cette analyse, comme tout ce qui remet en cause l’ordre établi par certains : dès que vous n’êtes pas d’accord avec eux, vous êtes « conspirationniste », ou pire, « millénariste ». Ce genre de dénégation a tellement été martelée qu’elle en est presque admise par tous. C’est la fameuse technique « Un marteau, un clou » explicitée et largement utilisée (dans divers domaines) par le sarkozy de sinistre mémoire.

  3. « Le seul réel complot qui existe, c’est celui des riches contre les pauvres »

    Totalement d’accord. Sauf que les 99.97% de pauvres ne le savent pas, hélas…
    Ca me rappelle « Le Talon de Fer » de l’excellent Jack London, un roman d’anticipation décrivant une révolution prolétarienne aux USA. Ne ratez pas la préface hallucinante écrite par Trotski trente ans plus tard. London, injustement reconnu comme un auteur pour enfant, alors que son œuvre incarne à mes yeux tous les espoirs et les valeurs de ce qu’a été le socialisme, à une époque révolue…
    Il s’est suicidé.

  4. Moi, je veux bien. Toujours est-il que n’importe quel citoyen du monde (on l’est tous) ne peut avaler l’histoire du 11/9. C’est comme si l’on croyait que Sarko est le président du pouvoir d’achat. Faut pas déconner avec ça.

    L’attentat du 11/9 est un auto-attentat pour déclarer la guerre aux pays musulmans, ou plutôt aux pays musulmans à la fois riches en pétrole et en gaz et suffisamment indépendants vis-à-vis du diktat US et occidental. L’Irak, la Libye, la Syrie, l’Iran, tous, curieusement, hostiles à Israël. Je veux dire Israël occupant SCANDALEUSEMENT la Palestine et maintenant le peuple palestinien sous le joug à seule fin de coloniser toute la terre et en expulser le peuple.

    Le monde s’est soumis et s’est couché devant l’agression de l’Afghanistan et de l’Irak, l’objectif étant de créer le chaos0. Il s’est couché ensuite devant l’agression de la Libye. Mais il risque de s’éveiller devant celle de la Syrie et de l’Iran. Il y a bel et bien complot. Un complot occidental. Un complot capitaliste impérialiste. Un complot qui se vérifie AUSSI contre la Grèce ou, encore, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la GB, l’Irlande et la France. La guerre menée au Moyen-Orient, les révolutions tweetées du Maghreb, du monde arabe, portent la marque US. Il ne s’agit pas de libérer les peuples, mais de réorganiser le monde, de le configurer régionalement, de le rendre compatible aux visées occidentales.

    Il s’agit, bien au contraire, d’un immense complot. Celui de la guerre des classes. L’impérialisme frappant tout ce qui lui est contraire. Jouant de ce qui flatte la fibre démocrate : les dictatures irakienne, libyenne, syrienne ou iranienne, mais confortant les dictatures saoudienne, qatarie, barheinie, marocaine, jordanienne…

Les commentaires sont fermés.