MANGER DE LA VIANDE A EN MOURIR

viande

Il est assez significatif de remarquer  que dans le monde dans lequel nous vivons, tous les problèmes cruciaux que peut connaître l’humanité, comme la pollution, la pauvreté endémique de certaines populations, (en croissance, hélas, celle-là), le manque d’hygiène, d’accès à l’eau potable, et donc le manque de nourriture, ne sont examinés que sous l’aspect de la rentabilité. Au lieu d’en déterminer les causes et d’y apporter les remèdes possibles, tout ce que trouve ce système est une fuite en avant en essayant de nouvelles technologies, pourvu que ces dernières soient assorties d’une source potentielle de profits très conséquente. Le principe de précaution vis a vis de ces nouvelles « recettes » n’est jamais pris en compte, car  il ne faut surtout pas remettre en question notre mode de vie qui est responsable d’une grande partie des problèmes rencontrés.

Il est de notoriété publique que nous consommons beaucoup trop de viande. Cela engendre un certain nombre de problèmes : maladies cardiovasculaires en hausse, développement exponentiel de l’élevage du bétail nécessaire à cette consommation, ce qui signifie une augmentation tout aussi exponentielle  des terres arables pour produire cette nourriture ; 60% de la production mondiale de céréales sont utilisés pour nourrir le bétail ! Rentabilité oblige, il faut également diminuer le temps d’élevage avec pour corollaire la création d’élevages intensifs avec des produits transformés conçus pour faire croître les animaux plus vite et plus gros.  De sorte que l’on se trouve en face d’une viande bourrée de produits chimiques de toutes sortes, d’OGM, d’antibiotiques, etc. Une viande  gravement compromise quant à sa qualité intrinsèque et qui pour chaque kilo produit a besoin de plus de 1000 litres d’eau !

Il est grand temps de prendre en compte le problème de la surconsommation de viande et d’y apporter le remède adéquat, qui serait toute une éducation et une campagne intensive de communication afin de changer d’habitudes alimentaires. Il est grand temps de  faire comprendre aux populations l’inutilité de consommer autant de viande, et de revenir à une nourriture plus saine, issue de l’agriculture biologique. Il est grand temps de redistribuer les terres  et d’augmenter considérablement les surfaces cultivées  par la multiplication  des petites exploitations locales et régionales, et non pas en laissant d’immenses surfaces de champs cultivés dans les mains des multinationales agroalimentaires. Ce qui réduirait le coût du transport, faciliterait les rapports sociaux entre populations urbaines et rurales, diminuerait considérablement la pollution du fait d’une régionalisation de la production et créerait beaucoup d’emplois. Il suffirait d’une aide gouvernementale, voire européenne, pour l’Europe, pour faciliter la reconversion, la formation ou l’achat de terres pour faire cette agriculture. A la place, on s’oriente vers la production de viande artificielle …

Surtout ne pas, ne jamais remettre en question le modèle productiviste complètement délétère, absurde, et fou, de l’agrobusiness ! Il est impensable, pour ces gens, que les profits des multinationales et de l’oligarchie mondiale puissent être une seconde remis en question, même si cela peut sauver l’humanité à moyen terme. Ce mode productiviste agricole, outre son côté démentiel, risque à terme de détruire toute vie sur Terre. Ce mode de production est dangereux, 90% de tous les résidus de pesticides se retrouvent dans les produits animaux, alors que les fruits, les légumes et les céréales en recèlent moins de 10%. Ce mode de production est également irrationnel, un bœuf fournit 200 kg de viande, soit 1.500 repas, alors que les céréales qu’il a mangées auraient pu servir 18.000 repas !

Mais rappelons-le, ceci sert uniquement à satisfaire l’insatiable avidité et cupidité de quelques uns ! De la nourriture il y en a largement assez pour satisfaire tous les besoins de l’humanité. Il faut juste changer son mode d’alimentation, revenir à une agriculture saine, développer l’agriculture biologique, et cesser cette course démentielle vers le profit à outrance et à court terme. Ceci est quasiment un choix de civilisation, de société et de modèle économique. Il suffit de voir les gaspillages insensés de nourriture, alors que plus de 50 millions d’enfants meurent de faim chaque année. Une grande partie de la nourriture produite est de mauvaise qualité et nos habitudes alimentaires font qu’un Américain sur trois et un Français sur quatre sont obèses, mais tout va bien, tout est fait pour maximiser les profits des grosses compagnies. C’est ce système qui est le problème, pas l’augmentation des besoins de l’humanité du fait de son accroissement.

D’après D.POSITAIRE et LUCAS DEL SOL

Lire également : COMPRENDRE ET RÉAGIR

ou mieux, voir CETTE VIDÉO , âmes sensible s’abstenir !

« La question est de savoir dans quels cas et jusqu’à quel point nous sommes obligés d’obéir à un système injuste »… John Rawls

Publicités