les USA et les SAOUD au secours de DAESH et d’AL QAIDA au YÉMEN

terroriste

Une coalition de dix pays, emmenée par l’Arabie saoudite, a lancé, dans la nuit du mercredi 25 au jeudi 26 mars, une intervention militaire. L’ambassadeur saoudien, à Washington, Adel Al-Joubeir, a donné le coup d’envoi à une opération aérienne, « limitée par nature », « contre le coup de force des houthistes ». Comme un seul homme, L’Egypte qui est redevable de la manne saoudienne de 12 milliards de dollars vole au secours et curieusement à quarante ans d’intervalle est le camp de l’Arabie saoudite contre le même Yémen. Il en sera de même du Soudan et de la Jordanie, du Maroc, du Koweït, des Emirats arabes unis, du Qatar, du Bahreïn et du Pakistan.

100 avions de guerre et 150.000 soldats saoudiens participent à la curée. En plus de son aviation, quatre navires de la marine égyptienne auraient franchi jeudi le canal de Suez. L’opération baptisée « Tempête décisive » a été déclenchée dans la nuit par des frappes sur différentes positions des Houthis, les miliciens chiites qui ont pris le contrôle de plusieurs grandes villes, dont la capitale Sanaa, au cours des derniers mois. Les forces américaines, sans participer directement aux opérations, ont établi « une Cellule de planification conjointe avec l’Arabie saoudite pour coordonner le soutien américain », a précisé Bernadette Meehan, porte-parole du Conseil national de sécurité (NSC) de la Maison-Blanche. L’aéroport d’Aden, brièvement occupé par les houthistes, a été repris après d’intenses combats par les forces loyales au président Hadi. Alliée à l’Arabie saoudite, l’Egypte abrite à partir de samedi à Charm El-Cheikh le sommet annuel de la Ligue arabe, qui sera dominé par le projet de création d’une force militaire arabe.

Curieusement et malgré les attaques récurrentes des drones américains contre Al Qaîda au Yémen le journaliste Bahar Kimyongür nous apprend, de nouvelles alliances. Les ennemis d’hier sont les amis d’aujourd’hui : « Dans le monde arabe et musulman écrit-il, rien de nouveau. On se bat entre Arabes et musulmans au plus grand bonheur de leurs ennemis américains et israéliens. Les USA et les Saoud sont à l’offensive dans tous les pays qui leur résistent principalement en Syrie, en Irak et au Yémen. En Syrie, les forces saoudiennes attaquent sur deux fronts : le Nord et le Sud. Au Nord, la ville loyaliste et majoritairement sunnite d’Idlib est encerclée par des milices liées à Al Qaîda. Ces milices utilisent des armes américaines, notamment des missiles TOW pour venir à bout de la résistance de l’armée syrienne et des forces populaires qui défendent leur ville et leurs terres. L’un des commandants d’Al Qaîda de l’opération d’Idleb est un cheikh saoudien dénommé Abdallah al Mouhaisni. Au Sud, c’est la ville antique de Bosra al Cham au coeur de laquelle trône un amphithéâtre romain, qui vient de tomber aux mains d’une coalition de groupes djihadistes pilotés par le Front al Nosra, filière d’Al Qaîda en Syrie. Comme le révèle la dépêche Reuters du 23 mars dernier signée Tom Perry, les armées occidentales ont même intensifié leurs livraisons d’armes à Al Qaîda sur le Front Sud. C’est par la frontière jordano-syrienne que ces armes, pour la plupart offertes par l’Arabie saoudite, le plus grand importateur d’armes au monde, parviennent à la coalition anti-Assad du Front Sud. Israël n’est pas en reste puisque des sources officielles reconnaissent désormais fournir de l’aide aux forces anti-Assad dont Al Qaîda dans le mont Bental sur le plateau du Golan. »

« Par hostilité atavique envers l’Iran, les Saoud ont longtemps encouragé Daesh. Aujourd’hui, la dynastie wahhabite cultive l’attentisme avec une crainte grandissante face au prestige accumulé par Téhéran parmi les populations de Syrie et d’Irak vivant sous le joug de Daesh. C’est finalement au Yémen, leur arrière-cour, que les Saoud ont décidé de lancer leurs bombardiers contre la résistance anti-Daesh. (…) Alors que Daesh a massacré près de 200 chiites dans une quadruple attaque kamikaze visant les mosquées vendredi dernier, alors qu’Al Qaîda dans la péninsule Arabique (Aqpa) massacre à tour de bras, cette nuit, le régime wahhabite a lancé une opération militaire aérienne contre les forces rebelles du Yémen(.) »

L’armée israélienne n’est pas en reste. Dans cet étripement interarabe elle tire les dividendes en aidant Al Qaîda ou Al Nosra. On lit sous la plume de Asa Winstanley : « Un article publié la semaine dernière et qui n’a pourtant pas reçu tout l’intérêt qu’il suscitait a confirmé les soupçons soulevés auparavant et les fortes implications des troupes israéliennes dans l’aide et l’assistance au Front al-Nusra, l’affilié officiel d’Al Qaîda en Syrie. Dans son entretien avec les troupes d’occupation israélienne la semaine écoulée, un journaliste du Wall Street Journal présent sur le mont Bental a constaté que les troupes israéliennes accueillaient les combattants blessés d’Al Qaîda et les soignaient dans les hôpitaux israéliens. Une fois guéris, ils sont renvoyés sur la frontière pour poursuivre leurs combats contre le gouvernement syrien. Au mois d’août dernier, le Front al-Nusra a pris le contrôle du point de passage de Qunaitra, un checkpoint situé entre les parties du plateau du Golan occupées par Israël et contrôlées par la Syrie. A ce titre, un responsable militaire israélien, resté anonyme, a précisé au sujet de la prise en charge médicale des combattants d’Al Qaîda : « Nous ne les contrôlons pas ni leur demandons qui ils sont. Une fois le traitement terminé, nous les reconduisons à la frontière et ils continuent leur chemin [en Syrie]. » C’est une alliance tactique destinée principalement et surtout à laisser le pays saigner jusqu’à sa dernière goutte et perpétuer la guerre civile…

Que dire en conclusion ? La situation n’est pas limpide loin s’en faut ! Cependant quelques faits objectifs : les potentats arabes ont atteint le fond en termes de dignité. Au lieu d’être fascinés par la science et le savoir, ils s’équipent jusqu’aux dents pour porter la guerre soit à leur peuple soit entre eux. Les peuples arabes n’ont pas des dirigeants éclairés, c’est cela leur malheur. Ce n’est pas demain, qu’ils se décoloniseront mentalement. Le spectre de l’Islam est un faux nez, la seule vraie révolution qui aurait pu en son temps réussir, ce fut celle de la résurrection « El Baath » d’un monde arabe nationaliste, qui n’instrumente pas la religion ; Les Nasser, les Saddam, les Assad, et même le trublion Kadhafi avait une certaine idée de l’Etat d la Nation arabe. Nous savons tous comment ils furent éliminés Ainsi va le Monde

D’après un article de Chems Eddine Chitour

« La question est de savoir dans quels cas et jusqu’à quel point nous sommes obligés d’obéir à un système injuste »… John Rawls

En vrac, des nouvelles de l’étranger …

Publicités