LA DETTE DE LA FRANCE

La dette de la France est d’environ 2000 milliards, ce qui représente approximativement prés de 30 000 euros par habitant. Ces chiffres sont impressionnants, mais si vous même êtes propriétaire, vous avez un crédit, donc vous êtes endetté … mais vous n’êtes pas en faillite, vous possédez un capital immobilier. Il en est de même pour les administrations ; elles ont aussi des avoirs sous forme de bâtiments, de terrains, et des actifs financiers en France et à l’étranger! Et quelle est la valeur de notre patrimoine culturel et touristique ou de nos infrastructures ? Si l’on attribue à chaque citoyen une dette de 30 000 euros, il faut admettre qu’il possède aussi un avoir de plusieurs centaines de milliers d’euros. La situation n’est donc pas catastrophique.

Il est malhonnête de parler de dette sans examiner les avoirs. On n’est pas en faillite simplement parce qu’on est endetté, mais seulement quand on a plus de dettes que d’avoirs. Mais si l’on brade ses biens, et que l’on continue à rembourser sa dette on se met soi-même dans une situation difficile.

L’argumentation de la dette publique n’est qu’un prétexte pour justifier de nouvelles privatisations. Un gouvernement qui baisse les impôts des plus riches et qui multiplie les cadeaux sans contrôle ni contrepartie, ne peut s’étonner de la hausse du déficit de l’État. C’est 50 milliards d’euros qui transitent chaque année des finances publiques vers les caisses des banques ou des individus qui détiennent des bons du trésor. Et c’est souvent ces mêmes individus qui ensuite fraude le fisc !

La dette publique ne vient pas d’une hausse des dépenses, mais d’une baisse des recettes. L’État dispose d’un moyen dont les particuliers sont dépourvus : il fixe lui-même ses recettes par l’impôt, alors que ce n’est pas nous qui décidons de nos salaires ! Et quand on limite soi-même ses propres recettes, il faut bien trouver d’autres sources de financement : c’est l’emprunt. Et à qui emprunte-t-on sous forme d’obligations du Trésor ? Aux plus riches évidemment ; si au lieu de faire payer les plus riches par les impôts, le gouvernement leur emprunte, cela ne peut qu’aggraver le déficit ! Alors, pour payer, il faut vendre EDF, GDF, autoroutes, ouvrages d’art, patrimoine administratif, industriel etc. Il faut vendre nos services publics aux services privés, réduire les effectifs de la fonction publique et nos dépenses sociales, fermer nos maternités, nos hôpitaux. Il faut ouvrir le secteur public au secteur marchand. Il faut précariser les salariés du privé comme du public !

L’État n’est plus qu’une courroie de transmission qui sert à enrichir les riches et appauvrir les pauvres. Il n’y a donc pas transfert entre générations comme l’on veut nous faire croire, mais transfert entre couches sociales. Les uns hériteront de la dette, les autres de l’argent de la dette ! La seule solution est l’annulation de la dette publique, l’expropriation des banques et des sociétés de finance pour constituer un service bancaire unique sous contrôle de la population. La dette est illégitime, son remboursement aussi!

« Les banquiers sont vos amis, ils veulent votre bien : tout votre bien ! »… A. NONYME

Lire aussi : DORMEZ BRAVES GENS, ILS VENDENT LES BIJOUX DU PAYS …


Publicités

3 réflexions sur “LA DETTE DE LA FRANCE

  1. « la Grèce n’avait pas besoin d’acheter 6 sous-marins aux Allemands ni des frégates aux Français. Et que penser des dépenses exagérées lors des Jeux Olympiques ? « 

    Vous voulez dire que si je me paie un palais avec un prêt c’est de la faute de la banque si je suis endetté, que je ne leur doit rien et que je garde le palais ?

    Effectivement votre monde est merveilleux ! Tout pour rien !

  2. Il faut absolument rétablir une banque publique en France… ou une banque européeenne publique pouvant prêter aux états sans intérêt !

    Les organisations telles que le FMI sont criminelles. On l’a vu dans le passé avec différents pays, particulièrement avec l’Indonésie, l’Amérique du sud….

    Le seul remède contre eux, le principe des « dettes odieuses », mis par écrit, dès 1927 par Alexandre Sack.

    Trois conditions pour qu’une dette soit odieuse :

    1/ Les gouvernements qui ont contracté ces prêts, l’on fait à l’insu et sans l’assentiment de son peuple.

    2/ Les prêts ont été gaspillé dans des activités contre les intérêts des citoyens.

    3/ Le prêteur était au courant de la situation.

    Ce principe fut utilisé par les Américains en Irak. Saddam Hussein avait un pays très endetté. Bush dénonça ces dettes comme odieuses ! 80% de la dette sera ainsi supprimée.

    L’Equateur sut aussi tenir tête au crapuleux FMI, en démontrant que leur dette était anticonstitutionnelle. 70% de sa dette était effectivement illégale après un audit.

    En ce qui concerne la Grèce, on s’aperçoit que Goldman Sachs a joué un rôle de bandits envers ce pays. De même que les autres pays européens. Endettée comme elle l’était, la Grèce n’avait pas besoin d’acheter 6 sous-marins aux Allemands ni des frégates aux Français. Et que penser des dépenses exagérées lors des Jeux Olympiques ?

    Le peuple grec, ses syndicats, magistrats, artistes, médias non corrompus doivent exiger de leur gouvernement un audit. Aucun gouvernement n’a le droit d’assassiner ses citoyens pour satisfaire des créanciers.

    Oui, ce néolibéralisme apparaît de plus en plus comme criminel pour l’humanité ! Etonnant d’y voir un socialiste français à sa tête !

    Le seul au Parlement Européen à y voir clair : Nigel Farage :

Les commentaires sont fermés.