L’HERITAGE EST-IL LEGAL ?

heritage

« Plus l’histoire d’un pays est ancienne, plus nombreuses et pesantes sont ces couches stratifiées de paresseux et de parasites qui vivent du «patrimoine des ancêtres», de ces retraités de l’histoire économique«  Antonio GRAMSCI

L’héritage perpétue les inégalités et ne fait que les amplifier. Pour que tous les citoyens naissent libres et égaux, il faut donc limiter les effets de l’héritage. Il faut donc plafonner l’héritage, pour à terme le supprimer.

La terre de la nation devrait appartenir à la nation et donc à nous tous. Aucune terre du pays ne devrait être privée, l’Etat devrait seulement les louer pour une durée déterminée : 49, 69, 99 ans ? Au début du bail le prix serait évidement plus élevé, mais lorsque le locataire-propriétaire le «vendrait», le bien serait revendu au prorata des années restantes. A la fin du bail, l’Etat récupérerait son bien, et le remettrait à la location. Cela éviterait la spéculation sur les terrains et permettrait la gestion des permis de construire en respectant le principe de mixité sociale. Rien ne justifie la propriété privée du sol national, alors que tout justifierait que seule la nation la possède. Peut-on encore parler de nation lorsque celle-ci n’est plus constituée que de bien privés ? C’en serait également fini de la spéculation foncière et de ces milliers de logements vides, alors que certains dorment à la rue !

L’héritage le plus important est l’héritage collectif : le plus important est de léguer à nos enfants des systèmes de santé et scolaires performants et gratuits, de leur assurer et pérenniser un système de retraites leur assurant un bon niveau de vie. La fonction publique est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas, c’est le tissu social qui protège les plus faibles. Des millions de morts dont les noms sont encore gravés sur les monuments au mort, ont combattu pour ce à quoi ils croyaient, ne faisons pas en sorte qu’ils ne soient morts que pour les banquiers et les industriels.

Évidement l’héritage et la transmission des moyens de production sont les principales inégalités, la richesse produite par les ouvriers est transmisse aux descendants de leur exploiteur, qui à son tour, exploitera leur travail et léguera à ses descendants cette richesse décuplée, et ainsi de suite. Qui a le plus de mérite, si l’on peut dire ainsi, celui qui apporte l’argent, celui qui trouve l’idée ou celui qui la fait vivre ! L’argent sans travail n’est rien, et une idée, si géniale soit-elle, ne peut exister que par la force du travail ! Et pourtant, celui qui travaille, celui qui produit est celui qui a le moins de droit. Par quelle aberration ? Les grands moyens de production doivent être autogérés par les salariés, les multinationales sont des monstres qui ne respectent aucune législation et font pression sur les états, les entreprises deviennent des zones de non droit. Pour que vive la devise « Liberté-Egalité-Fraternité » il faut que les moyens de production échappent à tout héritage. On peut s’interroger sur la propriété privée lorsqu’elle a comme résultat de priver d’autres individus d’accéder au minimum vital. Il est temps qu’ensemble nous trouvions les solutions à cette inégalité qui pervertit l’esprit et fait préférer la cupidité à la solidarité !

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »Jean-Jacques ROUSSEAU

(Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes)

Lire : LE CAPITALISME SE MORD LA QUEUE

Publicités

Une réflexion sur “L’HERITAGE EST-IL LEGAL ?

  1. Si je peux me permettre un exemple très parlant sur la dérive qu’est l’existence même de l’héritage, j’évoquerai celui-ci :

    Aux Antilles, les riches propriétaires terriens (blancs) sont les descendants de négriers qui ont été indemnisés par l’État français pour compenser la « perte » financière qu’à représenté l’abolition de l’esclavage pour eux. De plus, l’endogamie est forte dans ces familles, d’où une totale absence de redistribution des richesses, d’où les manifestations dont on a tant parlé ici en métropole.

    Depuis que je sais tout ça, je suis foncièrement pour la suppression pure et simple de toute forme d’héritage injuste et qui perpétue les inégalités de façon durable.

Les commentaires sont fermés.