FONCTIONNAIRES, POURQUOI CETTE ANIMOSITE ?

visage rose

La jalousie privé-public est fabriquée par une propagande incessante de plus de 30 ans. Les conditions de travail s’endurcissent dans le privé, puis on montre le fonctionnaire (qui n’a pas encore perdu tous ses droits) comme un privilégié, un fainéant, un incapable, un gaspilleur, et bien sûr un emmerdeur fini qui essaye encore de défendre ses droits. Les adeptes du nivellement par le bas, vous l’aurez compris, sont donc farouchement opposés aux fonctionnaires et aux services publics qui profitent à l’ensemble de la population.

Ensuite, vous avez les lobotomisés du bulbe qui vous diront que :« Toutes les catégories sociales bénéficiant d’avantages divers, établis par la loi, sont des privilégiés. Les fonctionnaires sont donc des privilégiés »… mais pas ceux qui bénéficient de cadeaux fiscaux et autres ? Les vrais privilégiés sont ailleurs : ils se situent au sommet de la pyramide, ce sont des dirigeants politiques, des banquiers, des chefs de grands groupes financiers : ne nous trompons pas de cible. Tous les salariés français du privé et du public devraient être solidaires entre eux ! Notons aussi la meilleure de la meilleure de ces parfaits BdB : « Oui un statut est un privilège, dans les pays modernes cela n’existe pas. USA, Suisse, Suède, Italie. Obama cotise à la même caisse de retraite que le salarié du privé, que le fonctionnaire ou l’indépendant. Dans ces pays où les gens ne sont pas jaloux et frustrés, l’égalité en droit est une réalité. »

Et oui, baver sur les fonctionnaires est devenu un sport national… car parait-il, « un fonctionnaire est toujours sectaire, de gauche, et profite du labeur de ceux qui se sont faits tout seul, sans aucune aide, travaillant sans cesse, et accablés par un impôt confiscatoire » , toujours cette même rengaine, véhiculée par ceux qui profitent du système et voudraient encore plus pour leur petite personne au détriment de la majorité. Qu’ils aillent donc tenter leur chance en Somalie ou dans tout autre pays où la fonction publique est réduite à sa plus simple expression. Ah, il y a soudain moins de volontaires ! Je ne comprends pas cette jalousie maladive de certains à l’égard des fonctionnaires, et je trouve dommage qu’une partie de nos concitoyens, accablés par la crise et les difficultés quotidiennes, se laissent entrainer dans ce délire anti-fonctionnaire orchestré par les plus riches pour détruire la fonction publique et la remplacer par des services privés, qui leur rapporteront une fortune sur le dos de l’ensemble de la population.

« Je connais des fonctionnaires qui n’hésitent pas à prendre plus de 40 jours de congé maladie ou qui… » Tous ces propos sont campés sur des certitudes revanchardes, plutôt que sur la raison. La chasse au fonctionnaire pour certains est devenue une sorte de revanche sur l’existence, déclinée dans un champ où l’émotion prend sans cesse le pas sur l’analyse. Comment d’ailleurs accepter d’amalgamer tous les fonctionnaires, et pourquoi ? Les libéraux n’ont de cesse de démanteler l’Etat afin de s’accaparer les services publics. Contrairement à ce qu’ils veulent véhiculer, ces libéraux ne créent rien, mais vivent de marchés publics, profitent de toutes les structures, aides et subventions mises à leur disposition et rêvent de s’accaparer des services qui existent déjà et qui, sous leur coup, deviendraient par un coup de baguette magique « rentables » ! Parce que pour eux, ce qui prime, c’est de liquider les biens publics, afin d’en tirer de juteux bénéfices. De toute façon, eux ont les moyens de mettre leurs enfants dans de très bonnes écoles privées et de se faire soigner dans d’excellentes cliniques privées, les autres ils s’en foutent ! Ecoles et cliniques privées, qui pour s’implanter et prospérer ont profité du système et d’argent public, il va s’en dire !

Si fonctionnaire c’est si bien, pourquoi ceux qui déblatèrent sans cesse sur leur dos n’ont pas passé les concours ; on va embaucher des profs, des instits, des flics, des infirmières…etc., tentez votre chance ! Il n’y a aucun privilège, tout le monde peut participer, bien sûr si vous échouez et que votre voisin ou votre beau frère réussit le concours, ne soyez pas aigri et ne vous en prenez pas à l’ensemble des fonctionnaires pour le plus grand plaisir de ceux qui ne supportent pas de voir de l’argent public leur échapper !

Jean Pierre ACASOCA pour Conscience Citoyenne Responsable

« N’importe quel mensonge à force d’être répété fini par être cru »…J.GOEBBELS

vidéo : LES VRAIS ASSISTES…C’EST LE MEDEF

Publicités

Une réflexion sur “FONCTIONNAIRES, POURQUOI CETTE ANIMOSITE ?

  1. Les fonctionnaires sont des privilégiés parait-il… Cela fait des années que notre point d’indice n’a pas augmenté, et donc perdons du pouvoir d’achat. Et le nombre de contractuels augmente de manière exponentielle.

    Je suis contractuel dans une université. Ce qui veut dire que j’ai tous les inconvénients de la fonction publique sans le moindre avantage: Paie très en deçà de ce que m’offre le privé (BAC+3 en électronique, payé 1470€ nets quand le privé m’en offre 1800€), pas de primes de fin de contrat ou de chèques vacances, pas de possibilité de comptabiliser les heures supplémentaires que je fais pourtant… Je n’ai pas la sécurité de l’emploi puisque je suis en CDD sur un poste pourtant necessaire à long terme.

    Ma femme a passé pour ça part et obtenu un concours de la fonction publique. Elle a Bac+5 (Sciences Pô), et pendant sa formation de 18 mois, elle touche 1400€ nets, alors qu’elle a énormément de dépenses pour les stages qu’elle effectue aux 4 coins de la France et les dépenses que cela implique. Notre situation financière nous permet tout juste de vivre, et encore, il m’a fallu me résoudre à appeler ma famille à l’aide.

    Donc NON, fonctionnaire n’est pas la panacée. En tout cas pas pour des personnes qui ont tapé au delà du bac. Alors pourquoi avons-nous décidé de travailler dans la fonction publique ? Parce que, malgré les coups de canifs portés par les gouvernements successifs au service public, on n’oublie pas le sens du mot service !

    Mon travail permet à des jeunes issus de toutes les classes sociales de pouvoir exercer des métiers pointus qui rapporteront plus tard au pays, ma femme quand à elle permet à des familles de ne pas se retrouver livrés à la rue. Sans ces « fonctionnaires », ce serait tout simplement la loi de la jungle qui s’appliquerait, et je ne crois pas que la majorité des gens en sortirait gagnants.

Les commentaires sont fermés.