LA MACHINE D’ANTICYTHERE, L’ORDINATEUR DES ANCIENS !

machine

La machine d’Anticythère, représente sans doute l’une des plus grandes trouvailles archéologiques jamais réalisées. Il s’agit, probablement, du plus vieux calculateur de l’humanité, bien avant la Pascaline en 1642. C’est en 1901 au large de l’île grecque d’Anticythère que des pêcheurs d’éponges découvrent l’épave d’un navire datant du 1er siècle av. J.-C. A son bord, ils trouvent quelques œuvres d’art abîmées, mais surtout un bien étrange petit bloc pris dans le calcaire, où l’on pouvait distinguer de petits engrenages, qui représentait un agglomérat de pièces éparses incrustées dans une masse pierreuse avec une vingtaine de roues dentées répertoriées, des axes, des petits engrenages (dents d’environ 1 mm), des tambours, des aiguilles mobiles et trois cadrans gravés d’inscriptions et de signes astronomiques.

Ce drôle d’engin devait servir aux marins du monde Antique à se repérer en haute mer pour calculer leur latitude. En plus le petit bijou de mécanique précise permettait de calculer les cycles lunaires et comportait une telle multitude de détails qu’il fallait attendre plus d’un millénaire pour qu’au dix-neuvième siècle on réussisse à répéter cette prouesse technique. Imaginez un peu qu’il s’agissait du premier siècle avant Jésus-Christ, d’une galère romaine qui progressait à coups d’avirons et d’une société qui, selon nos croyances, barbotait à côté de la ligne côtière de la Grèce Antique par peur de s’éloigner et de se perdre dans le Grand Bleu. De quoi changer notre vision du monde et la chronologie des découvertes.

La Machine d’Anticythère demanda aux hommes plus d’un siècle et la technologie la plus pointue du XXIème siècle (imagerie par tomodensitométrie, modélisation 3D, etc.) pour vraiment comprendre ce qu’elle était. C’est un petit boîtier en bois (34x18x9 cm) qui contient un mécanisme en bronze : trente roues dentées, des trains d’engrenages épicycloïdaux … le tout actionné par une manivelle. Un texte écrit en koinè, la langue commune grecque, gravé à l’intérieur de la machine donne le mode d’emploi de l’objet. Il sert à “représenter le mouvement et les phases lunaires, prévoir les éclipses de la Lune et du Soleil, positionner les planètes dans le zodiaque, annoncer les jeux panhelléniques…“

Il est vrai que le calculateur, comme il fut appelé par l’équipe de savants qui l’ont passé aux rayons X, s’est avéré de disposer de 4 cadrans minuscules recouverts de plus de deux mille inscriptions servant à la fois d’un mode d’emploi et d’une brève étude des sphères célestes datant du monde antique. Ce qui est également frappant, c’est la précision minutieuse de la réalisation de l’appareil qui nous oblige à penser à une production en série avec l’utilisation d’alliages métalliques qui ont résisté à plus de deux millénaires de corrosion en élément aquatique.

Dans la machine d’Anticythère, il y a une façon de faire qu’on ne retrouve pas dans la mécanique horlogère contemporaine : certains engrenages sont épicycloïdaux, avec un centre de rotation mobile, et non fixe. Ainsi, quand les engrenages tournent, la distance entre leurs centres s’allonge ou raccourcit, obligeant les dents à mettre plus ou moins de temps à venir chercher les autres dents, ce qui ralentit ou accélère le système“. (Pour tenir compte de la trajectoire elliptique de certains astres). La machine fait des corrections de 1 jour tous les 76 ans, soit 0,12 seconde par jour. C’est beaucoup plus précis qu’une montre mécanique moderne.

Autrement dit les Grecs et les Romains se sont débrouillés à créer un appareil de série qui devait être l’un des instruments de bord type et qui, par son existence même, contredit la thèse officielle traitant les Grecs et les Romains en civilisation peu avancée. Vous allez être tétanisé si je vous apprenais en même temps que les leviers centraux de la machine d’Anticythère étaient actionnés à la façon d’une transmission automobile c’est-à-dire de la vulgaire boîte de vitesses que nous n’avions découvert qu’en première moitié du vingtième siècle !

A force de creuser, les scientifiques ont fini par découvrir une citation de Cicéron qui attribuait la création de ce gadget à Archimède. Comme cet appareil, qui n’a pas encore livré tous ses secrets, savait se rendre utile par le calcul des cycles lunaires, solaires et la définition de la position des étoiles, sans parler des calculs arithmétiques élémentaires, on le croit être le bisaïeul de nos ordinateurs de bureau. Certes, il ne fonctionnait pas aux cristaux liquides et n’avait pas de clavier mais il savait travailler avec des logarithmes et avait une précision irréprochable, surtout pour une technique datant de l’an Cent avant notre ère.

Aucun autre objet de ce type n’a été encore retrouvé mais l’existence de la machine complète peut-il faire dire que le monde Antique a hérité d’une civilisation autrement plus ancienne qui a péri au fond de l’Atlantique suite à un cataclysme grandiose mais dont certains vestiges des connaissances techniques nous auraient été transmises par l’entremise de la civilisation égyptienne soigneusement copiée par les Anciens Grecs et les Romains, ou alors cela prouve-t-il seulement qu’une technologie peut très bien disparaître.

Voir : LANÇONS LE DÉBAT : LES VOITURES ÉLECTRIQUES

Publicités

Une réflexion sur “LA MACHINE D’ANTICYTHERE, L’ORDINATEUR DES ANCIENS !

  1. « la thèse officielle traitant les Grecs et les Romains en civilisation peu avancée »… Les Grecs ont créés la philosophie et la démocratie et les Romains ont faire vivre une république plus de 4 siècles. A l’époque de César, Rome était une ville de 1 à 1,5 millions d’habitants, il a fallu attendre le XIXème siècle pour retrouver une ville de cette taille… A cette époque, les médecins opéraient déjà de la cataracte (vivre au-delà de 100 ans était courant). Je rappelle au passage que notre code civil s’inspire largement de celui des Romains…
    La fin de la République romaine a-t-il été la fin de tout ce monde (en -44) ?
    Je ne pense pas que l’Atlantide ait existé…
    J’ai des doutes sur « il savait travailler avec des logarithmes »… Pouvez-vous confirmer ?

Les commentaires sont fermés.