DES ANARCHO-PUNKS AUX FINANCES PUBLIQUES…A REYKJAVIK

look

Quand des punks quittent leurs squatts et leurs lieux alternatifs, ils sont aussi capables de gérer une ville, voire une capitale d’Europe. De 2010 à 2014, Reykjavík a vécu une expérience unique en son genre : avec son maire, Jón Gnarr ancien comédien et des artistes se disant anarcho-surréalistes, totalement novices en politique, la capitale de l’Islande allait être administrée… avec succès !

Celui qui tournait dans des séries télévisées avec la chanteuse Björk, qui désignait les banques comme les responsables de la crise, qui faisait des propositions pour « Un Disneyland à la place de l’aéroport » ou « De la bonté envers les malheureux », qui fut qualifié de « clown » mais qui se présentait comme une antidote aux « politiques » pour gérer une ville de 300.000 habitants, allait administrer la ville et gérer un budget de 12 millions d’euros pendant 4 ans avec les membres de son « Meilleur Parti », en majorité des stars du rock et presque tous des ex-punks. En fin de mandat, il laisse la capitale islandaise en pleine forme.

Les punks ont assaini les finances

Tout au long de sa mandature, Gnarr a mis en pratique les convictions qu’il a toujours revendiquées dans son parti, fondé à la hâte en 2009 : justice sociale, égalitarisme avec les individus et respect de l’environnement (Vivre en Islande). Côté finance, elles ont été assainies. Explication d’un (ir)responsable du parti : « En tant qu’artistes, on avait l’habitude de travailler avec de petits budgets, ça nous a aidés ». CQFD.

« Ils ont également tenu quelques discours réussis, construit plusieurs dizaines de kilomètres de pistes cyclables, conçu un plan d’urbanisme, réorganisé les écoles, développé les petits ateliers d’art et fait de la capitale une ville agréable à vivre et en plein essor. Le tourisme a enregistré une croissance de 20 % . Le prix de l’immobilier recommence à grimper, des hôtels sortent de terre un peu partout, les costumes ne sont toujours pas revenus à la mode mais on voit beaucoup plus de Range Rover dans les rues ».

Celui dont l’objectif était : « de me démettre moi-même de mes fonctions.«  à tenu ses promesses. Il a « passé la main » le 12 juin 2014. Aujourd’hui, à 47 ans, Jón Gnarr souhaite redevenir un simple conseiller municipal… « l’exercice du pouvoir a un temps, et cette chance doit aussi échoir à d’autres hommes de qualité. »

A-Gnarr-chie vaincra

On connait la vie fragile des groupes musicaux ou des collectifs, les hésitations ou l’opportunisme en milieu militant. On connait également la bénéfique utilité du « retour d’expérience » de ceux qui peuvent en faire bénéficier les autres. Alors, en réponse aux ex-patrons, aux ex-présidents de la République ou aux ex-rois de la finance qui « tournent » de séminaires en colloques pour faire bénéficier les participants de leurs expériences moyennant des rémunérations exorbitantes, Jón Gnarr et son équipe pourraient, pour faire avancer « la cause », s’adresser aux « anarcho-surréalistes », aux « anarcho-punks » ou aux « anarcho-partis » d’Europe pour les aider à mieux organiser et gérer des collectes-concerts de soutiens, les conseiller sur le montage de fêtes populaires ou de sauvegarde de quartiers face à « l’invasion gentrificatrice », guider les « anarcho-hobereaux » à s’orienter sur les chemins escarpés de la « lutte des classes » ou, pourquoi pas, coacher des partis ou des collectifs pour qu’ils puissent sortir des impasses (physiques ou politiques) dans lesquelles certains s’enferment.

Si après avoir démontré leur capacité à gérer des budgets, une ville capitale de 300.000 habitants et mis en pratique leurs valeurs, Jón Gnarr et ses « anarcho-surréalistes » s’arrêtent là, c’est un peu Durruti et Sham 69 qu’on crucifie.

Source

 Et pour rester dans la POLITIQUE

Publicités

Une réflexion sur “DES ANARCHO-PUNKS AUX FINANCES PUBLIQUES…A REYKJAVIK

  1. voici des commentaires du site Bellaciao suite a la publication de cet article

    Posté par 84.**.232.***

    Cet article me fait repenser à une autre « expérimentation »…
    En SUEDE ce sont les syndicats qui gèrent les retraites. Tout salarié est donc obligé de choisir un syndicat qui sera chargé de percevoir les cotisations et d’investir pour verser les retraites…
    Après les gesticulations rebelles de MAI 68, 80 000 salariés suédois, dégoûtés par l’idée de donner leur fric à des sociaux-démocrates, ont créé le S.A.C, un syndicat qui ressemble un peu à la C.N.T ou à certains S.U.D…
    Ce syndicat n’a investi le fric de ses adhérents que dans des équipements d’utilité collective et sociale : résidences pour étudiants, maisons de retraite, logements sociaux….
    2008-2009… PATATRA ! La GROSSE Crise !!! Tous les syndicats se retrouvent en difficulté pour verser les retraites… SAUF 1 = S.A.C !!!
    Cette info, très peu diffusée, ridiculise cependant tous les discours des économistes invités à nous effrayer par C Dans l’AIR, BFMTV, TF1, FR2…etc…
    Cette info ridiculise aussi les syndicats suisses qui sont tous obligés de réformer à la baisse leur fameux 2em pilier par capitalisation collective… Pour « sauver » l’UBS et le CREDIT SUISSE !!!

    Posté par Pouget – 92.***.160.**

    au fait, petit retour historique, c’est qui qu’a financé la création de la SAC suédoise ?…

    Répondre à ce message
    DES ANARCHO-PUNKS AUX FINANCES PUBLIQUES…A REYKJAVIK
    2 octobre 2014 – 15h23 – Posté par 90.*.8.***

    Ben oui, c’est qui ? Dit-le si tu le sais, ou file un lien, ça fait gagner du temps…

    Répondre à ce message
    DES ANARCHO-PUNKS AUX FINANCES PUBLIQUES…A REYKJAVIK
    2 octobre 2014 – 16h12 – Posté par 84.**.232.***

    Pour être franc je ne sais pas grand chose de plus que ce que j’ai écrit… Et je ne demande qu’à apprendre… Dans l’état actuel de mes infos qui viennent d’un anarcho-syndicaliste le SAC n’a été financé que par les cotisations de ses adhérents et la gestion des cotisations sociales…
    Il faut noter que 60-70% des membres sont enseignants (beaucoup mieux payés en SUEDE qu’en FRANCE)…
    Il faut noter aussi que les syndicats intimement liés au PS suédois ont joué en bourse le fric de leurs adhérents ce qui a déjà posé de gros problèmes de solvabilité… Et ne va pas tarder à poser un problème de faillite de ce modèle de retraite par capitalisation.
    J’attend d’ailleurs avec impatience le jour où les caisses de pension allemandes, américaines et anglaises feront faillite, la fin du capitalisme sera alors à l’ordre du jour pour les 3 prolétariats les plus collabos.

    Posté par Émile – 92.***.160.**

    Un même lien unit la Sac suèdoise, la CGT-FO française et Solidarność polonaise : http://fr.wikipedia.org/wiki/Centra

    Posté par richard PALAO – 90.**.15.***

    BRAVO LES SYNDICATS SUEDOIS : ils ont été d’accord pour gérer un système de retraite tel que le rêvent la CFDT le PS et le COR : un système avec une partie gérée selon le système par répartition et le reste par capitalisation et des fonds de pension et l’âge de la retraite est à 65 ans . De plus un organisme « indépendant  » révise périodiquement les conditions d’attribution de la retraite en tenant compte de la sitaution économique , démographique et du vieillissement de la population …ce n’est donc pas vraiment à citer en exemple !!!

    Posté par taratata – 82.***.174.**

    Il est bien ton article mais « les costumes ne sont toujours pas revenus à la mode mais on voit beaucoup plus de Range Rover dans les rues » , ça veut dire quoi ?
    Tu apprécies les Range Rover ? C’est le signe de quoi , pour toi ?
    Quant aux « costumes  » je ne comprends pas du tout de quoi tu parles …

    Posté par Bakatesta – 90.*.8.***

    Selon mes infos l’article initial titre :
    Jón Gnarr : quatre ans d’anarchie, quel bonheur !
    Et on le trouve où cet article ? Dans quel portail anar, blog subversif, anti-capitaliste avéré ?
    Je vous le donne en mille ; Courrier International !
    Non, c’est pas une blague.
    Source ici :http://www.courrierinternational.co
    Comme j’ai pas payé, j’ai pas tout lu, mais quand même, ce qui est repris ici est assez savoureux.

    « Celui […] qui faisait des propositions pour « Un Disneyland à la place de l’aéroport » »
    Même si les yankees ne sont qu’à quelques encablures, c’est quand même un sérieux manque d’imagination pour un « anar »…

    « ou « De la bonté envers les malheureux » »
    L’Evangile ne fait pas mieux selon Saint Frusquin.

    « Les punks ont assaini les finances »
    Comment ? C’est un peu court. Qui a payé ? Ils ont payé ?

    « Le tourisme a enregistré une croissance de 20 %. »
    Ah, cette chère croissance… si elle revient, tout va. Circulez !

    « Le prix de l’immobilier recommence à grimper, des hôtels sortent de terre un peu partout,[…] »
    Ça, c’est du révolutionnaire ou je ne m’y connais pas ! Z’ont quand même pas collectivisé j’espère !

    « […] les costumes ne sont toujours pas revenus à la mode mais on voit beaucoup plus de Range Rover dans les rues ».
    Mais si les Range Rover sont de retour, les costumes et leurs cols blancs attitrés finiront bien par faire pareil.

    Bon, j’arrête mes ironies gratuites avec si peu d’informations de fond. Mais je persiste à penser que tant que des prétendus anars auront leur titre en gras dans la médiacratie pour les encenser, la Révolution Sociale pourra toujours attendre.

    Posté par 176.***.111.**

    Bonjour

    La SAC est un organisation bien plus ancienne que le dit l’article, et rien à voir avec FO ou la CGT financés par l’Etat – ça c’est pour ceux qui veulent polémiquer « gratuitement » ! !

    Au début du siècle c’est là que le militant Joe Hill, qui rejoindra les IWW aux Etats-Unis commence à militer. On y croisera aussi Stieg Dagerman, militant anarcho-syndicaliste dans l’esprit d’un Camus…
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Stig_D

    Au lendemain de la guerre, cette histoire de gestion des caisses arrive en Suède. Après de longs débats la SAC accepte d’y participer sous peine de disparaître. Elle est alors exclue de l’AIT l’internationale anarcho-syndicaliste fondée à Berlin en 1922 pour contrer l’influence soviétique sur le mouvement syndical. L’AIT regroupe alors la CNT espagnole, la CGT-SR française (crée après 1922) la FORA argentine, la SAC suédoise et d’autres sections de par le monde.

    La SAC existe toujours aujourd’hui (avec très peu d’enseignants, je ne sais pas d’où sort cette info !!!) mais beaucoup de bucherons !
    Elle développe un syndicalisme original, tourné vers la solidarité internationale, à mi-chemin entre Sud et la CNT.
    A noter qu’un de ses militants a été abattu par les fachos il y a quelques années (comme dans les romans de Stieg Larson Millénium !)

    Bref, c’est bien d’avoir lancé ce post mais il y avait quand même beaucoup d’approximations !

    Posté par richard PALAO – 90.**.15.***

    je ne sais pas si le SAC a participé à la gestion du système de retraite suédois , ce que je peux dire par contre c’est que les syndicats qui y ont participé sont des syndicats de collaboration de classe :

    le système de retraite suédois est un système dit de comptes notionnels en gros , un organisme « indépendant » fixe un capital à atteindre pour obtenir une retraite à taux plein , ce capital est régulièrement réevalué en fonction de la situation économique et démographique et en particulier en fonction de la durée de vie …

    Lors des différentes études commandées par le pouvoir lors des réformes FILLON et HOLLANDE , c est ce système qui avait la préférence du conseil d’orientation des retraites ( COR) or ce système aboutit en SUEDE à ce que les retraités sont placés devant le choix suivant : ou ils repoussent d’eux mêmes leur âge de départ en retraite qui est selon la loi à 65 ANS pour atteindre le capital fixé pour avoir une retraite à taux plein ou ils prennent une retraite réduite et sont contraints de retravailler …

    les syndicats suédois sont donc des collabos , ils participent directement à la surexploitation des retraités , dire qu ’en FRANCE la CFDT c ’est déja prononcé pour le système de compte notionnel et que la CGT privilégie le syndicalisme rassemblé avec la CFDT , on comprend mieux l’abandon de la lutte en rase campagne contre les réformes de retraite

    Posté par 84.**.232.***

    Le S.A.C est un syndicat très minoritaire qui subit les lois et les positions imposées par les gouvernements et le syndicats archi majoritaires soc-dem…
    D’après mon voisin anar le mérite du SAC est de n’avoir jamais investi les cotisations-retraite dans SAAB ou VOLVO… Et surtout de ne pas avoir confié la gestion des cotisations à des fonds de pension reliés à la finance USA-GB-Allemagne…
    Cela dit, je suis incapable de vérifier ces infos ? Ce qui me parait certain, c’est que SAC est hyper-minoritaire…

    Répondre à ce message

Les commentaires sont fermés.