PRIX DU POISSON : LE SCANDALE

aaa

Personne n’en parle dans les journaux. Tout le monde fait comme si rien n’avait changé ces dernières années dans le fameux « panier de la ménagère ». Mais si vous ne faites pas attention, au prix du poisson actuel, manger du poisson frais deux fois par semaine représente plus de 2 000 euros par an pour une famille de quatre personnes !! Or manger du poisson régulièrement est indispensable pour le cerveau, les yeux, les artères, le cœur, le sommeil, diminuer le risque de cancer et de nombreuses autres maladies. Inutile de chercher un bouc émissaire : le problème fondamental est que la demande mondiale de poisson explose, alors que les océans, eux, sont déjà exploités au maximum.

Pratiquement absente du marché, la Chine est devenue, en quelques années, le premier importateur de poisson et produits de la mer. Des centaines d’usines, installées sur les côtes, traitent cabillaud et colin (ou lieu) d’Alaska, saumon du Chili et de Russie, maquereau de Norvège et du Danemark, qui sont filetés et congelés par centaines de milliers de tonnes .

D’ici 10, 20, ou 30 ans, le prix du poisson aura peut-être encore été multiplié par 2, 5 ou 10. Il est impossible d’exclure ce scénario catastrophe. Cela veut dire que le saumon pourrait coûter 100 euros le kilo, le cabillaud et le thon 150 euros le kilo, la sole 200 euros le kilo. Pour ceux d’entre nous qui vivent loin des côtes, le saumon d’élevage, le cabillaud, le merlu et le lieu noir atteignent régulièrement 15 euros le kilo ou plus. Les poissons plus recherchés comme le bar, la lotte, la sole, les rougets, les dorades passent rarement en dessous de 20 euros le kilo. Pour une famille de quatre, vous dépensez facilement 20 euros pour un repas de poisson, soit 40 euros par semaine pour 2 repas.

Multiplié par 52 semaines, cela fait 2 080 euros! Les conséquences, nous les connaissons tous : plus personne ou presque n’achète de poisson frais. Dans les supermarchés, les étals de poissons frais ne sont plus fréquentés que par certains retraités à l’appétit d’oiseau, et qui n’ont plus de prêt immobilier à rembourser ni d’enfants à élever. Les poissonniers des rues commerçantes, eux, ont laissé la place aux vendeurs de chaussures, de lunettes, …ou de petites culottes !

Beaucoup de personnes se rabattent sur le poisson surgelé. Mais cette « solution » pose un triple problème :

  • la texture, le goût et les qualités nutritives du poisson surgelé sont bien inférieurs à ceux du poisson frais .
  • le prix du poisson surgelé ne fait lui aussi qu’augmenter ; il ne sera bientôt plus abordable, lui non plus !
  • et de toute façon, ces poissons, comme les autres, sont de plus en plus chargés de toxines (PCB), dioxine et de métaux lourds (en particulier le mercure), toxiques pour le système nerveux.

Ces polluants s’accumulent dans la chair des poissons et se concentrent dans les tissus des prédateurs. Plus on monte dans la chaîne alimentaire, plus le poisson aura accumulé les toxiques des plus petits poissons qu’il a mangés au cours de sa vie. Quant aux poissons panés, cuits dans une poêle fumante, c’est évidemment la pire des solutions, l’huile dégageant des composés toxiques sans doute cancérigènes.

Heureusement, il y a des solutions. La première bonne nouvelle, c’est que les meilleurs poissons pour la santé sont aussi les moins chers, et les moins pollués: ce sont les petits poissons gras des mers froides : anchois, sardines, harengs, maquereaux. Or, qui achète encore du maquereau en poissonnerie ? Plus personne ou presque, car les gens ne savent plus comment le cuisiner. Le résultat est que le maquereau se vend souvent à 4 euros le kilo, parfois moins encore, soit moins cher que de nombreux légumes !!

D’autre part, il faut savoir que, plus encore que les autres denrées alimentaires, les prix du poisson fluctuent énormément. Les prises étant souvent imprévisibles pour les pêcheurs, il peut se trouver une soudaine pénurie, ou au contraire d’énormes surplus de certains poissons qui peuvent envoyer du jour au lendemain les prix au plafond… ou au tapis.

Lorsque des poissons sont « en solde » au rayon poissonnerie, cela ne veut donc pas dire que ce poisson est moins bon, ou moins frais (contrairement à de nombreux autres produits). Un arrivage inattendu explique en général une brutale baisse de prix et c’est le moment d’en profiter pour faire vos stocks. A ce moment-là, oui, bien sûr, il faudra congeler chez vous. Mais l’économie réalisée en vaut la peine. Surveillez donc attentivement les prix des poissons et, tel le crocodile caché au milieu des nénuphars pour guetter sa proie, apprêtez-vous à bondir dès que l’occasion se présente.

D’après un article de « Santé Nature Innovation« 

Voir aussi : L’IMPASSE DE L’AGRICULTURE PRODUCTIVISTE