LES PARTICULES FINES, CET ALIBI POUR DE FUTURES TAXES

a-chien

C’est une première en France. Plusieurs associations ont décidé de déposer une plainte au pénal contre X pour mise en danger d’autrui, à cause de la pollution aux particules fines qui sape la qualité de l’air en Ile-de-France.L’alerte aux particules, le plus haut seuil de mise en garde, a été déclenché vendredi en Ile-de-France par l’agence de surveillance de qualité de l’air Airparif et la préfecture de police. « Il fallait donc que cela arrive. La société civile se rebiffe« , annonce l’association écologiste Respire. Cette ONG a annoncé son intention de soutenir la plainte déposée mardi au pénal par l’association Ecologie sans frontière. Cette dernière est à l’origine de l’idée du Grenelle de l’environnement :  » une sacrée référence, en effet « ! Les deux associations sont également regroupées dans une structure, le Rassemblement pour la planète, qui doit s’associer à la plainte.

Les associations dénoncent l’immobilisme des pouvoirs publics pour lutter contre la pollution de l’air. « Le rapport Roussel, sur l’impact des pollutions d’origine automobile, a fait le lien entre particules fines et cancers, il y a maintenant plus de 30 ans », explique l’association Respire sur son site. « Mais (…) nos représentants politiques successifs ont laissé perdurer une situation inadmissible », s’indigne l’ONG, qui se plaint notamment d’une police de l’environnement en sous-effectif.

« Dès qu’il fait beau, dès qu’il fait sec en hiver, vous avez des pics de pollution, les urgences se remplissent. Les slogans et les petites manifs très gentils, ça ne suffit plus », renchérit le vice-président d’Ecologie sans frontière, Nadir Saifi. Pour mémoire, selon un rapport de 2005 (en anglais) de la Commission européenne, les particules fines tuent environ dix fois plus de personnes que les accidents de la route chaque année en France : « ha bon ? alors pourquoi autant de radars et d’alcotests ? « 

Et si tout ce cinéma n’était qu’un scénario calculé pour taxer le gasoil, les voitures diesel, le bois de chauffage et les cheminées ? Et si nos camarades écolos s’interessaient un peu plus aux lobbying de téléphonie mobiles ou fournisseurs d’internet. La wifi est inoffensive, c’est bien connu, les ondes des téléphones portables aussi, n’est-ce-pas ? Et puis, pourquoi ne pas cumuler les deux, car vive la technologie ! Internet en méga haut débit sur son smartphone, presque greffé dans la main : la 3G ? dépassée ! La 4G ? un pallier vers la 5G ! Et pour capter internet en haut débit sur son téléphone portable, en roulant sur l’autoroute, dans un train ou même en avion désormais, vous n’avez pas l’impression qu’il faut une sacrée dose d’ondes ? Ecologiques, les ondes ? Apparemment plus que le chauffage au bois, vu ce qu’on peut lire dans la presse.

Je crois que la planète est tombée sur la tête …. Les militants « écolo », vous avez un pois-chiche bio à la place du cerveau, ou quoi ? Les feux de cheminées polluent, les voitures diesel polluent. Ben oui !

Mais il faut croire que les avions ne polluent pas, les centrales nucléaires, et toutes les industries non plus. Et les centaines de camions de marchandises lithuaniens qu’on croise sur les autoroutes d’Espagne (ce n’est qu’un exemple parmi les milliers de camions qui parcourent des millions de kilomètres chaque jour, rien qu’en europe) sont sans doute non polluants ; et si on restaurait le réseau ferroviaire ? Ce serait sans doute moins polluant, et moins gênant pour les particuliers qui circulent sur les autoroutes encombrées de camions.

Mais non, nos politiciens écologistes ne parlent que de sujets débiles, car ils n’ont pas le courage d’attaquer les vrais problêmes qui sont liés au Grand Capital. Par contre les stupidités qu’ils mettent en avant, attaquent les particuliers, et là, ça les excitent, parce que ce sont des proies faciles !

Source

Publicités

Une réflexion sur “LES PARTICULES FINES, CET ALIBI POUR DE FUTURES TAXES

  1. Pingback: Infovrai – LES PARTICULES FINES, CET ALIBI POUR DE FUTURES TAXES

Les commentaires sont fermés.