LE 8 FEVRIER 1962

a-poingt

1962, en Algérie, la guerre avait continué, redoublé même. Le FLN ne cédait pas. La France s’enlisait. Et la France se révoltait : la lutte pour la paix y gagnait en ampleur, déstabilisant le pouvoir gaulliste dont la nouvelle Constitution garantissait cependant l’exercice et que protégeait le refus par les socialistes de Guy Mollet de la main tendue par les communistes de Maurice Thorez. Alors de Gaulle avait amorcé un véritable virage, secouant son camp. Celui-ci se fissura. Une partie des officiers de l’armée et des  » compagnons  » de 1958 firent sécession. Brutalement. L’OAS, l’Organisation de l’armée secrète, se mit à l’ouvre en Algérie et en France. Les attentats succédèrent aux attentats, tous plus sanglants les uns que les autres. Les complots se multiplièrent jusqu’aux tentatives de putsch.

La manifestation du 8 était organisée à l’appel des syndicats CGT, CFTC, FEN, SNI, UNEF. Le PCF et la Jeunesse communiste en étaient partie prenante. Le rendez-vous est donné à 18 h 30 à la Bastille. Il n’y a ni pancartes ni banderoles. Des petits calicots, qu’on plie dans la poche et qu’on ressort pour porter à bout de bras :  » OAS assassin ! « ,  » Union sans exclusive contre le fascisme « ,  » Paix en Algérie « . La police armée de longs bâtons, les  » bidules « , casquée et enveloppée dans des cirés noirs, barre l’accès de la place. Hommes, femmes arpentent les trottoirs. Des cris fusent :  » OAS assassin ! « . La chaussée est envahie…

On estimera les manifestants à soixante mille. En plusieurs cortèges : boulevard Voltaire, boulevard Beaumarchais, dans les rues avoisinantes. Tous essuieront des charges. On matraque sans mesure.

Boulevard Voltaire, la manifestation se regroupe au métro Charonne. Les consignes des organisateurs sont strictes : éviter tout contact avec les forces de l’ordre. Des responsables syndicaux CGT et CFTC, hissés sur des épaules, lisent une déclaration commune. Paul Laurent et Léo Figuère, dirigeants nationaux du PCF, appellent à la dislocation.  » Pendant ce temps, témoigne Jean Faucher, futur président de Tourisme et Travail, dans le Réveil du 16 février, une masse noire venant de la Nation se dirige vers nous. Des élus, ceints de leur écharpe, vont au devant. Les policiers avancent plus vite, puis chargent avec leurs longues matraques noires…  » · ce moment précis, André Dupont, secrétaire de la section communiste d’Issy-les-Moulineaux, se trouve à proximité des flics face aux élus. Il raconte (le Travailleur du 17 février) :  » C’est alors que j’ai vu et entendu un homme en civil, vêtu d’un pardessus genre  » tweed  » (peut-être marron clair, il m’a semblé) hurler aux forces de police qui l’accompagnaient :  » Ça ne fait rien. On s’en fout, cognez ! « .

On relèvera huit morts, tués sur le coup ou décédés quelques heures après à l’hôpital. L’agonie de la neuvième victime durera trois mois. L’histoire est terrible. L’une de ces victimes, Fanny Dewerpe, de son nom de jeune fille Kapciuch, avait échappé aux rafles du temps où Papon s’y adonnait volontiers, son beau-frère avait été fusillé en 1944, son mari, René, avait été matraqué à mort le 28 mai 1952 au cours d’une manifestation pour la paix laissant une veuve de vingt-trois ans et un fils de deux, Alain, désormais totalement orphelin. Daniel Fery, lui, était le benjamin. Il ne devait jamais fêter ses seize ans.

Le ministre de l’Intérieur, Roger Frey, accusa les communistes. Il prétendit que  » des groupes organisés de véritables émeutiers, armés de manche de pioche, de boulons, de morceau de grille, de pavés ont attaqué le service d’ordre…  » (allocution radiotélévisée du 9 février). Un an plus tard, dans un entretien accordé à Notre République, organe de son parti, l’UNR, ancêtre du RPR puis de l’UMP, il suggérait que des éléments de l’OAS avaient revêtu des uniformes de police… La fédération de la Seine du mouvement gaulliste dénonça  » avec indignation la manœuvre du Parti communiste qui s’efforce de salir la police parisienne après avoir lancé contre elle ses sections spécialisées  » (sic).

Neuf morts et plus de 250 blessés sur ordre du très zélé préfet de police de Charles De Gaulle, Maurice Papon. es victimes étaient pour la plupart communistes. Trois travaillaient à l’Humanité. Daniel Féry, quinze ans, était parmi eux.

La population française est largement choquée par ce déchaînement de répression : entre 500 000 et un million de parisiens assistèrent aux funérailles des victimes .

Dans le Monde, Maurice Duverger s’étonna :  » C’est la première fois qu’un gouvernement fait tuer ceux qui soutiennent son action.  » Dans l’Humanité Dimanche, Jérôme Favard rectifia :  » Ce qui devrait être son action.  » C’est au moment où de Gaulle négociait avec le gouvernement provisoire algérien (GPRA) et provoquait ainsi remous et ruptures dans l’armée et la droite que sa police massacra les manifestants au métro Charonne, le soir du jeudi 8 février 1962.

Source

D’autres dates historiques ici : C’était le…

Publicités