POURQUOI SOMMES NOUS EN RECESSION ?

t- 43

Le problème de la récession est seulement celui du choix d’un modèle économique. Outre le problème de faire dépendre une civilisation de l’économie, comme si elle était la mesure de toutes choses, ce qui mériterait tout un débat qu’il faudra bien tenir tôt ou tard, le modèle économique dominant dans le monde actuel est celui de l’économie de marché et de son corollaire, la croissance économique. Le problème est que ce modèle fonctionne sur une base fausse. En effet, il suppose que les ressources de base seront disponibles indéfiniment et en quantité illimitée. Or il n’est pas besoin d’être sorti de l’université bardé de diplômes pour savoir que les ressources de la planète sont limitées. Par conséquent, puiser dans ces ressources de façon exponentielles est le comble de l’absurdité.

Mais si ce problème est bien connu et commence à être débattu sur la place publique, il reste l’autre face du problème, c’est à dire une « classe », oligarchie serait le mot le plus juste, d’individus qui se nourrit de ce système en vampirisant de plus en plus les richesses produites pour leur profit. Et ces gens ne représentent qu’un pourcentage infime de l’humanité. Il faudrait détailler rubrique par rubrique la nature des problèmes causés par ces personnages dans tous les domaines de l’activité humaine, mais ce serait trop long.

De toute manière, au niveau économique, le nœud du problème est là. Il faut supprimer radicalement cette oligarchie parasite, vampire de l’économie. Elle ne sert à rien, elle est par essence destructrice de toutes les valeurs et ne cherche que son profit maximal, quel qu’en soit le coût social, environnemental ou culturel. L’on nous dit qu’il faut trois pour cent de croissance, mais ce que l’on ne nous dit pas, c’est que 2,5% vont directement dans les poches des plus riches et que l’on fait tourner le pays avec moins de 0,5% !

C’est sans doute aux peuples qu’il appartiendra de faire changer les choses, car les politiciens, toutes tendances confondues, sont totalement, hormis quelques rares exceptions, au service cette classe parasite. D’ailleurs, cette dernière s’est assurée leur docilité en leur facilitant l’accès à des magouilles de toutes sortes, et si par hasard ils manifestaient une quelconque volonté de changement, un bon petit scandale les concernant ressortirait, histoire de les mettre hors d’état de nuire. Le processus est bien rôdé.

Donc, tout le reste sur les problèmes de récession de la France et de la zone Euro, pour ne pas dire de beaucoup de pays dans le monde, ne sont que des discours creux. Ils ne remettent jamais en question ce modèle absurde qu’est le capitalisme. Donc, aucune solution sur le long terme ne pourra tenir si on ne remet pas en question ce modèle. Il n’y a pas d’autre alternative. Ou on continue ainsi et on finira par détruire la planète, et donc toute vie sur Terre, ou on change radicalement de modèle de société en créant un système de civilisation qui mettra l’être humain et son épanouissement sur tous les plans, du spirituel au matériel, en passant par le culturel, au centre des préoccupations.

Inutile de se voiler les yeux en faisant comme si il n’y avait pas d’autre solution que l’économie de marché, la réalité nous rattrapera bien assez vite. Pourrons-nous avoir la possibilité de changer les choses au moment où tout va s’effondrer ? Pas sûr. Et même si c’est encore possible, à quel prix ? Des centaines de millions de morts, une Terre dévastée, polluée, une terre largement improductive car empoisonnée par les pesticides, brûlée par les engrais chimiques et rendue stérile. Sur quoi vivront les gens à ce moment là ? Sur des lopins de terre qui produiront peu et pour longtemps ? Alors combien de fois et combien de temps encore faudra t-il avertir pour réveiller les gens avant qu’il ne soit trop tard ? Si vous ne me croyez pas, informez-vous, regardez autour de vous avec lucidité, et vous verrez que non seulement je n’exagère pas, mais que je suis peut-être en dessous de la réalité !

D’après D.POSITAIRE

Lire également :DE QUOI AVONS-NOUS BESOIN ?

« Il vaut mieux se lever sans savoir ou l’on va que rester assis à ne rien faire »…Proverbe Touareg

Publicités