CES ANTISYSTEMES-LA NOUS PRENNENT POUR DES CONS

antisysteme

Dans notre époque de délitement politique où les masses se laissent gouverner par une élite de professionnels, chacun cherche le gourou ou l’homme providentiel auquel il pourra se raccrocher. Et pour certains, la référence ultime est que, moins ces personnes sont invitées dans les médias, et plus ils sont crédibles et victimes d’une sorte de complot pour les empêcher de parler. Ils sont victimes de la censure. Il existe pourtant des centaines de milliers qui aimeraient au minimum pouvoir s’exprimer dans des médias régionaux, sont-ils tous antisystèmes ? Sont-ils tous crédibles ? Sont-ils tous censurés ? Est-ce pour cette unique raison, que nous retrouvons systématiquement le PS ou l’UMP aux affaires ? Le FN va peut-être s’inviter à la fête de 2017, mais il n’est pas antisystème, il fait partie du système, bien qu’il essaie laborieusement de passer pour anti …, mais dans un système capitaliste, être antisystème c’est être anticapitaliste ! Ce qui est loin d’être le cas du FN et toutes ces mouvances annexes !

En général ceux qui veulent se faire passer pour anti système sont viscéralement opposés aux partis d’extrême gauche et aux syndicats, en réalité ils sont loin d’être anti, ils sont surtout réac ! Pour brouiller les cartes, la droite la plus dure a toujours pratiqué la novlangue pour discréditer ceux qui osent lutter contre le système capitaliste. Ces antisystèmes-là perpétuent les idées en vogue dans leurs milieux au début du 20eme siècle : comme nouveauté on fait mieux !

Les termes « gauchistes » ou « syndicats marrons » font partie du vocabulaire du parfait militant lobotomisé. Par contre ces gens là, que l’on devrait affubler d’un bonnet jaune, et qui ne se sont jamais bougés, au prétexte de ne pas vouloir être récupérés par tel syndicat ou tel parti, n’ont jamais refusé une augmentation salariale ou autres avantages obtenus par la lutte de leurs « collègues » !

C’est vrai que nul n’est parfait, et les syndicats n’échappent pas à la règle. Je serais même très critique quant au système de permanents et des mandats successifs de certains secrétaires généraux qui deviennent  une sorte de professionnels comparables aux politiques. Mais je ne me trompe pas de combat, et ne stigmatise ni l’immigré, ni le fonctionnaire, je sais où sont mes ennemis. Ce qui caractérise vraiment nos antisystèmes d’opérette, c’est surtout leur anticommunisme primaire et leur allégeance à l’ordre établi : tout faire pour préserver le système. Alors leur cheval de bataille, c’est contre l’UE et l’euro, et s’il est vrai qu’il y a beaucoup à dire sur le sujet, pour eux il s’agit surtout d’un sujet qui leur permet de brasser du vent et de ne rien faire, se cantonner à la dénonciation et promettre des lendemains qui chantent,  pour le moment c’est la faute à l’Europe ! Au passage, il faut quand même rappeler que dans le monde il y a plus de pays qui vont mal qui sont hors de la zone euro que dans la zone euro. En Europe aussi, ceux qui se tiennent en marge de l’UE (la République tchèque, Royaume-Uni, Roumanie, Pologne, Lituanie, Lettonie, Hongrie, Estonie, Albanie, Bulgarie…) et n’ont pas adopté l’euro se trouvent également dans une situation préoccupante. Cette posture facile et confortable vis-à-vis de l’Europe leur permet de ne jamais participer à aucun mouvements sociaux, et ainsi de ne jamais s’opposer ni au capital ni de ce fait au système qu’ils prétendent combattre.

Ces antisystèmes-là font l’apologie de la France et de la nation dans un but très précis : tous unis derrière le capitalisme national au service d’une oligarchie de privilégiés. En les écoutant je pense à la phrase de Boris Vian : « On ne meurt pas pour la nation, seulement pour les banquiers et les industriels ». Le capital n’a pas de patrie, et les intérêts de monsieur Dassault ne sont pas ceux de la caissière de Carrefour, il faut arrêter avec ce délire ! On le comprendra donc, nos prétendues antisystèmes sont plus pour un retour au 19ème siècle que pour construire le 21ème !

Nos antisystèmes réacs, souverainistes et pour la plupart racistes bon teint, défendent becs et ongles un capitalisme et un système patronal directement issu de la bourgeoisie. Ceci n’est pas nouveau, le système repose et prospère sur une multitude de larbins à son service, car sinon comment 3% de la population vivrait-elle sur le dos des 97% restants ? Comment 3% de la population détiendrait-elle plus de 70% de la richesse nationale ? Et cela, ce n’est ni la faute à l’Europe, ni la faute à l’euro, car ce constat existait déjà avant. C’est seulement la faute d’une grande partie de la population qui se trompe de combat et préfèrent courber l’échine, dénigrer ceux qui luttent et cracher leur venin pour masquer leur jalousie, et leur médiocrité. Pourquoi sont-ils à ce point aigris ?

Le point positif, c’est que le changement et les avancées sociales ont été acquis au départ par le combat et la volonté d’une minorité qui a su rallier à elle l’opinion publique à un instant T. Le combat n’est jamais une position facile, et souvenez vous que pendant la dernière guerre, notre pays connaissait plus de fachos et de collabos que de résistants. Et à la fin de celle-ci, l’on a préféré tondre quelques malheureuses femmes plutôt que de faire un grand ménage parmi une certaine fange de la population, qui depuis a fait des petits…

Publicités

18 réflexions sur “CES ANTISYSTEMES-LA NOUS PRENNENT POUR DES CONS

  1. Mais non, il ne s’agit pas d’être neutre ou pas, je suis tout sauf neutre, c’est bien pour celà que je me retrouve dans les idées anarchistes en général, ce n’est pas prendre position pour les plus forts au contraire c’est ne pas vouloir se plier devant eux ,devant ce que j’estime être une mascarade, du théatre organisé, une insulte à ma personne ! Ce que vous dites est atroce à lire pour moi, que le plus petit de nos pas est conditionné par la politique, Ah ! Blasphème !
    Contrairement à ce que tu dis, on peut et on vit trés bien sans politique dans des tas d’endroits du monde, même en France. Je te conseille de faire quelques stages dans les communautés décroissantes des différents plateaux du Midi de la France, là on en a rien à foutre de la politique pour cultiver ses légumes dans son tunnel maraîcher, on vit bien, ni Dieu ni Maître ! On s’en passe on n’y pense pas on a l’esprit libre , non conditionné par la pensée standard, voter, réflechir à quel parti nous plait, et tant mieux c’est formidable je trouve et rien à voir avec une forme d’égoisme ou non, une fabuleuse forme de rébellion intellectuelle face à une arme de destruction massive , la Politique !! Tout celà, voter, etc, c’est du conditionnement depuis tout jeune, des tas de gens sont prisonniers de ce schéma standard et je deteste le standard !!
    Mais bon, pour celà il faut me connaître et on ne se connait pas, j’ai été plus jeune déserteur de l’armée de terre et d’autres choses face à l’autorité en général, bref je ne peux rien faire contre celà je l’ai dans le sang, c’est mon choix, ma route, mon programme.

  2. Ben, c’est toujours pareil pour ce MPEP, selon leurs objectifs trouvés sur Wikipedia ils veulent dans leur point UN « Agir pour repolitiser le citoyen », pour ma part rien que celà me déplaît déjà, je n’ai jamais voté une seule fois, je ne suis pas inscrit sur listes electorales, je ne voterai jamais par choix, je ne veux pas être politiser par quoi ni qui ce soit, je ne veux pas qu’on essaye d’agir à mon encontre et contre ceux qui ne veulent pas, en organisant un lavage de cerveau politique pour leur profit et leur gloire comme à l’habitude.
    Dans leur point deux, ils veulent « contribuer à l’émergence d’une grande force politique de Gauche » Oui c’est sûr, sous entendu on veut le pouvoir et pour longtemps si possible bien sûr, forcément j’aurais du y penser…
    Je ne vois pas pourquoi je devrais me farcir encore des gauchos après ceux qu’on a déjà, et surtout par des Mélenchon qui profite du bazar pour tenter d’arriver au pouvoir et tout ce qui à côté et qui fait croire qu’il s’en distingue stratégiquement.

    •  » je ne veux pas être politiser par quoi ni qui ce soit, je ne veux pas qu’on essaye d’agir à mon encontre et contre ceux qui ne veulent pas, »…c’est déjà ce qui se passe, on agit malgré toi, alors comme dit l’autre : » ou tu participes a la lutte ou tu participe a la défaite », mais la neutralité n’existe pas, être neutre c’est prendre position pour les plus forts au détriments des plus faibles. Ne pas vouloir faire de la politique et vivre en marge c’est pire que de l’utopie, c’est impossible. Le fait d’aller faire ses courses, d’aller au travail, de payer des taxes ou de toucher des aides, marcher sur un trottoir ou sur un chemin, utiliser une route ou glander sur un banc public, enfin tout ce qui fait la vie de tout les jours résulte de décisions politiques.

      • Ça c’est bien vrai le plus petit de nos pas est conditionné par le politique.
        Et puis s’intéresser à la politique c’est pas forcément être un politicien.
        S’intéresser à la politique c’est s’intéresser également au monde dans lequel on vit.
        C’est aussi une façon de lutter contre la soumission aux politiciens de métier qui voudraient contrôler nos vies.
        S’en désintéresser c’est une forme d’égoïsme qui consiste à les laisser faire sans se rebeller.

  3. Je ne sais quoi penser d’un groupe comme le MPEP qui semble bien à gauche mais qui intéresse manifestement beaucoup de gens comme ce Asselineau et son parti (ou plutôt son groupuscule) l’UPR qui tournent autour et usent des mêmes thèmes. J’aimerais avoir votre avis là-dessus.

    • Bonjour Lemoine001,

      Sauf erreur de ma part, je pense que l’auteur de ce billet considère le MPEP et donc Nikonnof comme ce qu’il appel les anti systèmes qui le prennent pour un con.
      Pour ma part j’avoue trouver beaucoup de ressemblance dans les écrits et les propositions du MPEP et de l’UPR, cependant je me méfie de asselineau qui semble très populaire dans les milieux d’extrême droite.
      Mais pour lire ce blog depuis longtemps , car on y trouve souvent des analyses pertinentes sur des sujets plus concrets que ce billet, je peux te dire que la majorité des contributeurs sont assez hostiles dès qu’on égratine un peu la belle et formidable UE, le libre échange source de richesse pour les peuples du monde entier ou des qu’on évoque l’idée de taxer les marchandises et les services qui entrent en France.
      Là tu te découvriras des tendances xénophobes et fascistes.

  4. Lolita, effectivement, il faut regarder l’histoire : l’extreme droite c’est plutot la cagoule, la collaboration, les milices et l’extreme gauche c’est plutot les grands mouvements sociaux pour obtenir les congés payés, les droits du travail, la resistance et la mise en place de la securité sociale. Effectivement il faut vraiment etre aveugle…il est temps pour vous de consulter un opticien!

    • Effectivement il y a sans le moindre doute des grandes différences de ce point de vue là entre l’extrême gauche et l’extrême droite et il serait malhonnête d’amalgamer ces deux tendances philosophiquement opposées.
      Et là n’était pas mon intention dans mes commentaires!
      Néanmoins il faut reconnaitre que les positions idéologiques de l’extrême gauche , qui refuse de se prononcer sur la question de souveraineté des nations étroitement liée à celle de la liberté des peuples de décider pour eux mêmes, arrange bien les affaires des branches politiques de l’extrême droite qui pour conquérir le pouvoir a compris qu’il était préférable de d’habiller sa haine raciale et sociale d’une robe souverainiste.
      C’est d’ailleurs en usant d’une rhétorique semblable que le parti National-«  »Socialiste » » d’Hitler est arrivé au pouvoir en Allemagne en 1933, non sans la complicité active des capitalistes français de l’époque ( les 200 familles) devant qui le front populaire a rapidement rendu les armes … qu’il ne tenait pas d’une main assez forte (Marc Bloch)

      Puis si on inclut le PCF dans l’extrême gauche on a pas fini de lister le nombre de gens de la classe ouvrière qu’il a tout simplement offert au FHAINE de part ses renoncements passés et présents et ses alliances avec la socdem.

  5. Je suis d’accord avec le propos de Djibril.
    Non seulement ils sont très proches mais en plus ils utilisent les mêmes subterfuges pour discréditer tous ceux qui sans être des anti-capitalistes de la première heure sont choqués de ce qu’ils voient et entendent au quotidien.
    Ainsi ceux qui dénoncent les politiques d’austérité et de libre échange toujours plus violentes imposées par l’OCDE,l’OMC, la Banque mondiale, le FMI, l’UE et les banquiers dans la main de qui elle mange, sont tout de suite étiquetés du label en vogue d’extrême droite. Comme c’est facile…
    Mais là n’est pas leur seul point commun.
    Ils ont également la même argumentation allégée en matière grise:
     » il y a plus de pays qui vont mal qui sont hors de la zone euro que dans la zone euro.
    En Europe aussi, ceux qui se tiennent en marge de l’UE (la
    République tchèque, Royaume-Uni, Roumanie, Pologne, Lituanie, Lettonie, Hongrie,
    Estonie, Albanie, Bulgarie…) et n’ont pas adopté l’euro se trouvent également dans une
    situation préoccupante. »
    Et dans tous ceux qui ont adopté l’euro, j’en connais pas un seul qui aille bien.
    Pas un seul ne peut se vanter d’être un rempart à la pauvreté, à la précarité de ses travailleurs, à la souffrance et à la stigmatisation des minorités qui y vivent.
    Pas un seul ne peut prétendre que l’UE, l’euro, le marché commun et le libre échange n’ont pas servit de justification à la casse sociale qui sévit depuis le premier choc pétrolier.
    Certes bon nombre de pays dans l’UE n’ont pas adopté l’euro, cependant ils ont adopté tous les traités européens et leurs lois dogmatiques qui les soumettent aux mêmes règles budgétaires, commerciales, structurelles etc..
    Ensuite pour les pays pauvres en dehors de l’Europe, bien sûr que beaucoup d’entre eux l’étaient avant que l’UE ne soit.
    Pour autant ça ne remet en rien en cause la critique de l’UE qui est un instrument supplémentaire de confiscation de la démocratie aux services d’intérêts capitalistes-impérailistes nationaux et supranationaux ( ex: l’OTAN).
    C’est bien pour satisfaire les intérêts impérialistes et financier de l’OTAN et de l’UE que le monarque sarkozy à envoyé l’armé en Libye et que son successeur de GAUCHE lui a choisi le Mali, la Syrie, Centrafrique.
    C’est bien pour défendre les intérêts occidentaux au proche orient que l’UE condamne si mollement la politique criminelle et xénophobe d’Israel.

    Et nonobstant ce constat que propose l’extrême gauche?
    Bien ni plus ni moins que ce que ce que Marx et Engels proposaient déjà en leur temps en 1948.
    La lutte des classes et la solidarité internationale de travailleurs…
    Cette extrême gauche là qui fustige la bourgeoisie en partage pourtant bien des habitudes et bien des idées reçues.
    En effet, elle ne met jamais les pieds dans le métro pour voir comment s’exprime la solidarité quand un mec qui a tout perdu vient demander quelques centimes à des travailleurs pourtant pas beaucoup plus riches mais qui préfèrent économiser ses quelques centimes pour s’offrir iphone , playstation, maillot de psg etc…
    Elle ne fréquente certainement pas plus les hypermarchés où l’ont peut aisément constater la solidarité que témoignent les travailleurs français envers leurs homologues du reste de la planète qui produisent dans des conditions insoutenables les marchandises dont les travailleurs français remplissent leurs charriots.

    Ouai la lutte c’est peut être classe, encore faut il arrêter les discours conformistes et faire de vrais propositions qui permettent aux travailleurs européens de s’unir autour d’objectifs plus concrets à court et moyen terme que la lutte des classes et le renversement du capitalisme que tout le monde subit certes mais que personne ne sait définir ni identifier sans risque de stigmatiser l’épicier du coin ou l’artisan local qui est son propre patron.

    Au lieu de ça l’extrême gauche délaisse les thèmes de l’UE de l’Euro et de la mondialisation intensive des échanges commerciaux, laissant ainsi à la droite et l’extrême droite le champs libre afin de dissimuler l’idéologie fasciste et xénophobe derrière les thématiques de la mondialisation.

    • c’est quoi ce délire, je me suis beaucoup investit dans le monde associatif et j’ai toujours été proche de l’extrême gauche et si je ne prends pas le métro c’est qu’il n’y en a pas dans ma ville mais je me déplace en bus et fait mes courses a ED. Alors la désinformation permanente à propos de l’extrême gauche pour rendre présentable l’extrême droite ça suffit.
      Avant l’euro les capitalistes étaient exactement les mêmes, la différence c’est qu’il y avait du répondant en face, les gens étaient mobilise et prêts a se battre. Ce n’est pas l’Europe le problème c’est l’apathie de la classe ouvrière. Au passage, il faut arrêter de classer le PS a gauche.
      Ce discourt c’est la faute a l’euro ( ou au grand complot ) n’a qu’un seul but, c’est démobiliser les gens en leur disant: « ça ne sert a rien de se battre dans la rue ou les usines , tout vient de plus haut », ces paroles sont celles des serviteurs du système !
      Si l’extrême gauche est mal vu de la classe politique c’est qu’elle ne veut pas que la politique soit un métier, que les élus soient révocables, qu’ils soient payes au salaires moyen des français et que le nombre de mandats soit limité et bien sur contre le cumuls.
      Avez vous déjà vu l’extrême droite se mobiliser pour défendre les salaires, les retraites, la secu, la recherche, ou pour lutter contre le patronat et le capital et soutenir les ouvriers en gréve ?
      Alors amalgamer extrême gauche et extrême droite c’est faire le jeu de cette dernière.
      bonne journée

      • Il faut être aveugle pour ne pas voir qu’ils se ressemblent en tous points:résultats,méthodes,etc…regardez l’histoire,c’est tout!!

      • « je ne prends pas le métro c’est qu’il n’y en a pas dans ma ville mais je me déplace en bus et fait mes courses a ED. »

        Le métro n’est qu’un exemple parmi tant d’autre…

        « Alors la désinformation permanente à propos de l’extrême gauche pour rendre présentable l’extrême droite ça suffit. »

        Voilà, c’est exactement ce que je disais, dès qu’on défend une idée qui ne figure pas dans le manuel de l’anticapitaliste religieux, c’est qu’on défend l’extrême droite.
        C’est pitoyable comme raisonnement, de plus ça rappelle étrangement les méthodes du sénateur mccarthy figure emblématique de l’extrême droite américaine dans les années 50.

        « Avant l’euro les capitalistes étaient exactement les mêmes, la différence c’est qu’il y avait du répondant en face, les gens étaient mobilise et prêts a se battre.  »

        Oui les organisations internationales et l’UE n’avaient pas encore achevé leur travail de sabotage des structures sociales qui équilibraient le rapport de force travail/capital.
        L’instauration du marché commun en 1957 avec la signature du traité de Rome était la première étape d’une longue série de batailles contre les systèmes de solidarité et de protection sociale qui soudaient les travailleurs entre eux.
        Sont venus ensuite finir le travail, le traité du Luxembourg (1986), Maastricht (1992), d’amsterdam (1997), de Nice (2000), de Lisbonne (2008) et le dernier le TSCG (2012).
        Donc oui l’Europe œuvre de longue date pour la défense et l’expansion du capitalisme.
        Ainsi la libre circulation des marchandises, des capitaux , du travail, et enfin l’euro qui facilite ces trois là ont eu raison de la solidarité des travailleurs.
        Et tout ça avec la complicité de ceux qui de l’extrême gauche à l’extrême droite prétendaient, selon les tendances, désigner la cause de notre malheur dans la bourgeoisie ou l’immigration.

        Y a les sympathisants du NPA pour ne pas voir l’évidence et chercher dans la vulgate Marxiste, les raisons de la dissolution des solidarités.
        Pour être tout à fait clair, je n’ai (presque) rien contre la philosophie Marxiste, et  » Le capital’ est certainement l’œuvre la plus éclairante qu’il m’ait été donné à lire.
        Je pense juste que Marx s’est discrédité en se faisant l’avocat du libre échange au motif que celui mettrait le monde à feu et à sang et que de ses cendres naitrait la révolution prolétarienne.
        C’était en janvier 1848 , nous sommes en 2014 et la révolution c’est comme la changement… PAS MAINTENANT

  6. mmoué …. pour ma part les « anti-système réac » et les anti-capitalistes sont très proches !!!
    la gue-guerre UMP / PS est la même que la gue-guerre extreme gauche / extreme droite !

    vous reprochez à l’extreme droite la même chose que l’extreme droite vous reproche !

    malheureusement , de l’extreme gauche à l’extreme droite , je ne vois que l’image d’un système basé sur le matérialisme et la consommation !!!

    les vrais anti-système sont ceux qui construisent leur vie sans ce système ! (ils sont une infimes minorités dans le monde) , en refusant tout ce qui vient de lui (les produits , les aides, les médias…)

    • pour ne pas voir les differences entre l’extreme droite et l’extreme gauche : ou tu n’a aucune culture politique, ou alors tu fait parti de cette droite reac qui insiste sur le ni gauche ni droite ou le tous pourris … pour justement detourner les gens de l’extreme gauche que le systeme juge trop dangereux pour lui.

Les commentaires sont fermés.