LANÇONS LE DÉBAT : LES VOITURES ELECTRIQUES

Voici un point de vue qui se discute…

explo

Les voitures électriques n’améliorent pas vraiment la situation écologique sur notre planète. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, elles polluent l’environnement de la même façon, voire davantage que les voitures à essence, si l’on observe d’où provient l’électricité qui recharge ces véhicules électriques, et que l’on calcule le coefficient de performance de l’ensemble de la chaîne : centrale électrique – lignes à haute tension – voiture électrique. Car la voiture elle-même ne bougera pas d’un centimètre sans batteries chargées. La propreté écologique douteuse des voitures électriques n’est pas un secret pour les gouvernements et les organisations supranationales qui les promeuvent.

Le confort de la voiture électrique est indéniable. Le conducteur dispose seulement d’un volant, de deux pédales, et les moteurs électriques sont également moins chers à l’entretien. Les révisions sont trois à quatre fois moins fréquentes que pour un moteur à explosion. En cas d’accident, le véhicule ne prendra pas feu, n’explosera pas, et au quotidien le moteur ne fait aucun bruit – ni à l’intérieur ni à l’extérieur du véhicule – ce qui crée, toutefois, un danger pour les piétons. C’est la raison pour laquelle on parle actuellement d’équiper les voitures électriques de sonneries, afin que les passants les entendent approcher grâce à leur mélodie.

D’après la législation de l’Union Européenne, l’émission de CO2 par les voitures fabriquées sur son territoire ne devra pas dépasser 130g au kilomètre en 2015, et 95g de CO2/km en 2020. Aujourd’hui, seuls les véhicules électriques peuvent afficher une émission de CO2 inférieure à 50g/km. Ils n’émettent même aucun gaz. Or, même les voitures hybrides les plus modernes n’émettent pas plus de 130g/km – mais le compte est encore loin des 50g/km. La fameuse Toyota Prius Hybrid émet, par exemple, 89g de CO2 par kilomètre.

L’annuaire de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), Key World Energy Statistics 2011, montre que l’électricité est obtenue principalement en brûlant du charbon – cette technique représente 40,6% de la production mondiale d’électricité. Le charbon est suivi par le gaz naturel (21,4%). Par ailleurs, la part d’électricité fabriquée par les barrages, qui ne demande aucune combustion, s’élève à 16,2%. Les centrales nucléaires produisent quant à elles 13,4% de l’électricité dans le monde et enfin, le pétrole atteint 5,1%. Les sources d’énergie renouvelables – les sources naturelles de chaleur, dont l’énergie géothermique, solaire ou éolienne, ainsi que le biocarburant et les déchets – représentent 3,3%.

En d’autres termes, 67,1% du courant électrique mondial résulte encore de la combustion d’hydrocarbures. Un peu plus, même, car si le biocarburant et les déchets font partie des sources d’énergie renouvelables, il faut tout de même les brûler pour obtenir de l’électricité. Il serait juste d’y ajouter les centrales nucléaires. Formellement, elles ne sont pas polluantes, lorsqu’elles sont intactes, mais les isotopes radioactifs des réacteurs de Tchernobyl, de Fukushima et de certaines autres centrales accidentées continuent jusqu’à aujourd’hui de circuler dans notre écosystème.

Bien sûr, toutes ces sources d’électricité « n’ozonisent » pas l’environnement. La question est de savoir dans quelle mesure l’essence des voitures est plus polluante. Seule différence, « le carburant » de la voiture électrique se produit en un point très éloigné et en soi, elle ne pollue donc pas l’air. Pour les grandes villes, ce genre de véhicules est donc une délivrance du point de vue écologique. Par contre, on ne prend pas en compte le problème de récupération et recyclage des batteries…ceci est encore une autre histoire !

En clair : un passage total à la voiture électrique n’allégera pas les souffrances des ours polaires face au réchauffement climatique mais l’air deviendra plus respirable dans les villes…

D’après un article de Sergueï PETOUKHOV 

Lire également : PUTAIN DE BAGNOLE

« De toutes les sources d’énergie, la chaleur humaine est la moins coûteuse ! »…A.NONYME

Publicités

2 réflexions sur “LANÇONS LE DÉBAT : LES VOITURES ELECTRIQUES

  1. « Il serait juste d’y ajouter les centrales nucléaires. Formellement, elles ne sont pas polluantes »…Encore et encore on persévère à laisser croire que les centrales nucléaires ne sont pas polluantes en fonctionnement « normal » c’est oublier les rejets dans l’air, dans les effluents…
    Il n’y a pas de faible dose de radioactivité artificielle qui ne soit pas à prendre en considération très sérieusement.
    Une question : combien de réacteurs nucléaires devrions-nous avoir en plus si nous passions à la voiture électrique? 10? 20?

    • 30 000 000 de voitures en france à 15 000 Km moyen annuel à 12 kwh par 100 km ( = 3 l au 100 km).
      15000/100*12*30 000 000=54 000 000 000KWH
      une tranche nucléaire produit par an :
      1 000 000 kw *7000h annuel= 7 000 000 000 kwh an ,
      cela nous fait 8 tranches nuk

Les commentaires sont fermés.