DEUXIEME TOUR, A GAUCHE TOUTE !

Mélenchon, sera-t-il au second tour ? Avouons que ça aurait de la gueule ! Et en rêvant on imagine un deuxième tour Sarkozy/Mélenchon, l’inverse du fameux Chirac/Le Pen. Que se passerait-il, qui appellerait à voter pour qui, qui le ferait spontanément et qui le ferait  avec une boule dans la gorge ? Quelles en seraient les conséquences, que se passerait-il, et si la désillusion était une nouvelle fois au rendez-vous, que ferait le mouvement ouvrier ? Les pauvres, les chômeurs et les précaires se terreraient-ils chez eux ou alors assisterions-nous à de nouvelles grèves générales comme en 36 qui avaient fait céder le gouvernement de gauche ou un nouveau remake de mai 68 qui avait obligé la droite à de nombreuses concessions. L’enthousiasme autour de Mélenchon est-il les prémices de quelque chose d’aussi fort ?

Je me rappelle en 81 aussi, il y avait également quelque chose de très fort, qui nous dépassait, et lorsque l’on a sorti les bouteilles de champagne, je me souviens que certains avaient la larme à l’œil ! Mitterrand avait remporté l’élection, la gauche était au pouvoir, les communistes au gouvernement. Tout allait changer, on avait un gouvernement qui allait défendre les intérêts des travailleurs.

Mais je me souviens aussi qu’en 88 plus personne n’a sorti le champagne, et en 95 n’en parlons pas, nous avions déjà pris l’habitude de ne plus voter pour la gauche mais plutôt contre la droite. Le FN progressait, et l’on entendait plus fréquemment « tous pareils, tous pourris ». Tapie dans l’ombre, la famille Le Pen attend son heure en sachant qu’une nouvelle désillusion d’un gouvernement dit de gauche peut la propulser sur le fauteuil présidentiel la prochaine fois…

Ce n’est pas le moment de faire la fine bouche et de s’étaler sur toutes les déceptions qu’ont engendrées les différentes gauches plurielles, chacun peut faire des erreurs et en tirer des leçons pour l’avenir. Ce qui est plus problématique est sans doute le fait que dans les régions, les départements et les mairies, le Front de Gauche, qu’il participe ou non aux exécutifs, soutient et vote la politique capitaliste du PS. Il est présent dans toutes ces instances où l’on continue d’embaucher des précaires, de distribuer des subventions à des entreprises privées, bref qui agissent à contrario de son programme ; il se satisfait fort bien de cette situation parce que  la politique est  un métier en général fort bien rémunéré.

En définitive, la question n’est pas que Mélenchon fasse 14%, car dans l’absolu, et en considérant la situation actuelle il devrait rassembler beaucoup plus de voix,  mais le problème c’est que pour arriver à ce résultat il soit obligé d’assécher l’électorat de LO et du NPA. En 2009, à la création du NPA, les sondages prédisaient à celui-ci un score à deux chiffres, LO était à 3 ou 4 % et le PC restait péniblement à 2 %, c’est à dire qu’actuellement avec Mélenchon à 14, LO à 1 et le NPA à 1, on reste grosso modo avec le même électorat ! Ce que je rêve, c’est de Mélenchon à 28%, et LO et le NPA à 10% chacun, alors là oui, sans se tromper, on pourrait prédire un véritable cataclysme dans le système politique français et un signal fort envoyé à l’ensemble de l’Europe !

Alors, messieurs du Front De Gauche, quoi qu’il arrive, pour continuer à porter l’espoir, aucun d’entre vous ne doit rejoindre un gouvernement socialiste, sinon c’en serait fini des illusions…

Alex CAPUCIN

 « On ne ment jamais autant qu’avant les élections, que pendant la guerre et qu’après la chasse »…CLEMENCEAU

Publicités

6 réflexions sur “DEUXIEME TOUR, A GAUCHE TOUTE !

  1. le FN est un parti ultralibéral qui n’apportera aucune avancée humaine bien au contraire ! le repli sur soi est néfaste à toute nation cf:Hitler ! La gauche quant à elle, est progressiste et pas raciste! Ce cher « Cocoricocoboy » devrait énumérer ici tous les avancées sociales de l’extrême-droite car je n’en vois aucune. Par contre Cocoricocoboy devrait se rappeler que s’il part en congés payés, s’il a une retraite,s’il a une couverture sociale, s’il peut prendre un congés parternité et marternité pour sa femme, si en France on n’exécute plus d’innocents, et j’en passe…c’est grâce aux gauchos et à leurs luttes de 36 et d’après-guerre ! Enfin, aux abonnés de l’UMPFN la Nation est une valeur morale et non pas territoriale !

  2. À gauche ou a droite c’est pareil: aujourd’hui la gauche est aussi libérale dans les faits que la droite, autrement dit il n’y a plus de gauche car celle-ci défend concrètement le grand patronat mondialisé et donc l’ultralibéralisme, le libre échange, l’Europe etc, et plus du tout les TPE / PME et encore moins leurs employés! Ce qui est du reste consternant quand on voit tous les gauchos que Mélenfion traîne derrière drapeaux rouges et CGT le bras levé!
    La question aujourd’hui, et aussi la nouvelle lutte des classes qui caractérisait le combat social d’avant (d’où pour certains l’utilité de mettre à jour leur logiciel), concerne deux nouveaux camps: la Nation contre le Mondialisme et non plus l’employé de base contre son patron!
    Donc votez Marine, elle qui défend la Nation, notre pays et donc nos entreprises, et donc vos emplois! À moins que vous soyez pour les délocalisations, le libre-échange etc

  3. Le FdG est le seul moyen de liquider le PCF. Pierre Laurent achève la liquidation du Parti et, pour y arriver, il se sert de l’ancien socialo-trotskyste, ex ministre socialiste et toujours sénateur qui s’est appliqué à toujours soutenir des unions de la gauche qui ont génialement foiré. Sombres souvenirs, sombre perspective…

    Mitterrand aussi, à l’écouter, le socialisme était au bout du chemin, c’était la force tranquille. Et patati et patata.

    Bilan :

    un ministre en prison auquel Sarko a refilé 420 millions d’euros.
    un 1er ministre suicidé.
    3 000 000 millions de chômeurs.

    14 ans de socialisme mitterrandien, retour case-départ : Chirac.
    D’où retour du camarade Jospin, entiché de la camarade Buffet, résultat : Le Pen au 2nd tour, Jospin RI DI CU LI SE!!!

    N’hésitez pas, camarades de la gauche mollassonne… votez. Dans 5 ans, c’est Marine…

  4. Votez Mélenchon et Sarkozy sera réélu ! Vive la gauche de la gauche ! La vraie !

  5. Pourtant la révolution citoyenne ne se fait ni au PS, ni à EELV, ni à l’UMP, ni au Modem, ni au FN.
    C’est bien vers le FDG que se tournent une grande partie des citoyens qui ont l’espoir d’une nouvelle France (au service du peuple et non des pouvoirs financiers), d’une nouvelle Europe (sociale), du partage des richesses, de la planification écologique (et non du droit à polluer), du respect de tous quelque soit son origine, sa couleur, sa religion, etc, etc.

    Je comprends parfaitement les doutes que l’ont peut avoir quand au passage à l’acte dans l’hypothèse de sa victoire. Comment pourrait-il en être autrement après tout ce que la politique nous a infligé.
    Pourtant si vous avez prit le temps d’écouter les interventions de Mélenchon et des autres têtes pensantes du FDG, force est de constater que le discours est belle et bien révolutionnaire contrairement à ceux des parties précédemment cités.

    Mais nous ne pourrons en effet juger de la mise en pratique de tous ces idéaux que si le FDG remporte les élections.
    Mélenchon super menteur comme tous les autres ? ou grand homme qui marquera à jamais les livres d’histoires ?
    Ma conviction pour avoir passé de longues heures à l’écouter est la deuxième réponses !

    PS : « Mélenchon à 28%, et LO et le NPA à 10% » ça serait en effet le rêve ! mais encore bien trop de français se limitent à ce que leur dit leur télévision pour réfléchir, si tant est qu’ils réfléchissent…

  6. C’est ça, le vrai problème, c’est qu’à quelques jours du scrutin, le citoyen/électeur ne sache pas de ce qui va advenir de son vote. Va-t-il y avoir désistement? Arrangement politique? Partage de « bons » procédés? Tractations en vue des législatives?
    Ca, c’est un DENI de démocratie. C’est de la manip, de la cuisine, de la tambouille. Après le lyrisme civico-tricolore, les formules alambiquées jouant de toutes les figures de rhétorique, mêlant à la louche, révolution française, itinéraire historique ouvrier, résistant, sans-culotte, il risque d’y avoir un 1er atterrissage sur la piste social-libérale hollandaise. Accrochez-vous, attachez vos ceintures. Y a pas de parachute.
    Mélenchon, ancien trotskiste, ancien socialiste, admirateur INCONDITIONNEL de Mitterrand, le camarade à la francisque, ami de Bousquet, lancé par l’Oréal et Bettencourt de la Cagoule et de la Kollaboration, s’est allié avec le néo PCF rosi et passé au réformisme après le suivisme soviétique. Pour du cocktail, c’est du cocktail! Molotov en aurait rêvé…

    Mélenchon au 2nd tour?

    Soit il est dépassé, débordé, bordélisé, assailli par la rue et les usines, soit il envoie les gendarmes mobiles et les CRS.

    Non, la gauche unie et la gauche plurielle, ce n’étaient pas des « erreurs », mais bel et bien l’application d’une vision politique, froide et lucide. Et qui porte un nom : TRAHISON. Comme en 14, en 36 et toujours.

    Et Mélenchon n’a aucune vision révolutionnaire ni un programme qui serait susceptible de le devenir. C’est un garde-fou, un maastrichtien, un européiste bavard et tribun, un social-démocrate un peu fauve. Mais ce n’est pas un révolutionnaire et le FdG n’est pas révolutionnaire. Il s’en garde bien. La révolution dont ils parlent c’est celle de l’écart politique, de la métaphore décalée, de l’analogie insolente, de l’allégorie bluffante.

    Il n’y a pas de révolution citoyenne car la révolution est naturellement citoyenne. Et rajouter citoyenne à révolution c’est justement lui enlever révolution. C’est-à-dire le renversement de l’Histoire, la colossale épopée du peuple, la crue et le raz de marée débridés, lâchés, libres, fous qui montent au ciel.

Les commentaires sont fermés.