VOUS LE VOULEZ HALLAL ?

A l’heure où profitant d’une crise économique sans précédent, certains essaient de nous appauvrir un peu plus, d’autres ont lancé un sujet de réflexion des plus passionnant : hamburger hallal ou non hallal ? Ou comment détourner l’attention du pigeon pendant qu’on lui fait les poches !

Il y a des restaurants indous, des restaurants végétariens, des restaurants caschers, des restaurants de poissons …etc. Et il y a plein, mais alors plein de restaurants qui ne sont ni hallal, ni cascher, ni végétarien ou ni catho ou anti catho. Il n’y a pas discrimination, chacun peut aller où il veut : rien n’est interdit, rien n’est obligatoire.

Il y aurait bien problème si le resto hallal était interdit aux non-musulmans. Il y aurait discrimination si toute la nourriture devait obligatoirement être hallal, ou casher ou ni hallal et ni casher. La liberté c’est de pouvoir ouvrir un restaurant hallal ou d’ouvrir un restaurant casher ou d’ouvrir un restaurant ni hallal ni casher. Et si il n’existe pas à proprement parler de restaurant catholique, il est par contre très courant de trouver un restaurant qui serve de la viande rouge pendant le carême, sans que cela n’émeuve tous les intégristes catholiques de France !

Il ne faut pas entrer dans le jeu de ceux qui veulent encore une fois nous entrainer sur le chemin de la religion. Du problème religieux on passe à l’immigration et ensuite suivant le schéma bien rodé à l’invasion musulmane ! Alors que ce problème de restauration reste scrupuleusement dans le domaine de la sphère privée et n’interfère pas avec la sphère publique.

Et en allant plus loin dans l’absurde, il y a des temples protestants, des synagogues, des mosquées, des églises, des temples bouddhistes et un grand nombre d’athées qui ne fréquentent aucun de ces lieux. Au nom de quelle idéologie devrions-nous les interdire, ou alors obliger les athées de les fréquenter. La laïcité c’est permettre à tous d’exercer sa religion ou son absence de religion, et ne pas interdire la religion qui nous dérange.

Vrai ou faux, certains pensent que lorsque l’on saigne un animal, de nombreuses toxines sont éliminées ? Et une bête qui a été stressée avant de mourir, sécrète des toxines qui se retrouvent dans le sang. Alors, y’a-t-il au départ une notion sanitaire ou est-ce purement une superstition religieuse ? Le stress pour l’animal vient aussi du transport jusqu’à l’abattoir, et les toxines se retrouvent aussi dans les muscles. Et de toutes façons que l’on mange hallal ou cascher on ne devient pas forcément centenaire !

Les industriels préféreraient tout hallal pour n’avoir qu’une seule zone d’abattage, rentabilité oblige, et là il s’agit de la religion la plus puissante au monde : l’argent ! Est-ce que la consommation du tout hallal favoriserait la progression de la religion musulmane ou au contraire la viande hallal perdrait son caractère sacré, et ne serait plus qu’un produit de consommation comme un autre ?

C’est marrant comme un problème qui ne change en rien  notre qualité de vie ni nos problèmes quotidiens peut cristalliser tant de passion ; A croire que le problème de la viande hallal est plus important pour certains que le problème des retraites, de la sécurité sociale, du partage des richesses, de la destruction des services publics ou de la création d’une banque publique aux services des citoyens ! Ce qui est sûr, c’est que ce battage médiatique permet d’occulter d’autres problèmes.

Et au delà de tout rituel, Il serait temps de réduire sa consommation de viande qui entraîne les déforestations et la culture intensive afin de nourrir l’animal au détriment de l’humain, et de réduire aussi les références à Dieu, mais ça c’est un autre débat !

« L’homme ne sera jamais libre tant qu’il n’aura pas chassé Dieu de sa raison »…Louise MICHEL

Publicités

6 réflexions sur “VOUS LE VOULEZ HALLAL ?

  1. Je rapelle quand même qu’un individu normal est supposé manger trois fois par jour, bien que la viande ne sera présente que dans deux et encore s’il en mange tout le temps. La crise économique, c’est un sujet qui l’importe car il risque à chaque instant de tomber dedans mais l’alimentaire aussi est important vu qu’il y est inévitablement confronté, or quand on se trouve devant son assiette et qu’on a appris pour cette polémique il est alors difficile de ne pas y penser.

    Ensuite pour répondre à l’article en lui-même :
    – « Il y a des restaurants indous, des restaurants végétariens » etc. Oui mais ils l’indiquent. Si vous allez dans un restaurant normal qui finalement ne fait que du chinois, il y a un malaise. A ce jour, la nourriture classique PEUT être halal par moment SANS que ce soit indiqué. La comparaison est donc invalide.

    – « Il y aurait bien problème si le resto hallal était interdit aux non-musulmans ». Non, cela créerait un autre malaise qui est le communautarisme exacerbé, mais au moins le restaurant serait marqué comme étant halal. A défaut on peut trouver des boucheries halal or c’est marqué sur la vitrine qu’ils le sont. La comparaison est donc encore invalide.

    – « Il ne faut pas entrer dans le jeu de ceux qui veulent encore une fois nous entrainer sur le chemin de la religion. » Oui, mais que l’abbatoir paie une taxe de quelques centimes par kilo à une mosquée et qui est forcément reporté sur le prix final ou grapillé sur le coût de production, et que le consommateur ne sait pas qu’il la paie alors que cet argent peut servir à financer l’expansion du culte, ce n’est pas nous entraîner sur le chemin de la religion ?

    – « Et en allant plus loin dans l’absurde, […] » effectivement c’est absurde et cela montre surtout que vous vous moquez des convictions de ceux qui ne veulent pas manger religieux.

    – « Vrai ou faux » l’histoire des toxines reste à démontrer, mais la remontée des fluides gastriques à cause de l’égorgement est prouvé. J’espère que vous n’aimez pas vos steaks saignants.

    – « Est-ce que la consommation du tout hallal favoriserait la progression de la religion musulmane ou ça la désacraliserait ». Réponse simple, les deux. La taxe permet à la mosquée qui la taxe de potentiellement financer des opérations de proxélytisme, et ça la désacraliserait cela d’autant qu’elle n’a rien de vraiment sacré. C’est une obligation de leur dieu mais ce dernier amende cela si la situation l’exige, ce qui fait que ce n’est pas sacré. C’est avant tout une conduite individuelle.

    – « C’est marrant comme un problème qui ne change en rien, notre qualité de vie ni nos problèmes quotidiens peut cristalliser tant de passion ». Outre la question sanitaire que j’ai évoqué au dessus, je rapelle donc que l’assiette vous la voyez plusieurs fois par jour. Donc forcément ça ne peut que faire réagir, chose que vous remarqueriez si vous cherchiez un minimum à comprendre les gens dont la conviction est blessée à cause du halal dans le circuit classique au lieu de pratiquer la négation de leur conviction.

    Alors certes, ça peut permettre d’occulter d’autres problèmes mais cela n’est que l’impression que vous avez (et d’autres personnes aussi hélas). Oui car l’idée que ça occulte des sujets est un argument se basant sur l’expérience des « heures les plus sombres », sans tenir compte un seul moment qu’on n’est plus à cette époque. Les gens sont mieux éduqués, il y a bien plus que la radio pour s’informer et on a l’Histoire pour se rapeller des gaffes à éviter. Or comme les sondages le montrent, même avec cette polémique la crise et les questionnements classiques sont loins de céder leurs premières places. En bref, les gens qui utilisent l’argument du « détournement » devraient se remettre en question car ils ne réalisent pas combien ils méprisent en sous-entendu leurs concitoyens en pensant qu’ils soient aussi manipulables que cela…

    Sinon vous n’avez pas répondu aux questions apportés par Castor. Sans doute parce que Castor montre justement que la polémique apporte de vrais questions, au lieu d’un très pratique « ça sert à occulter d’autres problèmes » qui peut aussi cacher un manque de réfléxion sur le sujet…

    • je crois que l’auteur n’a pas repondu, parcequ’il n’y a rien a répondre aux propos de Castor…faut simplement qu’il arrete de s’abreuver aux discours populistes!

  2. Quand on va manger un couscous, il me semble qu’on ne se pose pas la question de savoir comment a été abattu l’agneau, le mouton ou le boeuf…
    On y va pour se régaler.

    • bonsoir,
      si parfois les messages mettent du temps a s’afficher c’est que je ne suis pas 24/24 sur mon blog, parfois il faut attendre le lendemain ou la fin du weekend….
      cordialement
      RobertGil

  3. merci de dedramatiser la question du Hallal, meme si je ne suis pas toujours d’accord avec vos articles, un blog comme le votre est un bol d’air frais, et je le consulte regulierement….

  4. Bonjour,
    j’aurais bien commenté votre article paru sur agoravox, seulement voilà, j’en ai été exclu…
    Résultat des courses, me voici chez vous pour vous dire ce que je pense de cet article.

    Je ne lis aucun argument cohérent dans votre diatribe à base de « y’a plus important », « faudrait manger moins de viande », « y’a des restos de tous types dans lesquels personne n’est obligé d’entrer ».

    A moins que ce ne soit délibéré de votre part, vous êtes passé complètement à côté de votre sujet qui n’est pas, comme vous feignez de le croire, la discrimination.

    Les vraies questions à se poser sont, et dans l’ordre que vous voudrez :

    1. est-il normal de donner au consommateur lambda un produit à manger dont la méthode d’abattage risque de heurter sa sensibilité religieuse (et quand bien même cette sensibilité vous paraîtrait idiote) ?

    2. N’y a-t-il pas incompatibilité entre chaîne d’abattage halal et laïcité quand, notamment, c’est par le biais de dérogations que l’on permet une méthode jusque-là interdite ?

    3. est-il normal que le consommateur lambda se retrouve à financer des groupes religieux par le biais d’un abattage rituel, alors même qu’il est susceptible d’être d’une autre religion que la religion juive ou musulmane ?

    4. [facultative] trouveriez-vous normal que l’on taise, pour des raisons mercantiles (le profit), à des musulmans, que la viande qu’ils croyaient d’agneau est en réalité du porc ?
    Autre exemple moins teinté, qu’un végétarien ou végétalien se retrouve à consommer de la salade que l’on aurait fait pousser à doses de fonds de veau ? (nota : ces exemples sont parfaitement stupides, mais je vous sais désireux d’en saisir l’idée)

    5. pouvez-vous concevoir, du haut de votre jugement à l’égard des réticences exprimées, que nombre d’opposants à ces pratiques puissent n’y voir qu’une tromperie sur la marchandise et non une raison de stigmatiser l’islam ?

    Merci de vos réponses éclairées.

Les commentaires sont fermés.