AUSTERITE, RICHESSES ET PROPAGANDE

bosser les riches

Après la taxe sur les complémentaires, les déremboursements, l’instauration de forfaits et franchises, les ponctions sur le budget de l’assurance maladie, la diminution des prestations sociales, le recul de l’âge de la retraite, la pression  sur  les  collectivités  locales pour  diminuer  les  services  publics,   le gouvernement s’en prend aux salariés malades, potentiellement « fraudeurs » et « responsables des déficits publics », et en distillant des petites phrases, tente d’opposer les uns aux autres… Cette cure d’austérité augmente de 325€ par an les dépenses d’un Smicard, tandis  que  les  riches  récupèrent  2 300  millions d’euros  par la baisse de  l’impôt de solidarité sur la fortune, le fameux ISF.

Les  inégalités  augmentent,  ce n’est pas un scoop, c’est  le  rapport  officiel  de  l’Insee  qui  le  dit :  près  de  la  moitié  de  la  population  a perdu du pouvoir d’achat,  tandis que celui des 10% n’a cessé d’augmenter. Depuis 1998, 1% des plus riches a bénéficié chaque année de +5,2% de revenus. Pas étonnant que les yachts et résidences de luxe trouvent des acheteurs. Cette  inégalité  des  revenus  s’est  complétée  d’une  inégalité de la politique fiscale : plus on est riche, individus et entreprises,  moins  on  paie,  grâce  aux  cadeaux  fiscaux.  Ainsi  en France, un récent rapport parlementaire de l’UMP (Carrez) chiffre à 100 milliards d’euros en 2010 le coût des baisses d’impôts consenties entre 2000 et 2010.

Les  riches  sont  tellement  riches  qu’ils  ne  savent  plus  comment dépenser. Ils n’investissent plus dans les entreprises, qui ferment  et  licencient,  car  le  profit  est  moins  important  que sur les marchés financiers. Depuis  près  de  30  ans, les richesses produites vont de moins en moins vers les salaires et de plus  en  plus  vers  les  profits,  et  alimente la spéculation. Tout cela par la volonté  des marchés financiers. Ils  font  et  défont  les  gouvernements,  imposent  l’austérité dans toute l’Europe… qui réduit l’activité économique… ce  qui  va  encore  diminuer  les  recettes  des  États  et augmenter leur déficit et leur dette… ce qui va justifier de nouvelles mesures d’austérité…. Si  nous  laissons  faire,  nous  allons  droit  à  la  récession économique qui entrainera l’accroissement de la pauvreté et une nouvelle aggravation des inégalités

Les pauvres sont tellement dépolitisés qu’ils ne savent plus pour qui voter ….  Ils pensent que Sarko représente la France profonde,  et que Le Pen est proche des classes populaires ou vise versa. Ils pensent que Bayrou est social et qu’ Hollande est de gauche ou vise versa. Enfin bref, ils ne savent plus quoi penser. Ils ont tellement cru aux promesses des uns et des autres. Par contre ils ne croient pas aux discours de ceux qui leur disent qu’il faut augmenter les salaires, que la politique ne doit pas être un métier, ou qu’il faut exproprier les banques et ne pas payer la dette : ceux qui n’ont pas tenu leurs promesses les ont formater par leur discours et les médias pour qu’ils n’aient plus aucune envie de sortir du système !

Dans les entreprises, des patrons ont même expliqué, que par rapport aux patrons américains ils n’étaient pas assez payés, pour ensuite expliquer à leur salariés qu’eux même étaient trop payés par rapport aux ouvriers chinois ! Pour oser dire cela, il faut être sûr que la propagande a endormi toute velléité de contestation. Faut dire que l’on formate les esprits dés le plus jeune âge, un socialiste de gauche, ou de droite, je ne sais plus, a un jour déclaré : « dans les écoles il faut que les profs connaissent et aiment l’entreprise, car l’entreprise n’est ni de gauche, ni de droite ». Brave gens dormez tranquille, le capital veille sur vous ! Amen !

Publicités

4 réflexions sur “AUSTERITE, RICHESSES ET PROPAGANDE

  1. « Dans les entreprises, des patrons ont même expliqué, que par rapport aux patrons américains ils n’étaient pas assez payés, pour ensuite expliquer à leur salariés qu’eux même étaient trop payés par rapport aux ouvriers chinois! ». Je débarque sur ce blog et je ne vois nulle source de tout ça…

  2. VÉRITÉ ET COURAGE: soyons franco!

    Le chargé d’affaires des classes capitalistes, en France, et dernier rejeton de la cinquième république, a tout lieu d’être satisfait des manoeuvres dilatoires des agences de notation à propos de la dégradation de l’économie française. Monsieur 100 000 euros avait promis de réconcilier le capital et le travail. Il a favorisé la rente. C’est effectivement une forme de réconciliation: compter ses sous prend du temps.
    Et quoi de mieux qu’une mauvaise note, pour dire aux classes capitalistes qu’on pense très fort à elles. En langage SMS, ça donne quelque chose comme: tout va bien. On coule! Les agences en question exultent:
    (lire la suite sur 1847.overblog.com)

  3. « de l’ordre de celui du résultat du référendum de 2005, à propos TCE »
    C’est à dire que le candidat élu sera pour la sortie de l’Union « Européenne » ? Et que sa montée se sera faire en dépit de tout les black-out officiels par une prise de conscience citoyenne via Internet et le relais populaire de citoyens ordinaires de plus en plus nombreux ?
    Je ne vois qu’un candidat qui corresponde à cette description : François Asselineau.
    Acceptons-en l’augure !

  4. Description claire et précise d’une situation plus qu’insupportable.
    Cela dit, je reste totalement optimiste et ai l’intime conviction que le résultat des présidentielles sera de l’ordre de celui du résultat du référendum de 2005, à propos TCE, et enverra tous les supporters de la pensée unique, de l’austérité et leur cortège médiacratique de propagande dans les cordes.

Les commentaires sont fermés.