LE CHIFFRE : 51

C’est l’âge de Luis de Guindos, cet ancien président de la banque Lehman Brothers pour l’Espagne et le Portugal, a été nommé ministre espagnol de l’économie, au sein du nouveau gouvernement de droite, un poste-clé, chargé de mener son programme économique mélant austérité et réformes. Pour cela il va donc mettre en oeuvre le programme économique exigé par « Le Marché » et qui, bien évidemment, doit redresser le pays… déjà menacé de récession et frappé par un chômage record. Sa priorité sera donc de tenir les engagements de l’Espagne à Bruxelles, et d’établir un plan d’austérité qui concernera toutes les administrations, éliminera les dépenses superflues et redondantes, et introduira des incitations à l’efficacité. L’objectif n’est pas de donner du travail aux Espagnols mais de saigner les populations, d’aspirer la richesse du pays et la distribuer aux familles oligarchiques.

Après le président de la Banque Centrale Européenne, le président désigné du conseil italien et le nouveau premier ministre grec, c’est a dire Mario Draghi, Mario Monti et Lucas Papadémos tous trois proches de Goldman Sachs, la célèbre banque d’affaires américaine, voici maintenant Luis de Guindos et la banque Lehman Brothers. Le message aux marchés est clair :  » nous vous avons compris ! « 

Patiemment la finance a mis ses pions en place depuis longtemps, rappelez-vous Georges Pompidou, ex-fondé de pouvoir de la banque Rothschild, devenu président de la république !

«L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain.»…Napoléon Bonaparte (1769-1821)