SNCF : PLACE AUX TRAINS PRIVES

Depuis 2007, la SNCF a décidé de verser un dividende à l’Etat qui est propriétaire du groupe ferroviaire et son unique actionnaire. En 2010, le groupe de transport avait versé 69 millions d’euros à l’Etat, et au titre de l’année 2011 la SNCF  va verser un dividende record à l’État français de 230 millions d’euros. Ce montant traduit une très bonne performance opérationnelle en 2011 et correspond à 30% du résultat net. Et quels sont les projets du gouvernement devant un si bon résultat ? Et bien, pour continuer la logique capitaliste de destruction des entreprises publiques, l’Etat va ouvrir ce secteur à la concurrence, et peut-être plus !

Pour cela tous les coups sont permis, les méthodes managériales directement importées de chez France Télécom sont responsables de l’augmentation de la souffrance au travail et la direction de la SNCF a mis en place une véritable politique de répression syndicale, destinée à faire peur, à faire taire et à décourager les militants qui luttent et dérangent les projets du gouvernement. Depuis plusieurs années, la direction et le gouvernement font tout pour que les conflits dégénèrent en grèves impopulaires, relayés par les médias aux ordres. Ce sont les mauvaises décisions politiques ou patronales qui sont responsables de ces «prises en otage» décriées. Malheureusement, c’est celui qui détient le monopole  des médias qui donne l’image de la grève dans un conflit social. Ensuite il est facile d’effectuer un sondage laissant apparaitre que prés de70% des français se disent favorables à l’ouverture à la concurrence du marché ferroviaire.

Le 11 décembre 2011, 85 % des horaires de train SNCF ont été modifiés pour préparer l’arrivée des concurrents privés. La modification des horaires  a été décidée afin de libérer des créneaux horaires aux nouvelles entreprises ferroviaires privées. La date du 11 décembre n’a d’ailleurs pas été choisie au hasard : ce jour-là, c’était l’arrivée du premier train de voyageurs privé. Un train de nuit entre Venise et Paris, exploité par Thello, une nouvelle société créée par Veolia Transdev et Trenitalia. Une ouverture à la concurrence internationale qui officialise la fin du monopole de la SNCF. Remarquons au passage que Veolia est de plus en plus présent dans notre vie de tous les jours, peut-être qu’un jour nous payerons directement nos impôts à cette multinationale !

Il y a quelques mois, le rapport Grignon (sénateur UMP) proposait un mode d’emploi pour l’ouverture à la concurrence des TER : d’abord des appels d’offres régionaux pour attribuer les marchés TER (à l’entreprise la moins chère donc la moins-disante socialement…), puis le transfert obligatoire des cheminots SNCF vers le nouvel opérateur privé. Il faut non seulement casser le statut du service public mais aussi celui des cheminots. C’est déjà le cas dans le transport de marchandises (fret) : le deuxième opérateur de fret privé n’est autre que VFLI, une filiale à 100 % de la SNCF, mais où les cheminots travaillent en dehors de la réglementation du travail SNCF.

Les cheminots et la SNCF sont dans le collimateur et seront sans doute au menu d’un prochain plan d’austérité. Pour les cheminots, ce scénario aura pour conséquence la suppression  de milliers de postes et pour les usagers : augmentation des tarifs (pour s’aligner sur les prix du privé), abandon des liaisons non rentables et perte du haut niveau de sécurité dans la circulation des trains…

Tout ce qui rapporte de l’argent à l’Etat doit être détruit, livré à l’appétit des groupes privés et ensuite on nous demandera des sacrifices pour payer la dette. La gestion privée coûtera plus cher, et aucun dividende ne sera reversé dans les caisses de l’Etat, au contraire ce sera nous qui payerons l’entretien des voies, car on a pris soin de séparer les infrastructures qui coutent chère et non rentables vers RFF (Réseau ferré de France) qui lui sera toujours public…


6 réflexions sur “SNCF : PLACE AUX TRAINS PRIVES

  1. Citer l’ Allemagne comme pays qui a réduit la pauvreté, c’ est un chef-d’ oeuvre d’ humour noir !

  2. Pagifi,
    je crois que si les seules problemes venaient des entreprises publiques la vie serait belle. Les niches fiscales aux entreprises privées representent 172 milliards d’euros en 2010, la part que les profits ont pris sur les salaires en 20 ans est de 200 milliards par an….
    Alors explique moi ce que tu veut, mais regarde la realité en face.
    Dans ma boite il y en a plein qui n’arrivent pas a joindre les deux bouts, mais qui resonnent comme toi, vos solutions ont les met en oueuvre depuis 30 ans et on voit ou elle nous ont menée….
    Ils ont toujours l’exemple d’un fonctionnaire qui gagne des fortunes, d’un SDF qui a gagné au loto mais qui prefere vivre dans la rue, d’un immigré qui touche des sommes folles de la securité sociale. Par contre qu’ils leur faudraient travailler 1 643 410 années pour avoir la fortune de Bernard Arnaud ça les laissent indifferent, c’est tellement loin d’eux ! Quand les gens auront compris que les riches coutent trés chers a la société on aura fait un grand pas en avant, en attendant on va en prendre plein la gueule!
    Voila, comme avec mes collegues de boulot je ne vais pas continuer cette conversation, je crois malheureusement que ça ne sert a rien…..

    • A Hitch
      Bien sur que les problèmes ne viennent que des entreprises publiques et que les niches fiscales sont inacceptables : si la fiscalité en France était moins confiscatoire les niches fiscales n’avaient pas besoin d’exister et l’évasion fiscale serait bien inférieure : plusieurs pays développés ont des taux d’imposition plus bas et leurs recettes fiscales se portent bien mieux qu’en France.

      Les solutions qu’on met en place depuis 30 ans sont des solutions socialistes : intervention de l’Etat dans l’économie à tous les niveaux et contrainte croissante à l’initiative privée.
      Le problème n’est pas l’existence de riches mais de pauvres et il faudrait faire en France ce qui ont fait les pays les plus développés qui ont réussi à réduire la pauvreté par l’accroissement de la production et de la richesse et pas par la confiscation de la valeur ajoutée de ceux qui créent de la richesse (Allemagne, Autriche, Canada, Australie, Pays-Bas, pays scandinaves, etc).

  3. A Hitch
    Vous m’attribuez des propos que je n’ai pas prononcé, mais si cela vous fait plaisir, je ne veux pas vous interdire ce bonheur …
    Il suffit de lire le bilan social publié chaque année par la SNCF et de le comparer avec les statistiques publiées par l’INSEE pour apprendre que les salariés de la SNCF (comme d’autres entreprises publiques en situation de faillite ou proche) bénéficient de rémunérations et d’avantages supérieures à la moyenne.
    Ceci est objectif et vérifiable, contrairement à vos propos de « propagande libérale », « Bettencourt », etc.

  4. « Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la gale »
    ou plutôt,
    « Quand on veut tuer son chien on lui donne la gale »

    « cheminots hyper privilégié « comme c’est à la mode , je n’ai qu’une chose à te dire Pagerfi, ,des privilégiés comme ça tu en trouves dans toutes les banlieues ouvrières mais quel qualificatif vas tu avoir pour les Bettencourt et Cie « c’est normal ils le méritent ».

    La propagande libérale fini toujours par encrasser les cerveaux!

  5. L’exploitation des réseaux ferroviaires est assurée par le secteur privé dans plusieurs pays et ils se portent mieux que le sacrosaint « service public » français qui se traduit par un gouffre financier (payé par le contribuable) et par un service pas toujours adapté aux besoins des clients mais, par contre, toujours adapté aux exigences des syndicats (retraite anticipé, comités d’entreprise de luxe payés par les impôts, etc)

Les commentaires sont fermés.