GESTION DE CRISE

De la Grèce au Portugal, en passant par l’Italie, la France ou l’Allemagne, ce sont les travailleurs qui doivent accepter l’austérité pour rembourser la dette des États. Pourtant la dette publique provient des exonérations et réformes fiscales qui ont bénéficié aux entreprises et aux plus riches. Elle est aussi le résultat de tous les plans de sauvetage des banques qui ont permis à ces dernières de spéculer de plus belle, y compris contre les États ! Nous avons déversé des centaines de milliards pour soutenir la finance, ce qui a eu comme résultat l’envolée de l’endettement public. Les banquiers ont ruiné la planète, et les contribuables ont payé plus de 3000 milliards d’euros pour éviter l’effondrement du système. Les responsables vont s’en sortir sans soucis, et les autres vont devoir se serrer la ceinture.

Malgré toutes les mesures prises, la crise du système capitaliste continue de s’approfondir, et les classes dominantes n’ont qu’une idée, nous faire payer la crise d’un système économique au bord de l’asphyxie. Les Etats Européens et les banques vont annuler ou renégocier une partie de la dette grecque. L’objectif de cette opération est de rendre à peu près solvable la Grèce, de l’obliger à poursuivre ses mesures antisociales, et de permettre aux banques des autres pays de prendre le contrôle des banques grecques. Ces mesures sont prises car nos gouvernants souhaitent à la fois stabiliser la situation et accélérer les mesures antisociales.

Pour les capitalistes cette crise est une aubaine pour nous déposséder de tout ce que des décennies de luttes nous avaient apporté. L’argent public a été généreusement distribué sans aucune contre partie, et une partie a même servi à payer les dividendes des actionnaires. Ils n’ont plus aucune retenue, ils se servent dans la caisse que nous alimentons avec nos impôts et notre travail. Le discours est de dire que nous ne travaillons pas assez, mais en réalité c’est le travail qui est sous évalué. Ce sont tout simplement les résultats d’une politique qui privilégie le capital au travail. Cette situation résulte de décisions et de choix politiques : dumping fiscal, socialisation des pertes et privatisations des bénéfices, insécurité sociale et transfert des richesses produites vers les paradis fiscaux dont on nous  a dit qu’ils n’existaient plus.

Alors que dans les pays en révolte, les opprimés et les exploités réalisent que ce sont les nantis et les riches qui coutent le plus cher, en France le pouvoir a réussi à retourner la vindicte populaire sur les plus faibles. Les plus riches ont même réussi à faire passer les services et les biens communs comme des tares du système afin de les privatiser ! Pourtant, la classe ouvrière est plus importante aujourd’hui qu’à l’époque de Marx, mais l’on a réussi à insérer dans la tête des gens, que le fonctionnaire, l’étranger, le jeune ou le chômeur sont des «problèmes». Ils sont sûrs que leur propagande nous a lobotomisés, sûrs que nous ne nous révolterons pas.

Les plans d’austérité qui sont à l’œuvre ailleurs vont arriver, sans doute après les élections de 2012 et probablement sous un gouvernement de gauche. Hollande s’inscrit pleinement dans cette orientation : en 2013, déficit réduit à 3 % et dette payée rubis sur l’ongle. Quitte à mettre au rancart un projet socialiste déjà dérisoire. Si Sarkozy repasse, ce sera pire ! Alors, il n’y aurait plus d’espoir ? Si, l’avenir sera ce que nous en ferons. Face à la crise il est grand temps de construire une rupture anticapitaliste, cela signifie : annulation de la dette et saisie des banques sans indemnité ni rachat, ce qui permettrait de satisfaire les besoins de la population et d’avoir l’argent pour les imposer.

Publicités

Une réflexion sur “GESTION DE CRISE

  1. Bonsoir,

    Si je prends la peine de faire un commentaire, c’est que cette position m’intéresse ; mais en face de gens qui peuvent se payer les meilleurs avocats, les arguments de bonne foi, aussi pertinents et louables soient-ils, ne suffisent pas .

    Nous retombons sur « indignez-vous » de Stéphane HESSEL qui est un appel au peuple et à la raison mais pas au droit qui régit notre société .

    Même si ce droit est contestable, il permet à une majorité d’éviter de ne pas se faire racketter à la sortie de son HLM mais de soumettre son existence au dictat d’impôts (fonciers, locaux et sur le revenu) trop importants par rapport à un bien-être liminaire .

    Quand vous dites que pour les capitalistes cette crise est une aubaine, ce n’est pas entièrement vrai (même si certains à-côtés pourraient permettre de faire endosser certaines « inadéquations » en profitant d’un certain flou artistique) ; 100 millions d’euros ce n’est pas rien (même s’ils se rattraperont très vite) .

    J’admire cependant l’habileté politique de Monsieur Papandréou qui a su se dédouaner de sa gestion passée en obtenant le renouvellement de la confiance du parlement grec .

    Quel est celui d’entre nous qui dans les mêmes circonstances aurait pu obtenir cet aval après avoir défié le G20 en le menaçant d’un référendum ?

    La « crise », en effet, n’est que celle des banques ! Alors laissons la aux banques et à leurs employés (Sarkozy compris) pour gérer le retour de bâton des énormes profits (éhontés)engrangés .

    L’idéologie que véhicule ces institutions dans les écoles comme HEC,l’X,l’ENA, ou Centrale, est franchement malsaine .

    Nous devons tous vivre ensemble avec des formations différentes et ce, dans un contexte où notre gouvernement ne trouve rien de mieux que de nous dire : « nous avons pendant 9 ans mésestimé l’argent que nous dépensions donc à partir de maintenant tout ce que vous aviez pu prévoir sera augmenté de 10 (pour ne pas vous affoler) puis de 20 pour cent .

    Désolé mais les drones et les bombes larguées sur la Lybie ont coûté cher . Cela rapportera à Dassault, Bouygues et Bolloré (comme en Côte d’Ivoire) qui assurerons la reconstruction mais quoi à l’état français, sinon des dettes ?

    Dans votre veine, j’étoffe l’argumentaire, mais cela ne sera sûrement pas suffisant pour faire bouger les lignes .

    Cependant c’est un bon début même si cela me fait penser au film de Werner Herzog : « Les nains aussi ont commencé petits » (film en noir et blanc pour les amateurs de ciné-club – 96 minutes), je crois encore à une possibilité de faire évoluer les consciences .

    Bien cordialement . J.M. MARTIN

Les commentaires sont fermés.