PREDATEURS

« Les gens ont tendance à trembler face à un danger imaginaire, mais ils sont trop paresseux pour déceler celui qui est réel » 

Douglas REED

 predateurs

Impassibles, les rapaces nous surveillent
Complotent devant des statistiques
Nous modèlent tous pareils
Pour nous rendre élastiques

Avantages chèrement acquis par le sang des anciens
Des siècles de lutte ont façonné nos vies
Mais nous, trop gras et déjà nantis
Nous laissons les vautours nous traiter comme des chiens

Le cerveau encombré de certitudes
Nous préparons nos descendants à la servitude
Les chacals nous expliquent qu’ils ont besoin de notre chair
Et résignés, nous leur abandonnons ce que nous avons de plus cher

Notre génération a démissionné, appris à baisser les yeux
Sans difficulté, les hyènes nous font courber l’échine
Comme des bœufs, ils nous mènent avec un anneau dans les narines
Et pour se défouler, ils nous laissent taper sur d’autre gueux

Les charognards ont façonné nos esprits
Manipulation, c’est notre dignité qu’ils nous ont pris
Nous avons tout accepté en échange de quatre roues
Les générations futures seront sans pitié pour nous

Les parasites nous contrôlent,
Nous dictent leurs lois
Ils entretiennent notre peur
En agitant de simples leurres

Ils créent de nouveaux boucs émissaires
Pour nous faire accepter notre misère
Et cette vermine se prend pour des rois
Pendant que nous, nous sommes aux abois

Écrit par Bob LE ROUGE

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “PREDATEURS

Les commentaires sont fermés.