SONDAGES, SONDAGES…

Au premier tour de la présidentielle 2012,Nicolas Sarkozy est distancé par le candidat du PS, et Marine Le Pen arriverait en troisième position avec la possibilité de créer la surprise : c’est ce que révèle les sondages, les uns après les autres. Ségolène, Nicolas, Martine, François ou Marine, le capital n’a rien à craindre et les salariés rien à espérer !

Nos concitoyens auraient-ils définitivement démissionnés ! Alors que plus de 75% de la population gagne moins de 2000 euros par mois et que des millions de personnes sont au dessous de 900 euros, rien ne change. La lobotomisation des esprits serait-elle achevée ?

 A chaque élection, la majorité des français vote soit pour l’UMP qui représente les intérêts du grand capital, soit pour le PS représentant ceux de la grande bourgeoisie. Ensuite une autre partie des électeurs choisissent entre Europe Ecologie, partisan du  capitalisme vert, et le Front National qui a fait de la peur de l’étranger son fond de commerce. Dans tous les cas le salarié est perdant, car aucun de ces partis ne remet en cause le système, pire, ils le cautionnent en apportant chacun sa petite touche démagogique pour flatter son électorat.

 Ainsi l’ouvrier qui vote pour ces parties se retrouve à soutenir des politiques libérales qui détruisent l’emploi, la fonction publique et baissent l’impôt des plus riches. Politiques qui ont déjà été mises en place dans les pays du sud, et qui sont responsables en bonne partie de l’immigration des populations, qui fuient la misère engendrée par ce système. Le discours du FN est un discours simple qui évite soigneusement de parler du pourquoi de l’immigration, et qui entretient la haine entre les diverses communautés. Ce discourt sert uniquement à maintenir les privilèges d’une certaine caste : nous ne faisons pas partie du même monde ! Du nationalisme réactionnaire au libéralisme économique, il faut tout rejeter !

 A l’automne 2010, lors de la bataille  pour les retraites, le PS, d’abord d’accord sur la réforme, a fait machine arrière quand il a vu le mécontentement des salariés devant cette régression sociale. Et on ne peut pas dire que l’on ai beaucoup vu ou entendu Les Verts sur le sujet. Quand au FN, il est comme d’habitude absent de tous les mouvements de défense des salariés, il se contente de faire vibrer la fibre patriotique. Le nationalisme est un puissant outil de propagande qui sert les intérêts des puissants et envoi souvent les plus pauvres servir de « chair à canon ».

 La seule ligne de rupture pour donner espoir au peuple et à tous ceux qui souffrent du capitalisme, c’est le NON de gauche à la constitution européenne. Il est complètement incohérent que ceux à gauche qui ont voté «non» passent des accords avec ceux qui ont pris position pour le «oui» : ce sont deux choix de société complètement différents. Ce ne peut être que des accords de circonstances ! Mais apparemment le choix des appareils politiques sera une nouvelle foi de privilégier les alliances stratégiques…..et économiques nécessaire à la survie de certains.

 Les salariés ne font plus confiance aux politiques, car les différentes expériences de gauche plurielle les ont déçus, et ils n’ont rien à attendre de la droite et de l’extrême droite ! Voter pour des parties trop à gauche leur fait peur, alors qu’un bon score de ces partis, qualifiés d’extrêmes, est la seule façon d’envoyer un message fort à nos gouvernants.

 Les partis de gouvernement se satisfont parfaitement de l’abstention. La formule du «tous pareils, tous pourris», formule de la classe dirigeante, pour que rien ne change est gagnante!


Publicités