LE CHIFFRE : 7,6 MILLIARDS

C’est la fortune estimée de Serge Dassault chef d’entreprise, patron de presse, sénateur et ancien maire de Corbeil-Essonnes. Cette somme représente plus de 300 000 fois le salaire net annuel moyen qui est de 23000 euros en France. Le taux d’épargne des ménages ne dépassant guère 10%, cela signifie qu’un salarié honnête et prévoyant peut espérer accumuler la fortune de monsieur Dassault en travaillant dur pendant plus de 3 millions d’années… Alors ne rêvez pas, ce n’est pas en travaillant plus que vous deviendrez riche !  

Et lorsque monsieur Dassault déclare qu’il faudrait supprimer les aides sociales aux plus démunis, et notamment aux chômeurs, demandons lui ce qu’il serait devenu sans l’aide et les subventions de l’état. Et au passage rappelons que la guerre en Libye déclarée par son ami, Nicolas Sarkozy, est aussi une bonne opportunité pour les affaires de Monsieur Dassault.

dasso2dasso2dasso2dasso2

« Votez à droite c’est soit pour préserver la société soit pour écraser l’ouvrier. »M.Audiard

Publicités

4 réflexions sur “LE CHIFFRE : 7,6 MILLIARDS

  1. j’ai trouvé la source de la fortune de ce personnage dans un magazine dans la salle d’attente de mon Kiné…

  2. Réflexions personnelles

    Pardonnez moi si je me pose quelques réflexions.
    Nous vivons actuellement dans une grosse bulle qui est la terre, divisée par des pays.
    Dans ces pays cohabites où du moins, excusez du peu , essais de cohabiter; plusieurs « écosystèmes », tous aussi différents les uns des autres. Représentés et dirigés par un gouvernement, censé œuvrer pour le bien de toutes ces communautés, divisées par des partis.

    Il parait que nous œuvrons tous dans le même sens, pour le bien de l’ humanité.
    Tous autant que nous sommes, grâce à l’état de causes à effets, de par nos choix, nos actions.

    Pourtant le constat que j’ai pu en faire, que beaucoup d’autres ont fait, est qu’une minorité d’individus ce « gavent ! », le mot n’est en rien exagéré, Ils ce  gavent !  sur le dos d’ une majorité (c’est toujours d’individus, qu’il est question ici).
    Nous n’allons pas épiloguer sur ce sujet, nous savons bien, qu’ il faut des richesses. Ce n’est pas , ici ce dont il est question.
    Ce dont il est question est : pour gérer nos différences et pour le bien des plus démunis, nos gouvernements, grâce à nos dirigeants bien pensants, ont créé des « écosystèmes » dans «  l’écosystème » semant la confusion sur leurs passages, dont un particulièrement qui nous intéresse, portant le nom de « système sociale ».

    Ce système sociale , qui appartient à tous, fait référence aux droits des individus dans leurs totalités.
    Créant ainsi, encore plus de privilèges pour certains, puis d’avantages de problème pour les autres . Bien sur nous avons aussi des devoirs, ne les oublions pas ceux là !
    Sans nos devoirs, nos politiques manqueraient cruellement d’arguments.

    Là on va venir me dire: « C’est l’jeu ma pauv’e Lucette » et moi de répondre: « de quel jeu parle t’on ici ? ». Nous parlons encore une fois de privilèges d’individus aux détriments d’autres individus (tu parles d’un jeu ! ).
    Vous et moi, savons bien de quel jeu et de quels individus il s’agit ! Regardons la vérité en face sans biaiser. Regardons la vérité telle qu’elle apparait, puisque la vérité, n’est que la vérité se suffisant à elle-même, soyons honnête, s’il vous plaît !

    Donc je parlais du « système social ».
    Ce système social qui nous fait tant défaut , qui devait régler les problèmes des individus les plus démunis, néanmoins tout aussi travailleur et de bonnes volontés.
    Afin d’œuvrer tous ensembles dans le même sens, pour le développement durable des richesses, suffisantes pour tous, dans son pays.

    Seulement voilà, tous sont différents, tous ne naissent pas égaux!
    Tous se sont perdus dans ces différents « écosystèmes » qu’ils ont créé ! Ils les ont perverti !

    Revenons au système social français, en place actuellement, s’en est un bon exemple.
    Des Assedic en passant par la sécurité social, les caisses d’allocations familiales et les caisses de retraite. Toutes ces différentes caisses, n’œuvrent plus pour les individus les plus démunis. Pourtant, ce sont bien, les individus eux mêmes qui alimentent toutes ces caisses.

    Prenons par exemple « l’écosystème Assedic-Pôle emploi » que l’on a simplifié en fusionnant, pour une meilleur efficacité.
    On peut et on doit se poser les questions suivantes:
    – Pour qui c’est plus simple?
    – En quoi c’est plus efficace???

    Moi, j’y vois un système social d’individus dans la précarité qui entretiens un système social précaire, par manque d’accessibilité à un travail décent, qui aurait du être pérennisé par nos dirigeants.
    Alors, par cupidité de la part de nos dirigeants, certains alimentent la machine de la précarité, pendant que d’autres font semblant de résoudre des problèmes importants surtout humanitaires, se gavant au passage sur le dos de ces pauvres individus qui alimentent cette machine à fabriquer la misère.

    Soyons réaliste ! pour gérer tous ces écosystèmes, il faut bien entendu du personnel.
    Ce personnel trié sur le volet est régie par une règlementation.
    – Qui fait ces règlementations ?
    Ce n’est certainement pas ce personnel !
    On légifère, on leur donne des objectifs, des conditions et le personnel s’exécute.
    Si le personnel refuse, ce sont eux qui iront alimenter la machine à fabriquer la misère.
    – Qu’est devenu notre système social ?
    J’étais sur un exemple de cause à effet.
    En France, il n’y a plus d’ emplois où très peu, ce n’est pas moi qui le dit, ce sont les statistiques de nos individus bien pensants de tout à l’heure qui le disent, ils peuvent même l’expliquer.
    Bien qu’ils prévoient de faire venir d’autres individus de pays extérieur pour combler le surplus de travail en France (gros paradoxe).
    Aux ( Assedic-pôle emploi ), ils sont bien embarrassés, puisqu’il nous informent, qu’il n’ont rien à nous proposer où si peu.
    Nous savons là encore qu’il y a paradoxe et confusion dût à une règlementation (encore elle), qui empêche employeurs et salarier d’œuvrer ensembles.

    Revenons à notre petit système pervers qu’est devenu notre « système social » Assedic-pôle emploi, qui cautionne et est le premier chaînon, dans la fabrication d’un système précaire.
    De par cette action, bien évidemment contre son gré ce système fait entrer des individus dans la précarité.
    Cette rotation d’écosystème, fonctionne à merveille et à plein régime.
    Contrat « CAE »:
    Ces contrats, sont des contrats CDD de une fois six mois, renouvelable six mois, si toutefois cela se passe bien.
    Et il n’y a pas de raison, si on est motivé !
    Dans le cas contraire, une fois six mois.
    Soit une totalité de 12 mois, donc un an. Pendant la période de votre contrat, vous êtes amené à travailler 26hrs/semaines minimum et 35hrs hebdo maximum pour la flexibilité, payé au smic, soit 9,44€ de l’heure brut.
    Jusqu’ici tout va bien. Là ou ça se complique, ce sont les problèmes de papiers administratifs qui se perdent dans les méandres des administrations, créant désordre, confusion, retards de paiements et j’en passe tellement il y en a.
    Cependant, vous restez toujours dépendant de cet écosystème, puisque vous êtes un travailleur pauvre, avec un cumul de droits donnés généreusement par la « CAF (caisse d’allocations familiales) », là encore il y a confusion volontaire de la part des administrations, soyons toutefois indulgents, ils ne font pas un métier facile !
    Ce cumul, vous devrez le leur rembourser par la suite, parce que là encore les informations ont du mal à circuler…

    Pendant la duré de votre contrat, vous ne rentrerez plus dans les statistiques de « chômeur », puisque pendant 1 an vous aurez touché un salaire d’environ 822€/mois. Que du bonheur, ça sent le vécu !!!
    Evidemment vos cotisations aux Assedics, vous donnerons la satisfaction de pouvoir prétendre à «l’ ARE »(allocation de retour à l’ emploi).

    Revenons à nos moutons, oui ceux là , les individus. Pendant ces 1 an vous serez sur une base de 26hrs/semaine payé au smic, eh oui !
    Ayant cotisé seulement pendant 1 an au smic, cela fait du mi-temps pour notre cher système social qu’est nos Assedic.
    Bien entendu, pendant un an vous toucherez approximativement 644€/mois.

    A l’issu de ces 1 an de chômage, évidemment vous aurez tout tenté pour retourner dans un cycle normal du CDI 35hrs/semaine payé 9,44€ brut de l’heure.
    Que nenni ! rappelez-vous, il n’y a plus de travail… En tous cas , pas pour vous !!!

    C’est alors qu’ intervient une autre machine à fabriquer la misère, qui porte le nom de « CAF »(caisses d’allocations familiales), rappelez vous plus haut.
    Là vous arrivez en fin de parcours. Avant la fin de votre dernier paiement en « ARE »(allocation de retour à l’ emploi), vous savez que votre fin est proche.
    Enfin, vous n’allez pas mourir, juste socialement !

    Vous avez tapez à toutes les portes de l’ emploi, vous êtes allez à tous les entretiens personnalisés et collectifs du pôle emploi, vous avez répondu à toutes les offres que l’on vous à remis , rendu aux entretiens professionnels vous avez répondu à toutes les offres électroniques de votre boîte de messagerie censé correspondre à votre profil (oui là encore cela mérite une parenthèse, parce que vous avez beau être clair, net et précis sur la nature du poste que vous cherchez, le lieu et votre périmètre de recherche d’emploi, dans vos messages électronique, vous avez l’impression de recevoir les offres de quelqu’un d’autre, dans une ville à 900km de chez vous, voir dans un autre pays, c’est magnifique !
    Là vous comprenez que votre pays ne veux plus de vous les autres pays non plus d’ailleurs, vous n’avez plus qu’à crever !
    Qu’est-ce que vous faite chier à vouloir travailler, alors que dans les hauts hémisphères, ils ne songent qu’à profiter…) ouf ! cette parenthèse était longue!!!

    Reprenons, ayant répondu à toutes les offres de votre boîte mail, toujours rien. Même les postes les plus farfelu comme « technicien de surface » allias homme et /ou femme de ménage, rien dans les milieux associatifs, rien !
    soit dit en passant sont aussi sinistrés et vont l’être encore d’avantage dût aux restrictions budgétaires, bien pensés par certain de nos économistes.
    Toujours la même rengaine, désolé, la place n’est plus vacante.

    Vous attendez votre dernier paiement Assedic pour que celle-ci daigne bien vous envoyer le fameux formulaire (rouge, en référence aux douze travaux d’Astérix), qui stipule que vous êtes en fin de droit et qu’il faut maintenant vous hâtez (pas trop, pour ne pas trop les bousculer) d’allez frapper à la porte de Madame « CAF » second chaînon de fabrique de précarité.

    Au vu du nombre d’individus dans ces situations, bien entendu, les services de tous ces « écosystèmes », le système social en particulier, sont dépourvu d’effectifs, pour traiter tous ces dossiers.
    Alors, avant acceptation de votre misérable petite personne dépendante de ce « système précaire ».
    Avec ce « système de fabrique de misère » !
    Vous devrez attendre au mieux un minimum de trois mois, sans revenu sauf si un patron peu scrupuleux et peu soucieux des droits de l’ individu et du travail, vous appel pour vous rendre à l’état d’esclave, dans un autre « écosystème », qu’est celui du monde du salarié.

    En ce qui concerne le monde du « système social », la boucle est bouclée. Vous n’avez plus qu’à reprendre un contrat « CAE », en deux ans de temps vous serez à nouveau éligible, grâce aux nombreux nouveaux décrets qui seront légiférés entre temps.
    Vous travaillerez à nouveau pour une misère afin d’alimenter la « machine à fabriquer la misère et la précarité » où des individus travailles pour cette même machine, pendant que les mêmes individus , continueront de se gaver sur votre pauvre carcasse épuisée.

    J’invite d’autres individus à reprendre la plume pour étayer la thèse sur un autre « écosystème » qu’est celui du monde du travail et du salarié.

    Par cette réflexion, je voudrais juste dire, que je fais parti d’un monde, dans un pays, où une minorité d’individus s’amusent à fabriquer des cas sociaux, pour les avoir à leurs services, puis les exclure ensuite, comme des parasites, voir le cancer d’une société, c’est affligeant et m’indigne contre cette minorité !

    PS: J’aurais aimé un système social qui fasse du social en répartissant réellement les richesses.
    Là, on me répondra: « Ma pauv’ e Lucette tu es une idéaliste, c’est utopique !!! » ET POURTANT !!!

    La vérité et l’honnêteté, peuvent nous y conduire, suffit de le vouloir…

Les commentaires sont fermés.