26 JANVIER 1978

La Tunisie connait ses premières émeutes et grèves depuis l’indépendance. 

Entre 1970 et 1975, La Tunisie connaît une forte croissance économique. Mais depuis quelques années le premier ministre, Heidi Nouira, veut engager le pays dans un processus de libéralisation de l’économie. L’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) s’oppose dès lors au Néo-Destour, parti unique de Bourguiba. Il organise une grève générale, et des milliers de travailleurs et de jeunes,  descendent dans les rues. Cette grève générale se termine très vite en émeute. Le gouvernement réplique par la violence, et fait appel a  l’armée. Celle-ci tire sur les émeutiers, faisant au moins 200 morts et plus de 100 blessés, le président de l’UGTT, Al Habib Ashour est arrêté. 

 En 1987, un coup d’Etat soft est organisé, pour déposer le président Habib Bourguiba au profit de son ministre de l’Intérieur, Zine el-Abidine Ben Ali, formé aux Etats-Unis. 

 33 ans après, la pseudo stabilité de la Tunisie est une nouvelle foi en proie à des manifestations qui prennent des allures de révolution, l’armée n’intervient pas. Le président Ben Ali s’enfuit. Le gouvernement français et le directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn qui  faisaient l’éloge du régime « démocratique » du dictateur sont étrangement muets ! 

« La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures. »    Noam Chomsky

 

Publicités

3 réflexions sur “26 JANVIER 1978

  1. Le 26 janvier 1978 a été une journée terrible. Une grève générale à l »appel de l’UGTT a provoqué une secousse au sein du pouvoir de Bourguiba qui a réprimé dans le sang cette révolte et déjà il y avait un certain Ben Ali qui venait d’être nommé aux commandes de la sureté nationale.
    Cette journée du jeudi 26 janvier 1978, je l’ai vécu de l’intérieur, ce jour là j’ai été arrêté parmi des centaines de manifestants et lorsque j’ai été libéré 5 semaines après, j’ai été exclut définitivement des études supérieures en Tunisie. J’ai quitté la Tunisie en mars 1978 pour reprendre mes études en France où je me suis établi définitivement.
    je suis ravi de la révolution du peuple Tunisien. vive la liberté, vive la démocratie et à bas la dictature.

  2. c’est vrai, ça prette a confusion selon que l’on compte a partir de 1978 ou de 1987! Datte des premieres emeutes ou datte du coup d’etat!

Les commentaires sont fermés.