L’IDENTITE NATIONALE

Existe-t-il une identité nationale unique? Laquelle : Niçoise, Corse, Basque, Bretonne, Parisienne, Réunionnaise ou Guadeloupéenne ? Quelles religions : Chrétiens, Protestants, Juifs, Musulmans ? Ou Athées ? Et pour qui ? Un smicard a- t-il les mêmes valeurs, les mêmes intérêts que le patron de Carrefour ou de Total ? Un étranger qui travaille et paye des impôts en France a-t-il moins sa place dans la nation qu’un grand patron ou un actionnaire français qui fraude le fisc, délocalise, exploite ses concitoyens et planque son argent à l’étranger ?

L’identité nationale : c’est l’histoire de la France, la révolution française et des valeurs de solidarité et de fraternité. Ce sont plusieurs identités différentes qui constituent la mémoire de notre pays. Malheureusement nous avons laissé cette question là à des gens mal intentionnés qui l’on récupérée à des fins politiciennes.

La question de l’identité nationale est apparue dans le discours de Nicolas Sarkozy le 14 janvier 2007. Ce n’était alors qu’une simple manœuvre électorale destinée à flatter la partie la plus xénophobe de la population. Nicolas Sarkozy avait besoin de l’électorat de Jean Marie Le Pen. Il lui fallait faire croire que les problèmes de la France depuis 2002 étaient le fait des immigrés et non des gouvernements auxquels il avait participé. Il lui fallait travestir la vérité et surtout ne pas parler de son bilan catastrophique au ministère de l’intérieur !

Si la nation est menacée, ce n’est pas par l’immigration, mais plutôt par la casse de nos valeurs de solidarité et de partage et la destruction de nos repères sociaux. Le chef de l’État cherche à détourner l’attention pour imposer de façon violente la suppression des services publics, le désengagement de l’État, le bradage des biens publics à des entreprises privées ou le renforcement des politiques sécuritaires pour nous maintenir dans la peur. L’identité nationale est l’outil choisi par le gouvernement pour faire passer la pilule de l’appauvrissement de la France au seul profit de quelques rentiers.

Pour faire oublier la baisse du pouvoir d’achat, la hausse des impôts locaux ou les nouveaux cadeaux faits aux plus riches, on désigne des boucs-émissaires à la vindicte populaire pour la détourner des vrais problèmes qui sont ceux imposés par des choix politiques ! L’identité nationale n’est qu’un paravent derrière lequel on détricote la nation et précarise l’avenir de nos enfants.

On peut sans doute être fier d’être français, comme l’on peut être fier d’être italien, marocain ou américain. Mais il faut faire attention que ce sentiment ne se transforme pas en la haine des autres. L’histoire est pleine d’exemples où les puissants ont profité de ces valeurs pour dresser les pauvres entre eux. Pendant que les peuples se battent, les affaires continuent, l’argent n’a pas de frontière !

L’identité nationale se forge au travail, à l’école, dans les associations, et même dans les stades, mais sûrement pas dans un charter de retour, ou dans le bureau d’un président qui à l’approche d’élections mal barrées, utilise la pire des démagogies de droite, avec un relent nauséabond de pétainisme. N’oublions pas qu’il n’hésite pas à brader les valeurs de notre pays à l’Europe des banquiers à travers le traité constitutionnel ! Traité qu’il a d’ailleurs fait passer contre la volonté des français !

«Les nations n’ont de grands hommes que malgré elles, comme les familles» C.Beaudelaire

Ils sont tous d’origine étrangère: Emile Zola, Zinedine Zidane, Yves Montand, Marie Curie, Guillaumme Apollinaire, Isabelle Adjani, Léon Gambetta, Isabelle Alonso, Michel Platini, et…Nicolas Sarkozy

Publicités